20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 22:22

Hormis pour ses fusées et ses îles, Kourou a plutôt mauvaise presse : la ville serait laide, l'insécurité importante et il n'y aurait pas grand chose à faire. Clairement, c'est vendeur ! Et si je rajoute la présence de la légion étrangère...

Kourou n'est qu'un village de 700 habitants lorsqu'on la choisit pour accueillir le centre spatial au milieu des années 1960. La construction prend plusieurs années, et les travailleurs s'installent sur place dans des campements de fortune. Il faut attendre la décennie 1980 pour voir peu à peu s'effacer ces bidonvilles. Aujourd'hui, la ville tourne autour du CSG, des militaires et... du tourisme. Pas forcément beaucoup dans la ville, quoique nous ayons apprécié le front de mer : petit restaurant, tour Dreyfus et cheveux au vent sous les palmiers. Y'a pire.

Kourou et les îles du Salut
Kourou et les îles du Salut
Kourou et les îles du Salut
Kourou et les îles du Salut

THE place to be reste cependant les îles du Salut : trois îles situées à 14 kilomètres au large, à l'histoire originale (quand on vient de métropole, sinon c'est un peu l'histoire de la Guyane!). Déjà, les trois îles sont aujourd'hui la propriété... du centre national d'études spatiales (elles sont placées sous la trajectoire des lanceurs) ! Nous prenons un bateau et c'est parti pour une petite traversée de l'Atlantique.

Kourou et les îles du Salut

Nous arrivons sur l'île Royale, la plus grande des trois. L'endroit est paradisiaque : le soleil, la verdure, la petite plage... et des bâtiments.

Kourou et les îles du Salut
Kourou et les îles du Salut

Si l'endroit est paradisiaque aujourd'hui, c'était moins le cas il y a 100 ans ! Car ces trois îles faisaient alors partie du bagne : l'île Royale accueillait les prisonniers et l'administration, l'île Saint-Joseph les fortes têtes et l'île du Diable les prisonniers politiques/espions. Ainsi, le capitaine Dreyfus a été envoyé ici, tout comme Guillaume Seznec. Il faut attendre 1947 pour voir la fermeture du lieu.

Kourou et les îles du Salut

Nous déambulons entre les grilles et les murs, libres de nos mouvements. Les forts courants et les alizés empêchent la présence importante des moustiques, ce bagne était l'un des moins précaires de Guyane. Il n'empêche : les cellules n'avaient pas forcément de toit, et on ne voudrait pas passer une semaine dans ces bâtiments.

Kourou et les îles du Salut
Kourou et les îles du Salut

Après une petite baignade et un repas très (très) moyen et plutôt cher dans un lieu paradisiaque, nous repartons vers Kourou. Clairement l'un des lieux à ne pas manquer. [ça donne envie de venir en Guyane, non?]

Kourou et les îles du Salut
Kourou et les îles du Salut
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs