18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 18:58

Trois mois plus tard, je suis de retour dans le Nord. Enfin, non, le Nord est de retour chez moi ! Sarah et Lucas me font l'honneur d'une visite, et j'avoue que je les attendais avec impatience : cela fait plusieurs semaines que mon sac à dos me démange. J'ai gardé nombre d'activités pour leur venue, et nous allons commencer et terminer avec le plus connu : le centre spatial guyanais, le CSG pour les intimes. Il est installé à Kourou, la ville la plus internationale de Guyane. Le CSG a été construit au cours de la décennie 1960, notamment par des populations surinamaises (auparavant, la base de lancement était... en Algérie ! Une indépendance plus tard...). Le CSG est LA zone d'activité de Guyane : 7% de la population active du département y travaille, et c'est... 16% du PIB ! Il y a plusieurs sites de lancement, pour Ariane, Vega et Soyouz (on en reparle dans quelques lignes).

 

Pour nous, au départ, ce sera la visite du musée. Nous arrivons au début d'une visite guidée, et nous posons de nombreuses questions. Le musée est un peu vieillissant, mais il a le mérite d'être très explicatif (et plutôt sympa avec des enfants – non, je n'en ai pas encore adoptés, je vous donne juste l'info!). J'apprends que la Norvège, la Suisse et... le Canada font partie de l'agence spatiale européenne (!).

 

Nous en profitons pour faire quelques photos devant la magnifique maquette de l'entrée.

Kourou : le centre spatial et le décollage d'Ariane 5

Dix jours plus tard, c'est le retour à Kourou. A peine sorti du lycée à 12h30 que je saute dans la voiture de mes colocs, et direction le lancement d'Ariane 5 ! Il a lieu à 15h37 (et six secondes). Il y a 2h30 de route depuis Saint-Laurent, sacrés préliminaires pour vingt secondes de tir ! Nous nous dirigeons vers Carapa, colline qui surplombe Kourou, et qui offrirait la meilleure vue pour le décollage. Des hélicoptères volent à basse altitude, les militaires sont de sortie. Nous arrivons quelques minutes à peine avant le décollage. Le temps est couvert, mais ça se maintient. Tout est réuni, la fusée est devant nous. Le décompte final.

Oh, erreur suprême. Nous avons regardé au mauvais endroit ! C'est la maquette du musée ! Ah les cons ! Le décompte faisait monter la pression et puis patatras ! S'en suit une énorme barre de rire pour mes colocs, tandis que le son de la fusée, impressionnant, arrive jusqu'à nous (il y a bien une minute de décalage). Après quelques minutes, nous redescendons, toujours surpris par ce moment. Le décollage est sympa, je le pensais toutefois plus impressionnant (à refaire de nuit). Sarah et Lucas étaient plus près, dans un bâtiment du CSG, mais pour le coup, ils n'ont vu que les 5 premières secondes, la fusée s'enfonçant ensuite dans les nuages.

La suite, c'est le bagne !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs