9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 18:36

Ryanair et ses tickets magiques m’ont encore convaincu. 40€ l’aller-retour, et me voici à l’abordage de Copenhague ! Et ceci est mon premier logement.

Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Airbnb a quelques avantages ! A quelques encablures de l’aéroport, alors que la nuit est déjà tombée, je pars donc à la recherche de mon voilier dans le port. Sensation assez géniale. Dans l’obscurité, il m’apparait. C’est un fameux trois mats, fin comme un oiseau ! J’entends l’équipage, et je monte sur le pont par bâbord ! J’ai l’impression d’être un pirate ! C’est tout juste si je ne m’aventure pas en haut des filets ! Bon, il fait nuit, et du vent ; ça serait une mauvaise idée. Je descends à l’intérieur du navire, et je retrouve une belle bande de marins, en train de partager la soupe. L’intérieur est comme je l’imagine, quoique plus grand. Il y a là bien 20 couchettes superposées. Et l’une d’entre elles est la mienne ce soir. Une Finlandaise me fait la visite du navire, et puis je partage le repas avec une petite dizaine de nationalités. Le voilier a été racheté… 1€ (!!!) il y a de ça deux années, alors qu’il était en piteux état. Aujourd’hui, il ferait rêver n’importe quel aventurier, comme moi (et peut-être comme toi, qui lis ces quelques lignes !). C’est une association qui le gère et le retape, ils espèrent prochainement prendre la mer (non, c’est la mer qui prend l’homme ta ta tin !). Accueillir des gens en Airbnb les aide financièrement dans leur projet. Bref, c’est du gagnant-gagnant !

 

Pas le temps de faire la grasse-mat’, une nouvelle ville, un nouveau pays s’offrent à moi ! Copenhague, ville fondée par les Vikings puis village de pêcheurs (oui, on reste dans l’univers des bateaux !), est aujourd’hui une grosse agglomération de plus d’un million d’habitants. Elle est située sur une île (je présume qu’il n’y a pas que moi qui ne connait pas vraiment la géographie du Danemark… du coup je vous mets une carte !).

Copenhague, ses canaux et la petite sirène

J’essaie désespérément d’acheter un ticket de métro, mais la machine n’accepte pas les billets. Me voici déjà en fraude lors de mon premier trajet, en caricature du Français… Je m’arrête du côté de Christianshavn, le port de Christian (l’allemand me servira à plusieurs reprises au cours de ce voyage !). Et que vois-je ? Des canaux ! Je suis arrivé sans m’être renseigné, du coup, je suis surpris !

Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Très vite, j’ai un coup de cœur. Cette ville me plaît énormément. En plus des canaux, il y a les vélos partout (40% de la population se déplace ainsi !!), et je croise quelques voitures, souvent… électriques ! Je considère souvent les pays nordiques en avance sur nous, en France. Copenhague confirme rapidement mon idée. C’est tout juste si je n’ai pas envie de me baigner. Quoique, à y regarder de plus près… Des méduses ! Et pas qu’une ! Je suis médusé en voyant ce drôle d’animal dans des eaux aussi froides !

Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Après avoir déambulé quelque peu le long des canaux, je me repose à Christiania. C’est « la ville libre » (autoproclamée) de Copenhague. Certains y voient un rassemblement de hippies et de SDFs. C’est en tout cas une expérience qui dure depuis 1971 ! Un millier d’habitants vivent à Christiania, et ils ont leur propre monnaie, leur propre drapeau, et leurs propres règles. La vente de cannabis y est autorisée (alors que c’est interdit dans le reste du pays), et le trafic se fait à la vue de tous. L’endroit a, je pense, perdu un peu de son charme. Il fait très Disneyland, avec ses restaurants et ses magasins de souvenirs. Disneyland pour hippies, certes, mais Disneyland quand même.

Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Direction le cœur de la ville. Le soleil m’accompagne, et la lumière est fantastique. Avec les canaux et la couleur des maisons, c’est difficile de manquer les photos ! Ici c’est Nyhavn, le nouveau port.

Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Je remonte peu à peu vers les fortifications. Une caserne est là, plutôt en bon état. Et derrière elle se cache une dame plutôt connue…

Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Coucou toi ! La petite sirène, sur son rocher, abandonnée de tous. Enfin, pas des cars de touristes asiatiques ! (ils sont partout !) Hans Christian Andersen est sans aucun doute le Danois le plus connu, notamment pour son œuvre La petite sirène (mais aussi Le vilain petit canard).

 

Plusieurs châteaux ou palais sont également présents en ville, dont celui de Rosenborg. J’apprécie beaucoup le lieu pour son jardin. L’automne favorisant les photos d’arbres… Je me régale ensuite dans les jardins des serres tropicales.

Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Copenhague, ses canaux et la petite sirène

Allez, prenons enfin un peu de hauteur pour admirer une dernière fois Copenhague. A l’horizon, les éoliennes s’agitent, et, plus loin encore, je peux deviner la Suède et la ville de Malmö. Mais ce n’est pas ma direction : vite, je pars dans les terres !

Copenhague, ses canaux et la petite sirène
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs