15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 05:59

C'est l'avantage de la fin des cours, combiné à l'achat d'un vidéoprojecteur : j'enchaîne les films en ce moment, comme à la grande époque. Et voici mon premier réalisateur mexicain, attention les chefs d'oeuvre !

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

Amours chiennes (2000) : 17/20.

 

Un tragique accident de la circulation dans la capitale mexicaine met en relation les trois héros de cette histoire bien mouvementée : Octavio, le jeune, Valéria, mannequin célèbre, et El Chivo, vieux révolutionnaire clochardisé, tous trois punis par la fatalité.

 

Trois histoires parallèles, trois histoires d'amour vouées à l'échec : amour d'Octavio pour sa belle-sœur, amour de Valéria pour Daniel, amour d'El Chivo pour sa fille. Et l'unité du film repose sur la présence des chiens ! Ils reflètent les tensions que vivent les personnages ou les mènent à leur perte.

Quelle claque d'Inarritu ! Une histoire de chien, d'amour et de haine. Un régal, bouleversant.

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

21 grammes (2003) : 14/20. Avec Sean Penn, Charlotte Gainsbourg, Naomi Watts et Benicio Del Toro.

 

Vivant un mariage sans amour avec Mary (Charlotte Gainsbourg), Paul (Sean Penn), professeur de mathématiques, est en attente d’une greffe de cœur. Mariée et mère de deux petites filles, Christina (Naomi Watts), ex-junkie, mène une existence heureuse et paisible auprès de son mari Michael. À peine sorti de prison où il a trouvé la foi, Jack (Benicio Del Toro), gangster repenti, veut reconstruire son foyer et venir en aide aux jeunes délinquants. Un terrible accident va réunir ces trois personnes et les changer à jamais. Ils vont s'affronter, se haïr et s'aimer.

 

Le titre du film fait référence à la théorie développée par le médecin américain Duncan MacDougall, selon laquelle l'être humain perdrait 21 grammes au moment de sa mort, ceci correspondant au poids de l'âme. Film assez psychologique, et à nouveau un accident qui rassemble les personnages. La trilogie du réalisateur, deuxième épisode !

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

Babel (2006) : 16/20. Avec Brad Pitt et Kate Blanchett.

 

Un seul objet, un fusil, bouleverse les destins de personnages qui ne se connaissent pas et ne parlent pas la même langue, sur trois continents différents. Ahmed et Youssef, deux enfants marocains, jouent avec le fusil que leur père vient d'acquérir contre une chèvre. Ils veulent tester la distance de frappe des balles et l'un d'eux vise, tire et touche un bus de touristes. Parmi eux, Susan (Cate Banchett) et Richard (Brad Pitt), un couple à la dérive. Susan est blessée. A des milliers de kilomètres de là, aux États-Unis, Amelia, une nounou mexicaine, veille sur les deux enfants de ce même couple. Ses employeurs ont un empêchement. Amelia, qui avait prévu de retourner au Mexique pour le mariage de son fils, décide de les emmener avec elle. Son neveu, Santiago, vient les chercher. Au Japon, Chieko, une adolescente perturbée par sa surdité, peine à se faire des amis. Ses relations avec son père, Yasujiro, s'en ressentent.

 

7 fois nominé aux Oscars. Bon scénario, film qui va relier tant de personnages, avec au départ, un petit détail. Une nouvelle fois Brad Pitt dans un très bon film. Et fin de la trilogie de l'accident.

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

Biutiful (2010) : 16,5/20. Avec Javier Bardem, Maricel Alvarez.

 

Uxbal et les bas-fonds de Barcelone. La maladie, un travail exploitant migrants illégaux chinois et africains, corruption de policiers, et une famille en explosion. Uxbal veut sauver ses enfants, Uxbal veut se sauver, avant de partir.

 

Une bonne claque à l'accent espagnol. La misère des grandes villes (cette scène où Bardem regarde un clochard se faisant marcher dessus par un pigeon), et, surtout, la mort qui approche, rodant dans chaque scène. Film sombre, lugubre, et un peu fantastique par petites touches (les visions d'Uxbal). Javier Bardem est excellent (prix d'interprétation à Cannes), Maricel Alvarez ferait craquer, au sens propre et figuré, la plupart des garçons (quelle folie!).

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

Birdman (2014) : 17,5/20. Avec Michael Keaton, Emma Stone, Edward Norton.

 

Riggan Thomson était un acteur mondialement connu pour son rôle de super-héros : Birdman! Mais ce temps-là est révolu, et il espère monter une scène sur Broadway. Sérieuse et dramatique. Le monde du théâtre est contre lui, les journalistes, ses proches... et surtout son passé, qui le hante.

 

Film très centré sur le monde du cinéma et du théâtre, on sent beaucoup de vérités acerbes lancées. L'acteur imprégné par son rôle, à la manière du cygne de Black Swan, est convaincant, tout comme l'interprétation de Michael Keaton. Film très rythmé (Inarritu utilise un seul plan séquence tout au long du film !!!), récompensé par l'oscar du meilleur film.

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

The revenant (2015) : 14,5/20. Avec Leonardo Di Caprio et Tom Hardy.

 

Au début du XIXème siècle, un groupe de trappeurs se retrouve attaqué par des Indiens. Ils fuient la zone. Glass, le plus expérimenté d’entre-eux et le seul connaissant le chemin du retour, est alors attaqué par un grizzly. Il survit mais devient un handicap pour le groupe. Seuls 3 trappeurs restent avec lui, le temps qu’il décède. Son fils, conçu avec une indienne, fait partie du groupe. Fitzgerald aussi. Et il est plutôt pressé d’abandonner Glass…

 

Une grande fresque, avec un gros scénario et un bon jeu d’acteurs (notamment Di Caprio). Le côté historique m’intéresse beaucoup (c’est une zone indienne et française à la base, et les francophones jouent un rôle dans le film). Côté réalisme, il y a quelques détails qui clochent un peu (le froid notamment, l’eau gelée, les vêtements qui sèchent comme par miracle, la nourriture etc.).

Nommé 12 fois aux Oscars !

Alejandro González Iñárritu, la filmographie

Le bilan : que des bons films ! C'est assez rare pour être souligné ! Inarritu choisit ses scénarios avec talent, et les surprises jalonnent ses films (j'aime le fait de ne pas savoir où le film m'emmène). Il entre directement sur mon podium d'un classement de plus en plus relevé !

 

Mon classement des réalisateurs (totalement subjectif)

1. Emir Kusturica : 17,08/20 (7 films)

2. David Fincher : 16,28 (9 films)

3. Albert Dupontel : 15,83/20 (6 films)

-. Alejandro González Iñárritu : 15,83 (6 films)

5. Frank Capra : 15,50 (7 films)

6. Billy Wilder : 15,46 (12 films)

7. Charlie Chaplin : 15,29 (7 films)

8. Xavier Dolan : 15,33 (6 films)

9. Clint Eastwood : 15,25 (10 films)

10. Quentin Tarantino : 14,89 (9 films)

11. Stanley Kubrick : 14,82 (11 films)

12. Henri Verneuil : 14,80 (10 films)

11. Les frères Coen : 14,63 (15 films)

14. Sergio Leone : 14,58 (6 films)

15. Jacques Audiard : 14,5/20 (7 films)

16. Howard Hawks : 14,29 (7 films)

17. Alfred Hitchcock : 14,21 (12 films)

18. George Cukor : 13,95 (10 films)

19. Steven Spielberg : 13,90 (15 films)

20. Dany Boon : 13,88 (4 films)

21. Pedro Almodovar : 13,86 (11 films)

22. Stephen Daldry : 13,75 (4 films)

23. Woody Allen : 13,55 (19 films)

24. Tim Burton : 13,25 (12 films)

25. Wes Anderson : 13 (7 films)

26. Sofia Coppola : 12,9 (5 films)

27. Gus Van Sant : 11,5 (11 films)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs