25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 03:43

5 bus. Pour aller de Hampi à Keri, ville au nord de la région de Goa, je vais mettre plus de 13 heures, et arriver lessivé. Ce qui n'est pas le cas de mes fringues, 7 semaines sans machine, et même si le lavage à la main dépanne bien, ce n'est pas pareil : j'ai de plus en plus l'impression d'être poisseux !

A Goa, je retrouve le paysage verdoyant et un peu escarpé que j'avais laissé dans le Kerala et la Tamil Nadu : palmiers partout, rivières, et, avec plaisir, la plage. C'est un peu pour ça que je viens, puisque Goa est LA station balnéaire du pays. Je retrouve aussi, peut-être avec moins de plaisir, le tourisme de masse (quoique ce ne soit pas la grosse saison). Je vais passer mes deux jours sur la plage de Mandrem, à siroter des banana shakes et à nager tout mon saoul.

Goa, petite Moscou
Goa, petite Moscou
Goa, petite Moscou
Goa, petite Moscou

A mes côtés, des Russes, des Russes, et des Russes. Vraiment impressionnant. Les magasins, les restaurants et les hôtels se sont adaptés, et beaucoup d'indications sont traduites en russes. Direction mon hôtel.

Un homosexuel russe au regard de chat. Un Néerlandais en dreadlocks, sosie de Fred, un copain de primaire, une guitare à la main. Un Indien étrange, comme possédé, rempli de TOCs. Deux Turcs en tour du monde à vélo, qui ont passé 3 mois en Iran. Lui a la barbe très fournie. Un Allemand, car il y a toujours un Allemand. Le Russe sert, ressert, et re-ressert du thé, son thé. No Name's Hotel. 

Certains considéreraient cet endroit comme un repaire de hippies. Ils n'auraient pas tort. Les joints tournent de main en main. J'esquive. Le lieu a été fondé par une Française et un Indien. Le concept : l'hôtel est... gratuit ! Nous sommes à Keri, le village le plus au nord de la région de Goa. A quelques centaines de mètres, un pont nous emmène au Maharashtra. Ce lieu est paisible : pas de restaurant aux environs, peu d'activité. C'est un village épargné de cette côte gangrenée par le tourisme de masse. Mais le No name's Hotel n'est-il pas le cheval de Troie pour ce village ? La question se pose. L'hôtel fonctionne grâce aux donations et aux coups de main. Un café et un petit resto sont sur les rails. La nourriture se fait rare dans les environs, ce ne sera pas un luxe. Je dors dans un dortoir, la salle de bain est sommaire. Je passe une longue feuille. La Russe guette ma tasse vide. Sur la terrasse, peinte de 1 000 dessins, ça lit, ça discute, ça rit, ça joue. Drôle d'endroit, tellement différent de ma routine française. Goa.

Goa, petite Moscou

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Inde
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs