4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 16:09

Avançons un peu dans le temps. 31 mars 2015. Les écrits de l'agrégation d'histoire-géographie sont passés, je ne suis pas admissible. Plus de cours, reste simplement (sic!) ma rédaction de thèse. A Bordeaux. Ou...

C'est quelque chose qui me traverse l'esprit depuis plusieurs semaines maintenant, et peu à peu je commence à me faire à l'idée. Pour tout vous dire, c'est même une possibilité qui me plaît de plus en plus. Rentrer. Chez moi. A Tilques. Oué, ça semble cool, non ?
Je sais, ça fait déjà quelque temps que je n'habite plus là-bas. Mais ma famille est encore là. Mes amis dans les alentours. Alors pourquoi ne pas rentrer ?

Pour la thèse, il fallait que je valide 180 crédits ECTS. Depuis septembre, j'ai plutôt bien avancé de ce côté-là, et je pense pouvoir terminer cette contrainte administrative avant la fin du mois de mars. De ce fait, d'un point de vue strictement professionnel, enfin, universitaire, il n'y a pas beaucoup de raisons de rester. Mon laboratoire de recherche est cool, les gens sont sympas, mais quand on rédige une thèse ça n'a pas vraiment d'importance. Je me connais, j'ai besoin de concentration, de silence, et le labo n'est pas un environnement adéquat pour ma phase d'écriture. Bien sûr, il y a les livres de la bibliothèque. C'est peut-être le seul hic. Mais je ne les utilise pas non plus chaque jour, et je pourrai toujours bénéficier des prêts entre bibliothèque pour obtenir les ouvrages à Lille.

Surtout, ce n'est pas une volonté de quitter Bordeaux. C'est vraiment l'envie de rentrer chez moi.

Je me souviens bien de ma rédaction de mémoire. J'étais au bout de ma table, dans la salle à manger. C'était un environnement parfaitement adéquat.

Je me souviens aussi de ma phase post-rupture saison 2, et j'étais également à Tilques. C'est là où je me suis refait, où j'ai pu réfléchir à ce que je voulais vraiment. C'est cette période qui m'a convaincu que je devais partir à travers le monde. Tilques, c'est un gage de sérénité, d'équilibre. Quelque chose que je n'ai pas encore trouvé à Bordeaux, et que je ne conçois pas vraiment sans un entourage proche.

 

Bien sûr Tilques c'est un retour aux sources. C'est un retour dans ma famille, dont je suis éloigné depuis x années. C'est aussi un retour auprès des amis, avec qui j'ai réussi à garder les liens malgré les kilomètres. Ce fut un combat de chaque instant, de chaque semaine, mené par les deux partis. Néanmoins, j'ai parfois l'impression que certaines de mes amitiés se nourrissent plus du passé, des moments vécus, que du présent (et pour cause, je ne suis pas là). Et surtout, difficile de parler de futur, étant donné que pour moi le futur s'inscrit à plusieurs centaines de kilomètres.

 

Bien sûr il y a la solitude. La solitude bordelaise, ou kényane, ou de je ne sais où, est quelque chose qui m'atteint. C'est ainsi de ne pas partager sa vie avec quelqu'un. Certes mes colocs sont là (et ils sont supers), j'ai rapidement rencontré du monde. Mais l'amitié se construit avec le temps, au fil des années, au fil des moments passés. Je n'aurai sans doute pas la patience d'attendre. L'amitié avec les Erasmus a déjà une date d'expiration. Il faudrait alors tout refaire ensuite. De même dans mon laboratoire de recherche, où chaque personne après la thèse part vers d'autres horizons. Tilques, c'est totalement différent. Mes amis sont là, ancrés. Ils vont bien parfois jusque Lille, Arras ou Dunkerque. Mais ça reste à une distance convenable, on n'est plus loin des yeux à ce niveau là.

 

Mais est-ce que je ne vais pas vite me lasser de l'air tilquois ? Oui, sans doute. Je me connais, vous aussi, je suis un vagabond. Il faut s'y faire, il faut l'admettre, je n'arrive pas à rester un an au même endroit. Je m'ennuie trop vite. Je rêve toujours d'autres paysages. Mais ça n'empêche, j'ai envie de revenir. La période de Noël sera un bon test, je serai là deux semaines. Ce sera l'occasion de faire le point, d'analyser les points forts et les points faibles de cette décision. Mais je pense que mon choix est déjà en partie fait aujourd'hui. La preuve, je souris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs