6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 11:39

Ainsi, après revenir, il y a le repartir. Plusieurs mois se sont passés depuis mon dernier retour, au mois d'août 2014. Pas mal d'épisodes se sont enchaînés, dont un départ à Bordeaux. Mais ce n'était pas vraiment repartir. Bordeaux c'était trop facile, c'était des conditions de vie connues, une langue parlée, une culture similaire. Bordeaux c'était rester. Repartir, c'est l'aventure.

Je ne pensais pas repartir aussi rapidement, pensant finir d'abord l'écriture de ma thèse. Mais dans la vie il faut savoir saisir les opportunités quand elles se présentent à vous, au risque de le regretter. Oui, le timing n'était pas parfait, oui j'aurais apprécié passer quelques mois de plus en France. Mais non, je n'allais pas laisser passer un boulot ! Pensez, cela fait des années que je n'ai pas travaillé, et voilà qu'on me propose un job, intéressant et en rapport avec ma thèse en plus ! Surtout, c'est payé ! Oui, c'est un point à prendre en considération lorsque l'on fait une thèse sans financement.

C'était il y a plusieurs mois, une réunion à Paris sur le Burundi et le Rwanda. J'étais là, en tant que « spécialiste » de ces deux pays. Une question a été posée sur les brigades régionales des forces africaines en attente (je vous passe les détails). J'ai répondu car j'avais lu sur ce sujet la semaine précédente. Un coup de chance ! Et voilà qu'on me propose une consultance. Et c'est ainsi que je me retrouve en Éthiopie aujourd'hui.

Repartir c'est tout un processus. Il y a l'achat du ticket (avec mille comparaisons), le choix dans la date (hum hum), les questionnements vis-à-vis du visa, des vaccins. Bon, je ne vais pas vous mentir, ça fait quelque temps que je n'ai plus ressenti le stress de ces formalités. Hakuna Matata. Alors je fais un peu tout à la dernière minute, étant occupé par le déménagement bordelais. Où dormir ? J'ai une réponse d'une Couchsurfer une semaine avant mon départ. Tranquille.

 

Repartir c'est un mélange d'excitation et de peur. C'est un saut vers l'inconnu. Comment est ce pays ? Qui y vit ? Je regarde cent fois la carte du monde, en me disant que dans 10 jours j'y serai, dans 7 jours, dans 3 jours. Addis Abeba. Ethiopie. Ce sont seulement des mots. Dans quelques jours ils deviendront une réalité. A mon retour ils seront une tonne de souvenirs, d'images gravées, d'instants de vie. Je veux garder la surprise, je ne regarde pas un seul blog de voyage, une seule photo ni même la page wikipédia du pays ! Je veux en prendre plein la vue, sans m'y attendre.

Et puis il y a les deux jours avant le départ. Cette appréhension bizarre, ce mélange d'excitation et de peur. C'est là où il est le plus fort. Je me pose plusieurs fois la question de ce que je vais faire là-bas. De comment j'en suis arrivé là, né à Saint-Omer, école primaire, collège, lycée, fac, tout cela normal. Et puis il y a un moment où j'ai déconné, où j'ai décidé de partir. Et depuis je ne fais que repartir, chaque année. Vais-je m'arrêter un jour ? Suis-je réintégrable ? Je me pose vraiment la question, sans avoir la réponse. Une petite peur m'envahit en y réfléchissant, me disant que j'aurai toujours à la fois ce manque des voyages et ce manque des proches. Le mal du pays et le mal du voyage. Équation complexe, malheur constant en vue !

 

La veille du départ c'est le sac, c'est l'impression du ticket, c'est les dernières questions : moustiquaire ou pas ? 2 pantalons ou 3 ? Quid si ma Couchsurfer me met un lapin ?

Tu dis au revoir à ta famille, à tes amis. Tu penses aux lycéens allemands qui ont fait pareil avant de partir en Espagne, et à ce con de pilote. Repartir, ça te rappelle que la vie est courte, et qu'on ne sait jamais. L'Afrique c'est loin, un mois ça passe tellement vite mais il peut se passer 12 événements en France ou en Éthiopie pendant ce temps là. Tu regardes à nouveau la carte du monde, demain tu y es ! Putain, mais quelle idée !

Et une fois dans l'avion, tu oublies tout ça. A l'aéroport d'Addis Abeba la crainte est partie. Tu y es, l'aventure commence.

Repartir (direction l’Éthiopie)

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Voyage (autre)
commenter cet article

commentaires

Boulito 07/04/2015 13:32

Take care my friend! Enjoy and never stop!!
Im si sad cause I wanted to see you when I Will back in France but... An other day maybe! At home or some where! ;) cheers

Plus De Blogs