20 février 2018 2 20 /02 /février /2018 12:35

Commentaire sur une photo : « faut manger un peu hein ». Commentaire oral : « t'es maigre ! ». Regard des autres. Raison de rupture. Je suis maigre. Et la société ne le veut pas.

 

Cela fait une quinzaine d'années que les remarques s'enchaînent. Ma courbe de poids a commencé à vraiment stagner au collège, et mon mètre quatre-vingt six ne m'aide pas. 60 kilos. Un peu au-dessus. Parfois en-dessous. Je suis un garçon. On ne me dira donc pas que j'ai une taille de guêpe, et je ne serai pas surnommé la brindille. Non. Je serai l'Ethiopien. Ou le Somalien. Bref, je serai celui qui ne mange pas assez. Ou pas du tout. Les remarques existent de moins en moins chez mes proches, chez ceux qui me connaissent vraiment : ils savent que je suis loin du régime (au contraire), et que je ne suis pas anorexique. Mais ça n'empêche pas les remarques des connaissances et même parfois des copains.

 

Est-ce que je le vis mal ? Plus que je ne le pense parfois. Sinon, à quoi bon cette mission annuelle de grossir ? Pourquoi je me fais chier à faire des pompes et à aller à la muscu ? Est-ce que ça me plaît ? Autant qu'à celui qui doit faire un régime minceur. D'ailleurs, nos situations sont semblables. Sauf que le vocabulaire évolue, pour les « gros ».

 

Imaginez : « faut arrêter de manger un peu hein !». « Qu'est-ce que t'es gros ! ». Est-ce que vous oseriez faire ce genre de remarque à quelqu'un en surpoids ? Je ne pense pas. Pourtant, certains ne se gênent pas avec les maigres. « Vas-y, reprends-en un, mange un peu dont, faut que tu grossisses ! ». Pourtant vous n'oseriez plus le « Arrête avec ce biscuit, lâche-le tout de suite, tu vois bien que t'es gros ! ». C'est ce que j'appelle la maigrophobie. Je sais que je ne suis pas le seul à en souffrir, j'ai évoqué le sujet avec plusieurs filles. Là, ce sont notamment les mamys qui disent : « allez ma fille, faut manger un peu si tu veux trouver un garçon », comme si ces filles ne mangeaient jamais et que la beauté physique suffit à l'amour. De mon côté, j'ai tout de même eu une ex-copine qui m'a dit, en prétexte de rupture, que j'étais trop maigre. Imaginez l'inverse, « t'es trop gros, je te largue ». On la traiterait de connasse. Elle le serait d'ailleurs.

 

Bien sûr la société et la publicité sont contre nous, les gros et les maigres. Vous ne verrez jamais une publicité avec un garçon ayant les os apparents. Ce ne serait pas « esthétique ». « Fashion ». Beau quoi. Non, c'est « moche ». Surtout pour les mecs. Nous, il faut que l'on soit musclé ! Pectoraux, abdominaux. Un peu de ventre, c'est limite accepté. Mais un os apparent. Brrrrr, effrayant ! « Tu sors d'Auschwitz ? » Oui, le point Godwin existe aussi dans la maigrophobie. On imagine pourtant assez mal quelqu'un dire « t'es resté enfermé six mois dans un Mc Donalds ? » en touchant le ventre de quelqu'un en surpoids. Alors pourquoi se le permet-on avec les gens maigres ? « C'est pas pareil ». Oui, c'est pas pareil, car nous, on doit forcément bien le vivre, car on a « de la chance ». « Et si tu veux, je te donne quelques kilos hein ! ». Non, tu ne peux pas. Il faut arrêter avec cette phrase. Je l'ai entendu 312 fois depuis ma jeunesse, et la possibilité d'échanger vos kilos que vous trouvez superflus avec ceux qui me manquent n'existe PAS !

 

Arrêtons donc avec les remarques sur le poids, arrêtons donc avec toutes les remarques physiques critiquant telle ou telle apparence parce qu'elle n'est pas en accord avec vos goûts (goût subjectif, gardez-les pour vous). Et pour tous ceux qui en souffrent, maigre, gros, qu'est-ce que ça change, si vous êtes en bonne santé ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Enfin quelqu'un qui aborde le sujet, tout ce que tu dis est vrai. J'ai moi même été complexé pendant un temps par cette caractéristique physique et certaines remarques étaient parfois vraiment destructrices. Merci.
Répondre
A
Excellent
Répondre

Plus De Blogs