20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 12:33

Ba la la Bamba. Cochabamba. Après Santa Cruz, Potosi, et le sud Lipez, encore un endroit dont je n'avais jamais entendu parler. C'est pourtant la troisième ville de Bolivie (plus d'un million d'habitants), et un poumon économique. On le ressent tout de suite : la ville est bouchonnée (et comme le vin, ce n'est pas bon) et la station de bus est un vrai foutoir où nous devons jouer des coudes.

Je n'aime pas jouer des coudes.

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Ce mauvais a priori est vite corrigé le lendemain. Nous décidons de faire l'ascension d'un monument un peu connu...

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Non, je ne suis pas à Rio ! Car si Mitterrand n'avait pas le monopole du cœur, Rio n'a pas le monopole du Christ rédempteur ! Il y a le même à Lisbonne et donc à Cochabamba, Bolivie ! Mais, petite différence... celui de Cochabamba est le plus grand... pour six mètres ! (c'est moi qui ai la plus grosse, ! non c'est moi!). La vue sur la ville nous récompense des 1 500 marches en plein soleil.

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Cochabamba nous surprend par un centre ville dont on attendait peu, et qui nous a donné beaucoup. Enfin, beaucoup de photocopieuses et d'internet cafés, quasiment tous les 10 mètres ! Le marché vaut le détour (ils disent que c'est le plus grand d'Amérique du Sud.... c'est moi qui ai le plus grand ! Non c'est moi!).

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Le lendemain, direction le parc national de Torotoro, sur les traces de nos prédécesseurs sur Terre ! Le chauffeur nous prend au mot, puisque nous transportons... un cercueil sur le toit du minibus ! Drôle de sensation que ce cadavre posé à côté de nos sacs à dos. Surtout que la « route » est extrêmement vallonnée, j'imagine d'ailleurs à plusieurs reprises le cercueil passer par dessus le pare-chocs (« on a tué le mort ! »).

Torotoro est clairement le plus campagnard que nous ayons fait (5 heures de route au milieu des villages). Une autre vision de la Bolivie, où le quechua remplace l'espagnol, et où les visages andins succèdent aux faciès plus européens des plaines. C'est le lieu des vieilles grand-mères toutes fripées avec un drôle de chapeau, mi haut de forme mi melon. C'est les bestiaux qui traversent les routes, c'est les routes qui disparaissent dans le cours des rivières, c'est les rivières qui tombent des montagnes, c'est les montagnes qui nous enferment, où se baladent des bestiaux.

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Torotoro. Aucun taureau. Par contre, des traces de pas...

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Je ne rêve pas, un dinosaure est passé par ici ! Et pas qu'un ! Ce site regorge de traces, on en compterait 2 500 ! 22 espèces différentes, datant du crétacé supérieur (il y a 65 millions d'années).

Parfois les traces s'entremêlent, de quoi faire penser que les petites traces, du petit dinosaure, sont peut-être poursuivies par les plus grandes !

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Pas toujours facile d'imaginer le gros animal derrière ces traces, mais voici à quoi ressemblaient les bestiaux ! Les ptérosaures (immenses reptiles volants), les hadrosaures et les ankylosaures (des végétariens, qui pouvaient manger jusqu'à une tonne de nourriture par jour!), ou encore les théropodes (qui étaient plus flexibles sur le régime végétarien!).

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Le parc est également connu pour sa grotte, avec stalagmites, stalactites, et normes de sécurité.... boliviennes : descente de 8 mètres en rappel, sans sécurité, aucun cordon... à la limite du dangereux ! (faut pas être gros qui plus est....  « qui a dit que j'étais maigre? »). Mais ça reste un plaisir d'être un peu dans les entrailles de la terre, d'y croiser des rivières souterraines et des cascades.

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Enfin, ce parc Torotoro nous permet de faire une belle randonnée à travers un immense canyon : vue à couper le souffle (300 mètres plus bas) et nature surprenante. Un régal.

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures

Ce lieu est sans doute le moins touristique que nous ayons fait en Bolivie (une route est en travaux depuis Cochabamba, qui divisera le temps de voyage par deux, ça devrait ramener du monde).

 

Pas le temps de se poser, direction le Titicaca !

Cochabamba et Torotoro : sur les traces des dinosaures
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs