28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 13:23

Cinq ans plus tard, me revoici dans la capitale britannique, arpentant des rues bien connues puisque tant de fois empruntées à une époque erasmussienne. Londinium, son agglo de 11 millions d’individus, ses 28 millions de touristes par an. Et moi, arrivé dans mon petit bus Eurolines à la gare de Victoria. Quatre jours pleins pour voir et revoir les charmes de la perfide. Car oui, Londres est cool. Voici les trois raisons principales :

- des musées gratuits

La National Gallery, l’un de mes musées préférés. Surplombant Trafalgar Square, où trône le grand Nelson, le musée propose quelques tableaux incroyables (les Ambassadeurs d’Holbein, les quatre âges de l’homme de Valentin de Boulogne) et d’autres ultra-connus (les Tournesols de Van Gogh, 19 Monet…). Or, quel est le prix de l’entrée ? 0. Enfin, le musée nous propose de l’aider, avec des troncs postés dans des endroits stratégiques. Le prix est le même au British Museum ou au Tate… Génial.

J’en ai profité pour découvrir le musée d’histoire naturelle (dont l’entrée fait très église !), peut-être moins impressionnant qu’à New York, mais qui vaut le détour.

Londres, I’m back

- des parcs gigantesques

Londres est verte. Bon, attention, ce n’est pas un parc naturel ! Il y a des voitures, des métros, du bruit etc. un peu partout en ville. Mais, contrairement à Paris, l’extrême centre-ville est vraiment fourni en parcs : Green Park, Saint-James Park, Hyde Park, Regent’s Park, les jardins de Kensington (avec son palais, où résident William, Kate et leurs charmants bambins….vive la République ! pardon, un réflexe).

Londres, I’m back

En vérité, il faut remercier la couronne pour ces parcs et pour cause : ce sont des parcs royaux ! A la base, ils étaient souvent des anciennes réserves de chasse de la famille royale, et aujourd’hui ils sont mis à la disposition du public grâce au bon vouloir de la monarchie (car ils appartiennent toujours en propre à la reine !). Sympa hein ! 22km² de parcs royaux sont donc présents dans le Grand Londres.

Je me suis dirigé vers Greenwich, l’un des parcs que je n’avais jamais vu… grave erreur ! C’est sans doute l’un des plus beaux ! Il est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco pour abriter l’observatoire royal : le point de départ du méridien le plus célèbre !

Londres, I’m back

La vue en haut du parc est époustouflante : on peut y voir le tout Londres ! Enfin presque ! De la City au quartier d’affaire de Canary Wharf jusqu’à l’O² Arena. La vue plongeante permet d’observer le parc, avec au fond, au centre, le musée maritime (installé dans la maison de la reine…puisqu’on vous dit qu’elle est sympa !) Juste derrière, un ensemble architectural impressionnant, l’Old Royal Naval College, aujourd’hui aux mains de l’université de Greenwich.

Londres, I’m back
Londres, I’m back
Londres, I’m back
Londres, I’m back

- une ville qui bouge

Là, une nouvelle fois, je vais comparer à Paris. Non, Paris n’est pas mort. Mais ce n’est clairement pas la ville de la fête en Europe. Londres, par contre, a une belle réputation en la matière. Mais je ne veux pas simplement parler des soirées ou boîtes de nuit. Londres vit et bouge dans son architecture. J’ai refait ma traditionnelle marche le long de la Tamise (connue de tous ceux qui sont venus me voir à l’époque). Et j’ai été surpris par le rythme des constructions ! De grandes tours ont surgi en cinq années ! J’ai notamment découvert le « talkie-walkie », surnom du 20 Fenchurch Street, terminé en 2014. Cette tour est géniale car…on peut aller au dernier étage gratuitement pour profiter de la vue ! Il faut réserver à l’avance, mais le Sky Garden vaut clairement le détour.

Bon, cette tour est également source de sacrées polémiques… (aspect visuel pour la tour de Londres, réfléchissement des vitres qui permet de faire cuire un œuf au sol dans les rues environnantes (la température peut atteindre 90°C !)). Mais pour le touriste que j’étais, elle est pratique (et cela manquait à la capitale britannique).

Londres, I’m back
Londres, I’m back
Londres, I’m back

J’ai également eu la chance d’assister au BBC Proms, festival de musique classique, à l’intérieur du Royal Albert Hall…. Outch ! Ouf ! Argh ! Oui, c’est un peu mon résumé de cette salle de concert mythique, qui peut encore réunir 5 500 spectateurs (8 000 à la base). Je pense que c’est la plus belle salle que j’ai vue dans ma vie. Le concert débute avec la toccata et fugue de Bach, sur le deuxième plus grand orgue d’Angleterre… Au niveau du son, ça envoie ! Puis l’orchestre prend le relais, avec une présentation très show à l’américaine. Une centaine d’enfants font les chœurs. La Valkyrie. Bizet…. C’était selon le Daily Telegraph le meilleur prom de l’année. Pour 12 pounds. Merci !

Londres, I’m back
Londres, I’m back

Bon, Londres reste une grande ville, et je refuserais quand même d’y habiter pour 4 000 euros par mois… beaucoup trop de monde !! Les touristes étaient partout (une queue incroyable pour le musée d’histoire naturelle, Greenwich, et surtout à Camden Town, soi-disant haut-lieu punk et altermondialiste, mais qui pue l’arnaque touristique). La qualité de vie reste moyenne, le métro coûte un bras (et tu y perds une heure de vie par jour), la bouffe est loin d’être extra et la pollution est impressionnante pour le campagnard que je suis (mon nez était en sang chaque soir). Mais pour visiter, surtout quand on habite dans le Nord (bus aller-retour Lille-Londres pour 40€…), ça serait dommage de se priver !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs