9 janvier 2019 3 09 /01 /janvier /2019 21:47

Belle-Ile en Mer, Marie Galante, Saint Vincent, les Grenadines, c'est l'océan...

Voulzy a rendu cette île mythique (et pas seulement, puisque aujourd'hui Belle Ile en Mer est jumelée avec Marie-Galante!). Car, la Guadeloupe, ce n'est pas une seule île : les Saintes, la Désirade, la Petite Terre... et donc l'île aux 100 moulins, témoignage d'une histoire industrielle : Marie-Galante.

 

Pour y aller, rien de plus facile : un bateau depuis Pointe-à-Pitre (où l'on croise les immenses navires de croisière des Caraïbes !), 20€ l'aller, et une heure de traversée. Ça secoue un peu (selon la météo), et on arrive à Grand-Bourg, l'une des trois communes de l'île.

Marie-Galante
Marie-Galante

Car Marie-Galante c'est seulement trois villes ! Enfin, villes... petites villes plutôt ! Grand Bourg permet de louer voiture et scooter (ne pas trop compter sur les transports en commun) et c'est parti pour la découverte. Au Sud, une randonnée nous permet de découvrir l'habitation Murat. Un moulin (encore!) et une traversée de forêt autour d'une ancienne plantation de canne à sucre.

Marie-Galante
Marie-Galante
Marie-Galante
Marie-Galante

Sur le parcours, il y a aussi la mare au punch : une mare remplie de punch par les esclaves en révolte ! (ne pas essayer de la boire aujourd'hui, ou vous risqueriez d'avaler des petites tortues !)

Marie-Galante
Marie-Galante
Marie-Galante

Au sud-est de Marie-Galante, Capesterre... oh les Sargasses ! Une odeur qui entre dans les narines pour un lieu qui devait être touristique à une époque. Aujourd'hui, nous n'avons pas même l'envie de nous arrêter tellement ça nous prend le nez.

 

L'Est de Marie-Galante, avec l'Atlantique devant nous, c'est un paysage désolé. Désolé, mais beau, d'une beauté irlandaise, pleine de fougue, de vent, de vagues, de caractère. On y croise des restes d'indigoteries, de ce colorant qui permettait de bleuir les tissus. On y rencontre aussi des bœufs dans les pâturages, et quelques cannes à sucre de temps à autre.

Marie-Galante
Marie-Galante

Au Nord, c'est la gueule grand gouffre, qui n'a rien à envier à Etretat !

A l'Ouest, une succession de falaises percées par les vagues, cognées par les vagues, ravagées par les vagues... sans relâche. Oh, la puissance de l'océan.

Marie-Galante
Marie-Galante
Marie-Galante

Enfin, au nord de Saint-Louis, les plus belles plages de l'île, notamment l'Anse du Vieux Fort. C'est beau, il y a une belle vue sur la Grande Terre de Guadeloupe, mais aussi sur un petit îlet et sur la Dominique (j'irai un jour!).

Marie-Galante
Marie-Galante

Marie-Galante est étonnante. Peu de touristes (j'imaginais ça blindé), et désertée par ses propres habitants : 40 000 habitants en 1946, 10 000 aujourd'hui. Beaucoup de maisons se retrouvent abandonnées, et l'île que je croyais paradisiaque ne l'est certainement pas quand on cherche du travail. Mais quand on y cherche de la sérénité, c'est le lieu idéal.

Marie-Galante
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs