21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 13:53

Une boîte métallique chez une personne âgée contient souvent 1000 trésors. Par deux fois, très récemment, j'ai pu découvrir cela. Aujourd'hui, c'est grâce à de vieilles cartes postales que je vous emmène dans un périple historique, à travers Saint-Omer.

Saint-Omer, à l’ancienne
Saint-Omer, à l’ancienne

La fameuse rue de Dunkerque, l'artère commerciale historique de la ville. Ce qui est amusant sur cette carte, c'est que la rue est à l'arrêt : tout le monde regarde le photographe.
Cette carte est datée du 2 novembre 1907, c’est-à-dire la veille de la naissance de mon arrière-grand-mère, Léa Sergent. C’est sa tante Eulalie qui écrit à sa sœur Elodie Sergent, enceinte : « Affectueux baisers de loin. Eulalie ».

Saint-Omer, à l’ancienne
Saint-Omer, à l’ancienne

Le boulevard de Strasbourg. On peut remarquer au centre un cheval tirant une charrette. Une deuxième est visible en arrière-plan, tandis qu’un homme est sur son vélo. Le Grand Garage Audomarois fait le coin avec la rue de Calais. Les couvre-chefs sont une institution.

Cette carte est datée du 24 août 1910. Elle est envoyée par un certain R. S. (Sergent ?) à Mr Sergent Guilbert. « Envoyer linge aujourd’hui mercredi. Bonjour. »

Saint-Omer, à l’ancienne
Saint-Omer, à l’ancienne

La caserne de la Barre, loin d'être un parking ! Cette carte est datée du 17 septembre 1929. Elle est envoyée par un certain Boyaval Guillemant. « Chers cousin et cousine. De la part de Louis, je vous envoie deux mots, il vous attend à la ducasse, et François pourra venir avec son fusil pour tuer du gibier. Bien le bonjour à tous ».

Saint-Omer, à l’ancienne
Saint-Omer, à l’ancienne

La Caserne de Bueil (écrit Rueil sur cette carte). Aujourd’hui, c’est localisé dans la rue Carnot (pour ce qui est l'un des bâtiments les plus horribles de Saint-Omer, le jaune et le vert pomme n'aidant pas !). Sur la droite, on peut lire l'inscription "buvette militaire". Cette carte est datée du 17 janvier 1906. Elle est envoyée par Eulalie à mon arrière-arrière-grand-mère, Elodie Sergent : « Chère sœur. Sois assez bonne de venir au devant de moi demain jeudi, car je vais être très chargée. Ne viens pas plus loin que le pont de Recques. Je descendrai là pour ne pas perdre de temps et je partirai de suite. Viens pour être là vers onze heures s.t.p. Ta sœur qui t’aime ».

Saint-Omer, à l’ancienne
Saint-Omer, à l’ancienne

Le faubourg de Lysel. Cet endroit a été asséché depuis (c'est la rue Saint-Martin, juste après le pont de la gare, en allant vers Clairmarais) Cette carte est datée du 4 janvier 1909. « Bonne et heure année. Reniez-Soupé ». Elle est destinée à Mr et Mme Sergent Guilbert et Mme veuve Guilbert, à Muncq Nieurlet, par Ruminghem.

On peut remarquer le prix du timbre : 5 centimes !

Saint-Omer, à l’ancienne

L’arsenal et l’hopital militaire. Cette carte est datée du 12 décembre 1908. « Remerciement. Votre amie. S C ». Elle est destinée à Elodie Guilbert.

Saint-Omer, à l’ancienne

Le jardin public. Elle est datée du 1er février 1906. « Chère sœur, j’arriverai samedi soir au train de 4 heures, dis à maman qu’elle repasse par chez toi, j’irai là. Peut-être que Monsieur Delattre vient samedi, s’il ne part pas trop tard je retournerai peut-être avec lui en voiture, mais je monterai chez toi tout de même. Mes baisers à Germaine. Ta sœur qui t’aime. Eulalie. »

Ce n’est pas une photo mais un dessin. On remarque les ombrelles utilisées par les femmes pour se protéger du soleil. Tout le monde porte des longs habits.

Saint-Omer, à l’ancienne

La gare, sur une carte datée du 14 mars 1906.  La gare de Saint-Omer est facilement reconnaissable, de par sa forme. Elle est inaugurée deux ans plus tôt, en 1904 (sur le fronton actuel, on peut lire 1903). Deux différences avec le bâtiment actuel : sur le toit, un clocheton trone. Il n’existe plus aujourd’hui. Sur le fronton, on peut lire « chemin de fer du Nord ». L’inscription a également disparu aujourd’hui.

Sur la place, on peut remarquer plusieurs calèches à droite et à gauche, et une au centre : celle-ci porte l’inscription « Grand hôtel de France ». Je présume que l’hôtel vient chercher à la gare ses clients. Les longues robes des femmes.

« Chère sœur. Les carottes seront à Recques jeudi soir, monsieur allant demain à Leulinghem, va les mettre là où monsieur Delattre doit les prendre demain, donc tu peux aller à Recques vendredi matin. Mon retour a bien été. Peut-être à D. ou une lettre ( ?) ; des compliments à tous. Mille baisers à Germaine. Ta sœur qui t’aime. Bonne santé. Eulalie ».

Si le sujet vous intéresse, un site est consacré aux vieilles cartes postales de Saint-Omer (la base de données a 366 cartes postales !)
http://www.cpa-saint-omer.fr/cartes-recherche.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs