4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 19:37

Fiodor Karamazov est un père de famille russe sans scrupule. Un mauvais homme. Il a trois fils : Dimitri, l'aîné, militaire, colérique, impétueux. Ivan, homme solitaire, raisonné, rationnel, ne croyant pas en Dieu. Et Alexei, le plus jeune, engagé dans les ordres, homme de foi et de justice.
L'amour que Dimitri porte pour Grouchenka est contrarié par son père, qui souhaite lui-même l'épouser.


Difficile de faire un résumé de ce livre tant il est immense. Un peu plus de 1000 pages dans la collection que je possède. J'ai mis près d'une année à le lire. J'aime beaucoup Dostoïevski pour sa façon d'écrire, son sens du détail, sa façon de cerner les personnages. Et ce livre est un petit chef d'œuvre. Le plus grand pour beaucoup des admirateurs de l'écrivain.
La famille Karamazov présente tous les problèmes qu'une famille peut connaître. L'argent. L'amour. Le sentiment d'abandon. La différence de point de vue sur le sens de la vie. Et pourtant, cette famille qui se déchire laisse place parfois à tellement de bonté. Un véritable esprit fraternel semble même toucher les frères à la fin du livre.

Ce livre est une fresque. Une fresque des bouleversements que la Russie traverse à la fin du XIXème siècle (l'abolition du servage, la remise en question de la religion). C'est un livre très mystique (le personnage du staretz notamment). Il faut toujours être concentré au moment de la lecture. Parfois, les choses vont tellement en profondeur qu'il me fallait relire la page trois fois avant de parfaitement cerner une idée. C'est aussi un livre russe dans toute sa splendeur pour les noms (composés, souvent deux prénoms, les personnages ont en moyenne cinq surnoms !).

Alexei semble, au contraire des autres, être le personnage parfait. Dostoïevski avait perdu l'année précédente son fils de trois ans, nommé Aliocha. Et il semble avoir voulu donner toutes les qualités à celui-ci (modestie, sens de la réflexion, de l'honneur, quête de la bonne décision, du bon chemin à prendre).

 

La morale de cette histoire ? J'ai l'impression que Dostoïevski ne croit pas en l'athéisme. Qu'il en a peur. Il considère que l'homme non-croyant serait capable des pires atrocités. Sans pour autant donner une vision très optimiste du croyant. Dostoïevski était pendant très longtemps un agnostique, avant de devenir un fervent croyant sur la fin de sa vie. Son livre s'en ressent.

Voilà, ca y est. Après l'Idiot, Souvenirs de la maison des morts, Crimes et Châtiments, et donc Les frères Karamazov, j'en ai fini avec mon Dostoïevski. Il y a bien d'autres livres (Le joueur, L'Eternel mari, L'adolescent). Mais je crois avoir fait le tour des principaux. Néanmoins, je pense rester en Russie. Les nouvelles de Pouchkine m'accompagnent.

 

Citations .

Plus j'aime l'humanité en général, moins j'aime les gens en particulier.

On compare parfois la cruauté de l'homme à celle des fauves, c'est faire injure à ces derniers.

Rien ne peut compenser une seule larme d'un enfant.

Il vaut mieux laisser partir dix coupables que châtier un seul innocent.

Comme la vie est belle quand on a fait quelque chose de bon et de vrai.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs