28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 00:39

5h30. Dimanche. Le premier des vacances. Ah, les salauds ! Quand ils m'ont proposé la sortie, j'imaginais le truc un peu pénard, les pieds dans l'eau et un bouquin dans les mains. C'était le plan initial : canoë, pêche, et repos. Mais le plan a évolué : jungle, sac à dos, et marche !

Bon, je ne me suis pas fait prier non plus. Les chutes Voltaire sont le lieu à faire à côté de chez moi. Enfin, pas tout à fait à côté. 3 heures de route, dont une bonne partie sur une piste non goudronnée, qui révèle quelques surprises (et de nombreux trous). Après avoir passé la gendarmerie (présente dans le coin pour démotiver les orpailleurs), nous voici au départ. Dans mon sac à dos, j'ai tout le matériel nécessaire à 3 jours de vie en forêt : de la nourriture, une bouteille d'eau et des pastilles Aquapur, un hamac, une moustiquaire, une lampe frontale, quelques fringues et c'est à peu près tout. Il ne faut pas trop charger la bête, à savoir moi-même, puisque je vais marcher avec tout ça sur mon dos pendant quelques heures les trois prochains jours. Je suis accompagné par deux collègues, Augustin et François, et par deux copains d'Augustin, Franck et Guillaume. 5 profs, 5 mecs, et une belle bande de joyeux lurons.

 

A peine 10 mètres qu'il faut déjà enlever les chaussures pour traverser une rivière... il y avait un pont, ici, il n'y a pas si longtemps. Mais il a disparu ! Ca donne le ton. Ensuite, de la forêt, de la forêt et de la forêt. Nous écoutons parfois au loin, essayant de débusquer un animal de la jungle, un gros papillon et un bel oiseau. Le sentier est bien marqué ce premier jour, et nous arrivons à la première chute Voltaire. L'endroit est paisible, et c'est parfait pour se baigner et prendre notre repas...

A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire
A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire

Chute ! Chute ! Quoi ?! Déjà la deuxième chute ? Non, non, ce n'est que moi. Tout habillé, le porte-feuille et l'appareil photo dans les poches... et j'ai chu ! Une fois. Puis je me suis relevé. La pierre était toujours aussi glissante. Alors j'ai re-chu ! Un sketch, tandis que j'essaie de sauver comme je peux mes papiers, mon argent et mon appareil photo. Personne ne me voit, l'honneur est sauf, mais mon appareil photo est décédé. Bon, je sauve la carte mémoire, et ça fait 2 ans que je dis d'en acheter un nouveau. Qu'importe, le lieu me plait, et les gens autour de moi aussi.

 

Direction l'Inselberg. Je sais que vous êtes tous familiers avec l'allemand, néanmoins je précise : c'est une sorte de grosse roche surplombant la forêt. La vue sur la canopée est sympa, et c'est une chose très rare ici. Personnellement, ça me plait, mais sans plus. De la forêt, de la forêt, de la forêt... faut aimer le vert ! La montée se révèle être assez sportive, nous arrivons tous dégoulinants. Et nous dormons... là-haut !

A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire
A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire

Un carbet. Ce mot est très important si vous venez en Guyane. Un carbet, ce n'est rien d'autre que des poteaux en bois, placés au milieu de la forêt. Nous avons de la chance, une bâche est déjà installée, faisant office de toit. Il n'y a plus qu'à attacher le hamac. Attention, il faut bien le faire, pour qu'il puisse supporter son poids toute la nuit. Personnellement, le premier essai fut un échec : il était accroché, je me suis allongé, et j'ai re-chu. Oui, je vous avais prévenu dans le titre, ce sont LES chutes Voltaire.

Nous allumons le barbecue, un autre groupe est là, et c'est à 10 que nous allons passer la nuit, tandis que les cris des singes hurleurs et des crapauds résonnent à travers la forêt. Pas de moustique par contre, et ça c'est chouette. Quelques parties de tarots, un coinche et une bonne nuit en hamac (et pourtant j'étais sceptique).

A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire
A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire

Le lever du soleil est assez connu sur l'Inselberg. Bon, notre groupe sera assez connu pour son sommeil profond et son absence de motivation pour se réveiller à 6 heures. Bon calcul, le ciel était plutôt couvert. Nous descendons l'Inselberg en fin de matinée, direction la chute de Vieux Broussard. Là, c'est une autre histoire. Nous suivons un layon, une sorte de petit chemin tracé par nos prédécesseurs à travers la forêt. Le problème, c'est que certains se sont trompés de route... route qui est bien tracée par leurs soins ! Nous avons une trace GPS, que nous avons décidé d'ignorer au départ. Oui, on est joueur. Et nous avons perdu. Et nous nous sommes perdus. A 500 mètres du layon selon notre GPS. Nous avons suivi une fausse piste, et décidons de couper à travers la forêt.... c'est du sport ! Les grosses fourmis nous attaquent, la machette n'est pas toujours suffisante, les arbres tombés nous barrent le chemin. Tu voulais de l'aventure, tu l'as ! Après 2h30 de marche, nous arrivons enfin au carbet (normalement il faut 1h30). Surtout, nous voici devant les secondes chutes, les plus belles selon moi : elles s'étirent sur une centaine de mètres. Un siphon est particulièrement connu ici, car il s'est révélé être mortel il y a plusieurs années : faire attention où je pose les pieds, car j'ai la chute en moi. Et, cette fois, je n'ai point chu !

A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire
A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire
A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire
A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire

Un autre groupe nous rejoint. Deux avions de chasse nous permettent d'animer notre soirée (#balancetonporc). En parlant d'animal, il y a quelques espèces sympas, que vous avez tous, j'en suis sûr, envie de rencontrer un jour : araignées, poux d'agouti et chenille. Pour les poux, je suis revenu avec les jambes bien piquées. Pour la chenille, ce fut sur Joe Dassin, le soir de notre retour... (oui, mais c'est ça de partir 3 jours en forêt, on finit par s'amuser avec n'importe quoi!). Une soirée crêpes qui a parfaitement clos notre belle petite aventure.

A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire

Le bilan : un lieu incontournable à faire à côté de Saint Laurent du Maroni. Une préférence pour les secondes chutes, plus difficiles d'accès mais vraiment plus impressionnantes. Dormir en hamac et en carbet fut quelque chose. Le faire deux nuits c'était bien. Plus longtemps ? Je ne suis pas tout à fait sûr... (mais je débute). De même, la forêt est impressionnante : les troncs, les racines, les bruits, sa majesté, ses mystères. 3 jours de forêt, d'accord. Plus longtemps ? Je ne suis pas tout à fait sûr (car j'aime bien quand le paysage varie, ce qui n'est pas tout à fait le cas quand on part plein sud!).

Ah, et puis il y a aussi la bande, sans qui ce séjour n'aurait pas tout à fait été le même !

A travers la forêt amazonienne : les chutes Voltaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Guyane
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs