13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 06:35

384 villes ou lieux découverts selon Trip Advisor. 54 pays. Une Europe punaisée. Une scratch map bien entamée. Et une mission, l'ultime mission de ma Bucket List : voir tous les pays du monde.


visited 54 states (24%)

Récemment, une réflexion m'a traversée l'esprit : ne suis-je finalement rien d'autre qu'un consommateur de voyages ? Certains ou plus souvent certaines consomment des vêtements et ont chez elle 54 paires de chaussures, quand moi j'ai 54 pays dans un coin du crâne. Mais n'est-ce pas là une même démarche ?

Oui, je me pose des question bizarres. Mais tout de même, est-ce que je voyage pour moi, toujours, ou pour le principe de voyager ? Est-ce que je choisis un pays pour le découvrir ou pour le gratter ? Si j'opte plus facilement pour des lieux que je n'ai pas déjà visité, n'est-ce pas dans ce but ? Est-ce que je voyage toujours pour mon plaisir, mon bonheur, ou pour l'image que ces voyages donnent de moi, image que j'entretiendrais ?

 

J'ai déjà écrit sur ce sujet il y a deux ans, mais j'ai un peu plus de certitudes aujourd'hui. Car, à l'époque, j'éprouvais moins de plaisir dans mes voyages. Enfin, quand je dis "voyage", je devrais préciser "voyage en Afrique pour ma thèse", ce qui n'est pas tout à fait pareil. Le périple en Inde et les petites escapades en Europe de l'Est m'ont rassuré : non, je ne voyage pas seulement pour voyager, mais surtout parce que ça me rend heureux (oui, j'en ai douté).
Il n'empêche, je suis un consommateur. J'achète mes voyages et je les consomme. Certes, peut-être un peu différemment de la majorité de la population, sans doute moins cher, sans doute plus longtemps et plus souvent, avec peut-être, en tout cas je le crois, plus de rencontres. Mais je reste un gros consommateur, arpentant comme tous le Taj Mahal en Inde et les Pyramides en Egypte. Je suis un voyageur, car les voyages m'ont transformé, mais je suis aussi un touriste, qui suit des chemins souvent classique. Je suis un backpacker, parce que j'ai bien mon sac à dos sur les épaules, mais sans être absolument différents des autres, au contraire. Je rencontre mes semblables sur Couchsurfing, ou lorsque j'en croise un le pouce levé. 

"Moi, je ne suis pas le touriste de base en all-inclusive en Espagne ou en Tunisie". Oui, mais non. Car tu es le backpacker de base, avec le Lonely planet dans les mains. Et tu seras tout de même devant la Sagrada Familia, avec ces êtres que tu juges si inférieurs : les touristes. Je peste un peu dans cet article, mais c'est qu'ils sont nombreux, parmi les backpackers, parmi les voyageurs à se croire différents, ou plutôt supérieurs. Je ne dis pas il y a 70 ans, si tu te baladais avec un sac à dos au milieu du Congo. Mais, aujourd'hui, nous sommes des millions. Ce n'est pas un problème en soi, ce n'est pas une critique du voyage avec le sac à dos, mais c'est un rappel à la modestie. Nous restons des consommateurs. Notre façon de consommer est un peu différente de la majorité, mais nous consommons en majorité les mêmes produits, les mêmes pays, les mêmes lieux. Il y a eu plus d'un milliard de personnes qui ont voyagé en 2016, le tourisme de masse est de plus en plus partout, tout le temps, c'est un fait. Vouloir découvrir Venise ou Prague sans touriste, c'est un doux rêve. C'est trop tard. Tristes tropiques qu'il disait. Certes, mais je garde mon sourire. Les voyages, ils sont finalement toujours plus beaux quand ils sont partagés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Voyage (autre)
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs