29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 22:11

J'ai découvert Bordeaux au détour d'un tour de France. Elle est devenue en quelques heures notre plus beau souvenir avec un Lav' enchanté, la plus belle expérience d'un fou voyage : Bordeaux nous avait accueillis comme personne. Nous étions le pouce levé sur une route nationale, une femme s'est arrêtée, elle nous a emmenés deux heures à travers l'Aquitaine pour nous héberger chez elle. Elle nous a nourris, elle nous a donné ses clefs. Elle nous a dit « allez vous amuser ». Et nous avons savouré. Je me revois devant la cathédrale, la mairie illuminée, le sourire jusqu'aux oreilles.

 

Bordeaux avait déjà gagné. Bordeaux avait eu d'autres publicités, une venue express il y a deux ans, une chafouine m'avait évoqué il y a quelques mois le dialecte local, les poches et les chocolatines, et c'est gavé de monde. Olivier m'avait parlé de football et de soirée au black D local.

 

7 mois plus tard, je refais mes bagages et j'abandonne la ville. Oh, non, ne pensez pas que ça ne me plaisait pas. Bordeaux est géniale. C'est l'une des plus jolies villes de France, et sans doute la plus agréable à vivre que je connaisse. C'est facile, lorsqu'on me demande dans quelle ville je souhaite habiter plus tard, elle revient toujours. Bordeaux c'est le vélo, c'est les vignes, c'est la dune du Pyla, c'est le Porge et ses dunes, c'est le LAM et son ambiance studieuse, c'est la rue Elisée Reclus et la barrière de Pessac. Bordeaux ce fut mes tandems franco-allemands, le Parc Lescure et les Girondins, le Sherlock et ses matchs de rugby. Bordeaux c'était la place de la Victoire et ses vendeurs de shit, la rue Sainte-Catherine et ses magasins à n'en plus finir, l'opéra et ses ballets, Quinconces et Je suis Charlie. En quelques mois j'ai eu le temps de construire mille souvenirs, d'arpenter milles rues, de rencontrer mille individus. J'ai fait découvrir la ville à une dizaine d'Audomarois, à ma famille, et à une Brésilienne, une Anglaise, une Libanaise, une Coréenne, une Bulgare... Bordeaux ce fut de drôles de soirées jungle fluo, Halloween pervers, création d'un thriller porno, Jack l'éventreur et puces de chat. Ce fut ma colocation et une maison en travaux constants, plusieurs crémaillères et « Mimine ». Il y a aussi le marché des Capucins et ses odeurs, le cours de la Marne et ses SDF, la gare et ses prostituées. L'Utopia cette drôle d'église cinématographique, des restaurants fameux, des places à chaque coin de rue. Il y a les portes de la ville, la grosse cloche, et des jeux barjo.

 

Et il y avait moi, au milieu de tout cela. Content, souriant. Mais pas suffisamment. Si je rentre, c'est pour retrouver mon Nord, mes potes, ma famille. Je rentre pour écrire ma thèse, retrouver une maison chauffée et un terrain de foot. Je rentre pour eux, je rentre pour moi. Mais Bordeaux restera mienne. Et je reviendrai. Pour ceux qui sont encore là-bas et que je n'oublie pas. I'll be back.

 

Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Je suis Bordeaux
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs