27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 21:58

Je termine ma triptyque élucubrations par quelque chose d'un peu différent. Si les voyages et l'amour regardaient vers le futur, le pénitent regarde vers son passé.

 

Être quelqu'un de bien. Telle était l'une de mes bonnes résolutions de l'année 2015. Si j'en avais fait une résolution, c'est que je considérais que je n'étais pas forcément quelqu'un de bien l'année dernière. Et figurez-vous que je crois bien ne pas avoir tenu ma résolution (comme toute bonne résolution du 1er janvier me direz-vous...).

 

Être quelqu'un de bien, c'est difficile. C'est très subjectif d'abord. Être quelqu'un de bien pour qui ? Pour les autres ? Non, pour un jugement encore plus critique, moi-même. Être quelqu'un de bien pour moi-même, ça signifie suivre et respecter des valeurs auxquelles je crois, des normes qui me semblent justes et bonnes. Malheureusement, si ces valeurs sont faciles à énumérer, à penser, elles sont parfois difficiles à suivre dans la vraie vie, au jour le jour.

 

Or, j'ai de plus en plus tendance à imaginer un moi, et à en être un autre. Oui, désolé, cet article sentira bon la réflexion. Disons que je vois un idéal, quelqu'un que j'aimerais être, que je veux être. Et puis je me vois, tel que je suis. Loin de cet idéal. De plus en plus. Le jugement est sévère, mais il est selon moi le plus objectif possible, car je me connais plus que les autres.

 

Nous sommes la somme de nos actes. Pas la somme de nos pensées ou de nos volontés. Et je suis de moins en moins fier de mes actes. Je considère que je prends régulièrement de mauvaises décisions. J'essaie de faire jouer ma morale, mais je la sens de plus en plus faible. Et je suis déçu, de mon comportement.

 

Le souci, au-delà de ma déception, est la tristesse que je peux entraîner chez l'autre. Oui, je sais, je ne suis pas le seul, et que celui qui n'a jamais rendu triste quelqu'un me jette la première pierre. Mais je pense avoir été meilleur dans le passé. Meilleur vis-à-vis de moi-même, et surtout meilleur avec les autres. J'ai l'impression que je suis de plus en plus égoïste et de moins en moins attentif ; de plus en plus impatient et de moins en moins loyal.

S'en rendre compte, c'est un début. La pénitence est faite pour ça. Être quelqu'un de meilleur, pour les autres, et pour moi-même. Amen.

 

Élucubrations d'un pénitent

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs