30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 10:49

On continue ce petit tour d'Allemagne 2014 avec l'une des dernières étapes : Heidelberg. Pour s'y rendre, ce n'est pas très compliqué, un bus direct depuis Fribourg, 22€ l'aller-retour. Ça se fait en un peu plus de deux heures.


Arrivé à Heidelberg, drôle de vision : mais je suis de retour à Fribourg ? Des collines entourent la ville, un tram circule et les vélos sont partout ! J'apprends ensuite que les pistes cyclables recouvrent l'ensemble de la ville ! (oui, y'a encore du boulot en France)

Que faire à Heidelberg ? Je commence tout d'abord par une petite randonnée de deux heures, histoire de prendre un peu de hauteur. Je me retrouve notamment en face d'une mini tour de Babel.

Heidelberg : château, internat, et Pignon

Mais je redescends vite pour la visite du centre-ville. Je traverse le vieux-pont, et me voici devant l'une des plus jolies vues de la ville. Au premier plan, le pont, avec le porte de la ville. Derrière, le château d'Heidelberg.
 

Heidelberg : château, internat, et Pignon

Je comprends pourquoi c'est une ville très touristique (j'ai croisé des groupes de Chinois, Japonnais, Indiens, Finlandais...). J'emprunte le chemin des philosophes, grimpant sur la colline opposée. La vue est sympa.
 

Heidelberg : château, internat, et Pignon

Je fais de même avec une autre colline... Bref, vous avez compris le principe : ça monte ! Et cette fois, c'est la découverte du château. C'était l'un des symboles du romantisme européen.
 

Heidelberg : château, internat, et Pignon
Heidelberg : château, internat, et Pignon
Heidelberg : château, internat, et Pignon
Heidelberg : château, internat, et Pignon

Je retrouve ensuite ma Couchsurfing. Bon, là, c'est toute une histoire. Elle s'appelle Rahel. Déjà, ça, c'est bizarre ! Mais aucun rapport avec la secte. Une fille très sympa, avec qui je me pose pour un pic-nique le long de la Neckar. Elle me fait rencontrer ses amis pour un verre, je parle un mélange d'allemand et de français. Et puis, viens le temps de se coucher. Là, je vais chez elle. Elle habite dans un internat. Je ne me méfie pas, mais je trouve ça étrange cette croix sur son bureau. Déjà, le portrait du pape à l'entrée m'avait interpellé ! Et quand je m'endors, une bible est posée à côté de ma tête. Oui, l'internat est catholique. Rien de trop extrême non plus, mais des petits signes qui ne trompent pas ! Ça et le fait de partager le bâtiment avec 47 autres étudiants, une cuisine pour 12. Le petit-déjeuner est d'ailleurs très amusant, puisque nous sommes 5, ayant tous un lien avec l'Afrique. Je me retrouve même en face d'une fille qui part pour le Rwanda en octobre !
 

Heidelberg : château, internat, et Pignon

L'épisode François Pignon du jour
J'achète des cartes postales. Je les écris. Je mets les adresses. J'achète les timbres européens. Je poste les cartes postales. Mes timbres sont toujours dans ma poche.
Ceci est l'épisode François Pignon du jour

L'annecdote
L'Allemagne n'est pas un pays de rugby. Très clairement. Reste qu'Heidelberg est le coeur germanique du ballon ovale : 5 équipes de la ville sont en première division ! En sachant qu'il n'y a que... 8 équipes dans le championnat !

Heidelberg : château, internat, et Pignon

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Allemagne
commenter cet article

commentaires

philae 30/05/2014 17:25

superbe

Plus De Blogs