29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 17:07

J'ignore pour le moment si nous serons jugés après la mort, comme la religion le dit parfois. Mais je sais que nous sommes déjà énormément jugés lors de notre vie.

 

Juger, ce n'est pas seulement une question de justice. Au contraire, les jugements les plus nombreux se font à l'extérieur des tribunaux. Dans la rue. En soirée. Entre amis. En famille.
Les juges sont souvent acerbes. Les juges sont critiques. La critique, voilà la forme de jugement la plus répandue. On critique les autres, sous de multiples facettes. Ça commence avec les vêtements, le look, l'apparence physique. C'est la critique facile, celle que tout le monde peut faire. C'est facile, il n'y a qu'à se poser dans la rue, et observer ses semblables.

Au final, ça n'est pas très important. Très souvent, l'accusé ignore son chef d'inculpation. Il continue sa route sans se douter qu'il vient de prendre une peine de deux minutes de foutage de gueule. Et quand bien même il apprend par hasard le jugement, il s'en accommodera fort bien une fois passé le stade de l'adolescence.

Il y a des jugements un peu plus profonds, ce sont ceux qui traitent de votre façon de vivre, de votre façon de penser. Là, c'est un peu différent. Parce que la critique physique, passe encore (de toute façon, on ne peut pas y faire grand chose, on est toujours le beau d'un tel et le laid d'un autre). La critique de la pensée c'est différent, ça me semble plus grave, car porté par un élan de supériorité et une pointe d'arrogance. La justice peut être là aussi impitoyable. Surtout que les jurés sont très souvent vos proches. Le jugement est souvent sévère, et il est rare qu'une décision de justice populaire soit positive.

Mais il y a encore pire. Il y a le jugement dernier terrestre. Celui-là, impossible d'y échapper. C'est le jugement par soi-même.
La morale. Sa morale. Si on peut se contrefoutre de ce que pensent les autres (j'emmerde le peuple), c'est plus difficile avec soi-même. Je me retrouve moi-même régulièrement confronté à ma morale. Celle qui décide de ce qu'est le bien ou le mal. Je sais par exemple qu'elle me hante déjà pour des actions commises il y a plusieurs années. Celle où je me dis que je n'ai pas bien agi. Celle où je pense avoir fait le mal, pris la mauvaise décision. Celle où j'ai laissé mes instincts les plus bas prendre le dessus. Ce jugement sur moi-même est le pire de tous. Il est également le plus sévère. Je repense à un processus de rupture, à une décision de fin de soirée. Je repense aussi à mes inactions, dans des moments qui auraient pu, qui auraient du être importants.

Cette morale me hante jusque dans mes rêves, lorsqu'elle me fait ressentir un horrible sentiment de culpabilité à la suite d'une action que je serais incapable de faire dans la vraie vie. Tromper sa copine. Tuer quelqu'un. Même dans le plus sombre des cauchemars je me juge régulièrement.

C'est d'ailleurs ce jugement terrible à l'encontre de moi-même qui influence mes décisions chaque jour. Tel un prisonnier, je ne suis pas sorti indemne de mes propres condamnations. Et j'ai choisi la repentance plutôt que la récidive. Avant mes décisions importantes, je repense à ma morale, à mon jugement, à tout ce temps passé au trou. Et je m'adapte.
Ce jugement dernier nous concerne tous. On apprend ainsi parfois des erreurs des autres, et des souffrances qu'ils connaissent face à leur morale. Et on se dit qu'on n'aimerait pas être à leur place, avec cette mauvaise décision prise il y a une semaine, cinq mois, trois ans, et qui continue à les hanter chaque semaine.

Cette morale, c'est peut-être la chose la plus importante que nous avons coincé quelque part au fond de notre cerveau. C'est elle qui permet à notre société de tourner tant bien que mal, avec nous autres pauvres humains responsables de nos actes devant la justice, mais surtout devant nous-même. Le jugement dernier, ici bas.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs