1 octobre 2018 1 01 /10 /octobre /2018 12:16

C'est l'un des avantages matériels de ma maison : le bateau, entreposé sous le carbet, et son moteur, bien planqué dans mon salon. Un de mes colocataires est l'heureux propriétaire du bolide ? Que nenni ! (j'suis assez content d'utiliser cette expression pour la première fois dans ce blog!) Non, l'heureux propriétaire est en fait celui qui a monté la colocation, et qui a déménagé... il y a deux ans ! Le bateau est resté, tel un cadeau. Car c'est un peu la mode, surtout dans une grosse colocation, de laisser quelques-unes de ses affaires en partant. D'ordinaire c'est plutôt des merdes qu'on ne veut pas reprendre, et qu'on laisse l'air de rien : ici un vêtement, là une boite de conserve, là un outil, là une carcasse de voiture... non, ça va, la carcasse est partie ! Du coup, en comparaison, le bateau c'est plutôt sympa ! Car cet ancien coloc est toujours dans les parages, il se trouve qu'en plus c'est mon collègue, et qu'il doit, à chaque départ, entrer dans la maison. Et c'est ainsi que nous sommes invités à prendre le large à chaque fois ! TRES bon plan ! L'idée de ce dernier week-end de l'année : le barrage de Petit-Saut.

 

L'air de rien, c'est déjà un petit road trip : deux heures de route avec la coque, le moteur + tout le matériel de survie pour trois jours de forêt ! En forêt, au milieu de nulle part ! Pas de magasin, pas d'hôtel, pas d'habitants... le rêve de tout ermite ! Arrivés sur place, nous découvrons le molosse, que j'imaginais plus haut (47 mètres de hauteur), mais beaucoup moins long (740 mètres !) 

Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel

Bref, on est sur le poumon énergétique de la Guyane (116 MW), puisque le barrage fournit 70% de l'électricité de la région ! Et que dire du lac ? Le plus grand lac de France mes ami-e-s ! 365 km² ! (l'étang de Berre fait 155 km², le lac d'Annecy 26,4 km² à titre de comparaison).

Le paysage est saisissant. Pour réaliser ce barrage, il a fallu inonder une partie de la région. Et forcément, quand on est en Guyane.... il y avait des arbres ! Nous traversons littéralement un cimetière d'arbres. Lorsqu'on coupe le moteur, le silence est presque assourdissant !

Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel
Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel

Parmi les activités possibles : baignade et escalade des arbres, devenus des grands corps sans vie. CRACK. Tel un os qui se brise, les branches et les troncs s'effondrent parfois sous notre poids. Avec l'écho, le craquement résonne. Les arbres meurent à petit feu (enfin, à petite eau). Nous accélérons seulement la démarche. Oui, les arbres ont aussi le droit à une fin de vie digne.

 

Se baigner dans ce lac a quelque chose d'étrange et d'un peu flippant. Il y a toujours un reste de tronc ou de branche qui peut venir vous chatouiller les pieds ! Sûr qu'on pourrait en faire un film d'horreur. A noter que l'eau est particulièrement chaude (même pour moi, frileux de nature).

Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel
Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel

Bon, c'est bien beau de s'amuser, mais il faut maintenant construire notre maison avant la tombée de la nuit ! Et voici mon premier carbet bâche ! C'est quoi ? Tout simplement une grande bâche qui me sert de toit ! (car le risque de pluie est important... en saison des pluies). En dessous de la bâche, j'installe mon hamac, avec sa moustiquaire et... ça y est ! La chambre est prête ! En soi, ce n'est pas très compliquée quand on a le matériel. J'ai deux hamacs désormais, la moustiquaire, les cordes, et les collègues m'ont prête une feutrière (une grande corde qui, je ne sais pourquoi, a le droit à son petit nom!). J'ai également acheté une touque (un gros bidon en plastique qui se ferme) afin de ranger les affaires (et les protéger de la pluie). Une lampe frontale, le produit anti-moustique, et vous avez le matériel de survie en forêt amazonienne ! C'est moins compliqué que je ne le croyais au départ !

 

Bon c'est bien beau de dormir, mais il faut le faire le ventre plein ! Là, c'est la mission pique-nique ou barbecue. Pour le second, en pleine saison des pluies, mieux vaut être patient (oui, c'est la forêt amazonienne, il y a du bois partout, mais difficile de le faire sécher!). Je ne suis pas tout à fait le pro du barbecue (ça m'intéresse moyen en vérité), mais c'est l'avantage de partir avec des garçons : il y en a toujours qui sont motivés (chouette, du feu!). Magret de canard au barbecue au milieu de la forêt amazonienne, je valide.

 

Sur le lac, nous croisons deux bateaux de militaires, des Brésiliens qu'on pense être des orpailleurs (ils se rencontreront peut-être un jour...) et... c'est tout ! On cherche les animaux, sans grand succès, comme on a cherché des carbets déjà construits et balisés avec le GPS, sans grand succès. Mais le périple fut tout de même un régal, grâce à ces paysages et à ces joyeux lurons qui m'ont entouré !

Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel
Le barrage de Petit-Saut, visite d'un cimetière presque naturel
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs