2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 11:25

Nouvel An, personnellement, me fait royalement chier. Bonne année, bonne santé, r.a.b., tel serait mon credo. Et chaque année, pourtant, il faut « organiser » cette soirée comme si c'était la soirée de l'année, voir même de la décennie. Cette fois, j'ai choisi la facilité, et j'ai attendu que l'on m'invite quelque part ! Car l'année dernière, le 1er janvier, nous avions organisé avec succès un nouvel an à Bruxelles... Et c'est là le seul avantage de ce changement d'année, l'occasion de se faire un rappel des 365 jours écoulés.

Le 31 décembre 2014, à Bruxelles, on pouvait encore faire la fête sans problème et Moleenbek n'était pas encore connu de chaque Français. Un feu d'artifice ne nous faisait pas peur, ni même un bar un peu geek où nous avons chanté avec succès (ou pas).
Dès le 2 janvier, nous enchaînions avec une soirée lilloise devenue légende.

C'était la période des bonnes résolutions, des objectifs de l'année, des compétitions lancées. J'annonçais avec joie mon intention de revenir très vite dans ma région, après 3 mois supplémentaires à Bordeaux.

Le 7 janvier 2015, j'ai eu mal à ma liberté d'expression, avec les attentats contre Charlie Hebdo. Je m'en souviendrai longtemps, le retour dans mon appartement, les infos, la descente de deux étages pour en parler avec Jérôme, le regroupement spontané du lendemain, le suivi de l'assaut en plein cours d'histoire de l'Islam, et la manifestation nationale. J'étais Lulu.

A Bordeaux, j'ai accueilli des amis dans de bonnes conditions (Marie-Eve, Sophie), d'autres dans de moins bonnes (Europa Tour), d'autres carrément pas ! (les Audomarois). La faute à une maison qui fut le running-gag du début d'année, mais qui me permit d'obtenir un beau chèque au printemps. Des Couchsurfers m'ont également rendu visite (Do Yeon pour la Corée du Sud, Sophia pour la France) ou m'ont cotoyé (Kristyna pour la République Tchèque). J'ai passé du bon temps en Gironde, Olivier, Sina, Myriam, le LAM et mes tandems allemandes y sont pour beaucoup.

Le zapping de l'année 2015

Pendant mes aller-retour réguliers dans ch'nord, je suis devenu un spécialiste de squash, des soirées lilloises, des matchs d'improvisiation (et d'un samedi soir sous la pluie à Isbergues, « bonsuuoéir »), j'ai revu Bruxelles avec Pauline, Laval avec Mélanie, la bande de Dunkerque avec Perrine et Romain, et les Arrageois sont toujours restés pas très loin. J'ai également patienté 2h45 devant le plus grand accident de l'année sur l'A1 (et un brasier jamais vu).

Avril 2015, l'Ethiopie. Un rêve qui devient réalité. Une première expérience au service de l'Etat, un travail très intéressant (et trop prenant), et une expérience Couchsurfing magnifique grâce à ma colocation allemande (Valerie et Mitja). Une nourriture fantastique, un mariage loufoque, et uné église totalement déjantée.

Après quelques paquitos audomarois et du théâtre bruaysien, je m'envole à nouveau, vers le Canada. Un congrès international, et un voyage génial. Montréal, ville attractive, accueillie par une Couchsurfer qui l'était tout autant, Québec et son histoire, Toronto et les chutes du Niagara. La poutine, et cet accent que j'adore.

Le zapping de l'année 2015

A peine rentré que je repars pour Romorantin et ses otaries (true story!). Et enfin, à la fin du mois de juin, je me pose pour quelques semaines dans ch'nord. Des bordées dunkerquoises faites de jolies rencontres, un Couchsurfer à vélo, le Main Square festival (IAM, Muse, Shaka Ponk, Pharell Williams, Mumford and Sons, et tous les autres), des visites à Paris et ECAS2015, du paintball, du poker, le 600ème anniversaire d'Azincourt , le marais audomarois en barque ou en courant, et la baie de Somme en compagnie des Arrageois et d'une Burundaise.

Au mois d'août, c'est une nouvelle folie. Un voyage en stop à travers la France (lien), les châteaux de la Loire, le marais poitevin, Bordeaux et son stade, les rouleaux du pays basque, la féria de Dax (malgré tout!), le mur de Gavarnie, Lascaux, Sarlat, Padirac, Aurillac, et les volcans d'Auvergne (on oublie Tulle). Tout cela ponctué de rencontres dingues, d'un Portugais loufoque-pervers à une Américaine à l'histoire folle, d'un Français avec sa cabane dans les bois et son pont népalais aux autres Couchsurfers et ami(e)s (ou parents d'ami(e)s). Christophe, Pierre et Juliette ont partagé cela avec nous.

Le zapping de l'année 2015

A peine revenu que je repars une dernière fois, direction Marseille (et l'ascension de la Sainte-Victoire à défaut de la descente en élastique) puis la Corse, île de beauté.

 

Je finis mon année 2015 la tête dans la thèse. Je vois même mon salaud d'Olivier soutenir la sienne, avec un énorme succès. A Bordeaux, je revois plusieurs fois Helena, et c'est mon Erasmus qui défile. Lille reste ma ville de course (10 km de la braderie), de fête, de football (ou comment je vois ma défaite MPG en direct face au vieux Moundir et son équipe de mer**), et même d'une annonce de mariage ! L'embrasement du beffroi d'Arras, les anniversaires d'Astrid à Dunkerque ou de Corentin à Saint-Omer. Et puis Noël à Marseille..

 

Je ne suis sans doute pas complet, et j'ai dû oublier quelques évènements marquants. Mais je sais que je n'ai pas besoin de tous vous citer, et que beaucoup se reconnaîtront dans cette belle liste, qui me rappelle à quel point 2015 fut une année chargée où le terme d'ennui n'a pas beaucoup existé. J'ai repris le football, j'ai regardé des films géniaux (top 3 de l'année : Gone Girl, Whiplash, et les Xavier Dolan), j'ai découvert une histoire familiale de la première guerre mondiale...

 

Mais je ne peux pas terminer mon zapping 2015 sans parler de mon 13 novembre. J'étais dans l'Irlandais (bar ambiance lillois), et j'apprenais qu'un attentat avait eu lieu à Paris. Il y a une vingtaine de morts. Malgré l'annonce et un contre-coup d'une vingtaine de minutes, j'ai continué ma soirée, dans une belle ambiance festive. Et puis je suis allé à la Boucherie (boîte lilloise), et j'ai vu sur la télévision le Bataclan, et ce bilan de 120 morts. Là, j'ai bien essayé de repartir sur la piste, mais l'ambiance festive me semblait tellement inappropriée, limite indescente. Le retour et la radio, puis Internet. Les larmes me sont montées plusieurs fois, parce que la génération Bataclan, c'était la génération Erasmus-Easyjet comme le dit si bien un article du Monde, et que l'on se retrouve toujours plus dans les morts français que népalais, centrafricains ou syriens (cruel mais vrai). Je pourrais vous parler des élections départementales ou régionales, et d'un engagement en politique, mais je garde tout ça pour un prochain article.

 

Je terminerai plutôt avec les filles, car je sais que c'est là un sujet qui vous intéresse beaucoup (c'est en tout cas celui dont j'ai le plus les échos!). 2015 fut une année de belles rencontres, mais pas d'amour. Sans doute n'étais-je pas prêt. Ou tout simplement je n'ai pas rencontré la bonne. Mais je les remercie quand même, comme je remercie chaque personne croisée cette année et qui aura contribué à faire de cette année une belle année. J'ai été heureux une bonne partie de mon temps. Que 2016 puisse être ainsi, pour moi, et pour vous.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs