14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 15:13

J'aurais pu vivre la Coupe du Monde en Allemagne. J'aurais alors vécu une victoire qui n'aurait pas été pas la mienne. Et je l'aurais vraiment eu mauvaise en quart de finale.
J'aurais pu vivre la Coupe du Monde en France. A l'ancienne. Mais je ne sais pas pourquoi, 2010 m'a laissé peu de souvenirs. J'avais même longtemps hésité à aller voir la finale.
Et puis me voici au milieu de l'Afrique. L'occasion de vivre la Coupe du Monde de manière un peu originale.

Tout d'abord, je confirme la rumeur : les Africains sont fans de foot ! Les matchs sont retransmis partout, jusqu'à chez le coiffeur ! Dès qu'il y a une télé quelque part, il y a le match du soir.

Ce qui m'a marqué aussi, c'est le bruit. Je n'ai pas regardé tous les matchs (je viens tout de même pour bosser à la base !). Mais j'étais toujours au courant des buts. Le Mexique-Pays-Bas notamment, où Kigali a gueulé au moment des deux buts néerlandais.

Quelle équipe supportes-tu quand tu es Rwandais ? Le Rwanda n'a pas une grande équipe de foot, et ils n'étaient pas qualifiés. Du coup, il faut choisir un camp. Première chose : un esprit d'unité africaine. Avec une préférence pour le Ghana. La sélection des frères Ayew a fait une belle performance en 2010, et ça a visiblement marqué les esprits. Mais même l'Algérie était supportée à chacun de ses matchs (même s'ils ne sont pas vraiment africains pour beaucoup ici, ça reste sur le continent).
Dans les autres matchs ? Ça dépend. La France jouait clairement à l'extérieur, à chaque fois. La Belgique aussi. Les pays Sud-Américains étaient souvent privilégiés.

Les matchs sur grand écran. A partir des huitièmes de finale, les choses deviennent sérieuses. Et les ambassades font parfois des efforts. L'ambassade américaine met le paquet (300 personnes pour le huitième). Côté français, le grand écran est installé dans un restaurant français (l'épicurien). C'est là où je verrai la victoire des huitièmes et la défaite des quarts, en direct sur Canal + Afrique ! (les commentaires faisaient presque regretter Christian Jean Pierre !). Côté allemand, il faut attendre la finale pour voir quelque chose s'organiser.

Forcément, les demi-finales s'annoncent avec moins de saveur. Je me retrouve dans un petit restaurant miteux de Gisenyi, on est 7 devant un match Brésil-Allemagne... vous connaissez l'histoire, match de fou, et ambiance sympa malgré le petit comité. Les Rwandais présents, plutôt pro-Brésil à la base, se mettent à supporter l'Allemagne à partir du deuxième but !

Reste la finale. En direct de Car Wash, le repère des Allemands de Kigali. Beaucoup de monde, dont les Rwandais pro-Argentins. Lors du but refusé à l'Argentine, les deux camps se lèvent, les pro-Argentins d'abord pour fêter le but, et puis les Allemands, pour se foutrent de leur gueule !
A la mi-temps, sur la chaine de télé africaine, au milieu des « experts » (Jay-Jay Okocha !), il y a un tour de magie ! (on ne sait pas trop ce qu'il vient faire là). Je me régale des publicités africaines (la pub Coca est géniale).
Prolongation. Le but. Même moi, pas forcément trop pro-Allemand (mon vieux maillot de Batistuta me rappelle mon penchant pro-Argentin) j'en ai des frissons. Un immense cri, une immense joie. Et puis le coup de sifflet final. Les Allemands fous, tout le monde debout pour la remise du trophée. Et une danse qui commence, jusqu'au milieu de la nuit. Les Allemands sont sur le toit du monde, sur le toit de Kigali. Ils volent. Les salauds ! Je les jalouse ! Et j'attends l'euro 2016 avec impatience. En France !

C'est quand même sympa le football.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs