2 juillet 2018 1 02 /07 /juillet /2018 20:04

Les deux pays frontaliers de la Guyane sont le Surinam et le Brésil. Le premier ne fait pas rêver grand monde, il faut le reconnaître. Le Brésil, par contre, a un mythe qui lui est associé. C'est festif, c'est football, c'est les plages de Rio et le carnaval. Bon rien de tout ça pour moi aujourd'hui (mais ça va venir, je lance d'ailleurs un appel pour le carnaval de Rio en février 2019, je veux en être si quelqu'un est motivé!). Direction Saint-Georges de l'Oyapock, tout à l'Est de la Guyane (je vis à la frontière ouest). 5 bonnes heures de route, en sortant de surveillance de bac : une ligne droite quasiment jusqu'à Kourou et puis la route de l'Est que je découvre. On m'en avait dit le plus grand bien, mais je reste dubitatif : en Guyane, si tu regardes à gauche, tu as des arbres. Par contre, si tu regardes à droite, tu as.... des arbres aussi. Hum.

 

Nous nous arrêtons à Régina. Pourquoi Régina ? Déjà le nom me fait un peu rire, ça me fait penser à la « chanteuse » Régine (je sais, j'ai une culture musicale à faire pâlir tous les fans de RDL). Et c'est l'occasion de découvrir l'Approuague, un des gros fleuves de Guyane. L'auberge, magnifiquement située, surplombe le cours d'eau. Régina en soi n'offre qu'une vue sur le fleuve, et pas grand chose d'autre.

Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil

Qu'importe, ce n'est qu'une étape vers Saint-Georges. A peine arrivés que les piroguiers nous accostent et souhaitent à tout prix (enfin, surtout le leur !) nous emmener de l'autre côté du fleuve Oyapock. Car, de l'autre côté, c'est le Brésil.

Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil

Enfin, Saint-Georges c'est déjà un peu le Brésil. Nous entendons du portugais, des drapeaux brésiliens flottent ça et là (comme dans beaucoup de villes de Guyane en cette période de liesse footballistique). Mais nous ne sommes pas venus pour nous arrêter à la frontière ! Nous passons sous le pont inauguré il y a quelques mois (il est ouvert... aux heures de bureau !) et rejoignons Oiapoque, la grande sœur de Saint-Georges. A peine arrivés sur le dégrade que nous voyons les Brésiliens assis sur le côté, devant Belgique-Tunisie ! Des drapeaux brésiliens flottent littéralement partout, où que nous regardions. Ah, qu'est-ce que j'aimerais regarder un match du Brésil ici !

 

A part ça.... bon, il faut être honnête, Oiapoque, hormis pour le fait d'avoir mis mes pieds au Brésil pour la première fois, ne restera pas dans ma mémoire. Il y a beaucoup de petits magasins, les gens parlent portugais et mangent apparemment pas mal de viande. Mais pas de vrai centre-ville comme chez nous, pas un petit coin à prendre en photo en disant « tiens, c'est joli ça ! ». Non, vraiment, vous pouvez oublier. Do Brasil !

Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil

Quelques minutes de pirogue supplémentaire nous amènent à Saut Maripa. Les « sauts » en Guyane sont ce qu'on appellent en métropole des rapides (des pierres, un débit important, parfois des chutes d'eau, selon la saison). Nous sommes déposés en bas du Saut, et nous remontons celui-ci en suivant un ancien chemin de fer perdu dans les arbres. Mon côté aventurier aime ce genre de petit lieu (surtout depuis que je suis en Guyane, région de France où il n'y a pas un seul train!). Nous nous retrouvons face au Saut, vraiment joli mais qui doit être plus impressionnant en saison sèche.

Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil
Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil

Chose étrange, dans ce coin paumé, des débuts de construction pour ce qui a peut-être servi de décors à un film sur Jean Galmot. Les fondations sont là, et c'est tout. Aujourd'hui, on pourrait très bien y faire un film d'horreur ! J'ai d'ailleurs le scénario : perdu, au milieu de la forêt amazonienne, bloqué par les rapides, un groupe de jeunes gens décide de passer la nuit dans ces bâtiments étranges. Mais, oh horreur !, ils disparaissent peu à peu, attaqués par une forme étrange. Forcément, comme dans tous les films d'horreur, ils se sépareraient en petits groupes, histoire de bien mourir tous. Sauf bien sûr le beau héros du film, qui sauve sa future femme (les laids ont une espérance de vie plus limitée dans les films d'horreurs). Ah, au passage, je n'aime pas les films d'horreur !

Saut Maripa et la route de l'Est : un avant-goût de Brésil

Ce petit goût de Brésil est choupinet, mais j'en veux plus ! Ca tombe bien, j'y fonce dans deux jours !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs