5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 16:37

Prendre la route, et voir du pays. Rien de tel qu'un trajet de jour en bus pour découvrir la « vraie » Bolivie, la plus authentique, celle des campagnes, celle où l'on ne s'arrête pas, mais que l'on traverse. C'est la traversée des montagnes enneigées, des petits cols rouges, où l'on klaxonne pour éloigner les lamas. C'est la Bolivie des terrains de football inexplicables, au milieu du vent et de la poussière. C'est la traversée du désert, où quelqu'un s'arrête, sans que l'on puisse voir quoi que ce soit de vivant à 100 lieues à la ronde. Cette route Potosi-Uyuni est magnifique, et vaut le coup d'être éveillé !

Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni

Uyuni est une ville assez étrange, où l'on imagine assez bien le tournage d'un western de Sergio Leone : des rues où le vent s'engouffre, faisant voler la poussière et rouler de la végétation en boule, des bâtiments qui devaient être en construction mais qui semblent abandonnés, des fils électriques qui pendent et des chiens qui aboient. Un touriste pour trois habitants, des agences et des restaurants un peu partout. Uyuni est devenu le cœur du tourisme bolivien. Beaucoup font le combi Pérou-Bolivie, privilégiant cependant le premier pays, et délaissant le second : seul le salar, avec la Paz, semble avoir leur faveur.

Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni

Nous choisissons l'agence à côté de l'hôtel, et c'est parti pour un périple de trois jours avec, pour nous accompagner, trois Suisses et un Equatorien !

 

Que dire sur ce salar ? Les photos répondent du lieu. 10 500 km². Immensité. Tellement grand que l'on dit pouvoir observer ici que la terre est ronde, simplement en regardant l'horizon ! Un désert blanc, situé à 3 700 mètres d'altitude. Il y a 14 000 ans, c'était le lac Tauca qui recouvrait cette zone. Le lac a disparu, le sel est resté. Il est aujourd'hui exploité, environ 25 000 tonnes par an. De quoi faire disparaître le salar à terme ? Pas vraiment, puisque le gisement est estimé à 64 milliards de tonnes ! Y a de la marge ! Plus dangereux, peut-être, la découverte de lithium : quasiment la moitié des réserves mondiales !! Pas exploité pour le moment, mais ça discute. 

Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni

Alors on se régale du lieu, on essaie de laisser libre cours à notre imagination pour quelques photos sympas. On pose, on cause. On voit passer au loin les 4x4, les bus ou les camions, à petit rythme. C'est une question d'échelle : dans un paysage pareil, même un cavalier lancé à fond de train aurait l'air d'un fainéant. 

Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni

On savoure. Nous savons la chance que nous avons d'être là, en vie, en bonne santé, heureux. Et riches de cette expérience, de cette vue incroyable. Un désert de sel. Fou.

Le salar d'Uyuni
Le salar d'Uyuni
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs