20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 23:52

Assis à sa table, seul, il regarde passer les bus et les voitures, les piétons et les chiens, quelques vaches se baladant. Il est français, ça, j'en suis sûr. Difficile pour nous autres de passer inaperçus avec notre accent majestueux. Mais, sans ça, je l'aurais reconnu. Nous avons parfois quelque chose sur le visage, dans la coiffure, qui hurle à l'observateur attentif notre nationalité. Et puis il y a le sac Quechua, le meilleur tatouage de notre Hexagone. Enfin, et surtout, il y a ce geste, celui que les autres n'oseraient pas, de renvoyer la nourriture en cuisine pour une raison quelconque. Et, pour ça, il est vraiment français !

 

Munnar est la parenthèse de ce premiers mois. Je quitte le littoral, la mer d'Arabie, le sable et la chaleur pour la végétation à perte de vue. Le bus toussote quelque peu pour passer la première côte, puis la seconde...et ainsi de suite. Les lacets s'enchaînent, tandis que la fraîcheur fait une apparition remarquée. Une cascade, puis une deuxèeme. Et, enfin, cette toile de fond recherchée, les arbustes alignés, et découpés : me voici au milieu des plantations de thé.

Munnar, les richesses de l'Inde

Munnar est le lieu parfait pour ma première randonnée. 19 kms sont au programme, avec un départ à 7h. Mon pull sur les épaules (drôle de sensation !), je me lance à l'ascension de ce qui a fait, fait, et fera la richesse de cette région. Autour de nous, 55 000 pieds de thé. Ce sont des tribus locales qui ont découvert la plante, mais ce sont les Anglais qui en ont fait un véritable business, avec une grande politique de plantation. Le paysage est aujourd'hui une étendue verte, remplie de cicatrices, que nous empruntons. Nous grimpons à 2 100 mètres pour parvenir au sommet. C'est là que le petit-déjeuner apparaît enfin pour nos estomacs affamés.

Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde

Sri est notre guide. Du genre expérimenté, puisque cela fait 12 ans qu'il fait ce travail. Depuis 3 mois, il est à son compte. Marre de se faire exploiter ! Il a lancé Munnar Trekking Adventure et sa gentillesse et ses connaissances font de lui le guide parfait (en plus de la nourriture maison de sa femme !). Il nous explique la situation locale : 12 000 personnes travaillent aujourd'hui dans les plantations, qui sont le plus souvent la propriété de la famille Tata. Elles sont payées 301 roupies par jour (environ 4 euros), sur la base de 27 kilos de feuilles ramassées. Si tu en ramènes plus, tu es mieux payé. L'inverse est également vrai. Le thé est récolté toute l'année. L'autre travail important est la découpe, qui est régulière (à la base, c'est un arbre, et l'idéal pour la récolte est qu'il ne dépasse pas le mètre de hauteur). Pour les travailleurs, il existe quelques avantages à travailler à Munnar pour Tata : le logement est offert, tout comme l'école ou les équipements de sport. Ils pourront également bénéficier d'une retraite (ce qui n'était pas le cas auparavant, et ce qui n'est pas encore le cas de beaucoup) et de 3 semaines de congés. Les parents de Sri travaillaient dans les plantations, son petit frère aussi. La famille est originaire du Tamil Nadu, la région voisine, tout comme la majorité des travailleurs de Munnar.

On en arrive à parler de sa vie, du décès récent de son grand frère, "son second père". Nous parlons politique, nous parlons religion. Il raille notamment ceux qui prient Dieu pour un meilleur salaire, alors qu'ils feraient mieux d'aller voir leur patron. Il est curieux de tout, et moi aussi. Les 9 heures passeront très vite.

Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde

Après la montée, sans surprise, il y a la descente. Elle nous permet de traverser l'autre grande richesse de la région, l'autre grande richesse historique du pays : les épices. Je rencontre notamment le roi et la reine, à savoir le poivre (rouge, vert, noir et même blanc !) et la cardamone. Et puis il y a tout le reste : le jacquier (et son fruit de 10 kilos !), la vanille venue de Madagascar, les ananas, les mangues, le cacao (que l'on mange tel quel !), le pomelo (sorte de pamplemousse), les clous de girofle, l'eucalyptus, les noix de coco, lemongrass, noix de muscade, menthe, papaye, café... L'apprenti naturaliste que je suis se régale de tant d'informations (j'ai renommé mon guide Srikipedia), même si je ne retiens pas tout. Sans hésitation, ma meilleure journée indienne.

Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde
Munnar, les richesses de l'Inde

19 kilomètres plus tard, avec un bon dénivelé, je rentre sur les rotules. Mais cela ne m'empêche pas d'honorer le soir même, jour de Saint-Patrick, l'Irlande. La soirée est déchaînée. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs