13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 20:38

Je crois que c'est au printemps 2018 que ça m'a pris. Quoique non, c'est peut-être plus ancien, lors des voyages notamment. Je n'avais pas envie d'écrire. Je n'avais plus l'envie. Et, pourtant, je me sentais obligé de le faire. Pourquoi ce sentiment ? C'est que je n'écris plus seulement pour moi, comme c'était le cas au début sur Skyblog. J'écris aussi pour quelqu'un, via ce blog. Et, en voyage, j'avais l'impression de devoir écrire pour mon blog. D'y être contraint. C'est revenu en Bolivie cet été, un peu en Colombie en automne. Et, à plusieurs reprises, je me suis dit : n'est-ce pas là le temps d'arrêter ?

 

Ca fait 15 ans que j'ai un blog. La moitié de ma vie. Oh, j'en ai écrit des choses depuis ! Du PSG à mes groupes de rap préférés, les photos des soirées de ma jeunesse, la fac et Erasmus, les voyages, l'amour... Et pourtant j'ai parfois l'impression de ne pas vraiment écrire. Je ne sais pas si c'est le format qui me gêne, ou l'image qu'on en a encore aujourd'hui. C'est un blog, juste un blog ! On est loin d'un livre. Et à de (très) nombreuses reprises je me suis demandé si je n'avais pas envie d'écrire autre chose, plus long, plus intense, en mettant tout ce que j'ai. On me l'a demandé aussi, parfois. Et, au fond de moi, j'en rêve sans doute un peu. Mais je n'ai pas encore trouvé le courage pour le faire. Ou la motivation. Ou même le sujet. C'est que je suis handicapé : je ne sais qu'écrire sur moi, sur ce que je ressens, sur ce que je vis. Un putain d'égocentrique ! Je ne vais tout de même pas commencer par mes mémoires !

 

C'est que le format du blog me correspond finalement assez bien : je peux partir dans tous les sens. Présenter un épisode un peu fou de ma vie en Guyane, discuter d'un groupe de musique, écrire sur l'amour et mes échecs sentimentaux répétés etc. Certes, je me censure du fait du partage, notamment sur Facebook. Sans cela, j'irais sans doute plus loin. Beaucoup plus loin. Oui, je vais parfois loin, comme sur Pondichéry.... Mais, en vérité, il y a beaucoup de choses que je n'ai pas encore formulées. Que je n'ai pas osé écrire. Prenez les dernières années de ma vie : après Alba, j'aurais pu écrire à 100 reprises que j'avais l'impression d'être le plus malheureux et misérable des hommes. Mais je ne le voulais pas, vis-à-vis d'elle, pour ne pas l'embarrasser, vis-à-vis de vous, pour ne pas avoir le sentiment de me plaindre tout le temps, vis-à-vis de moi, pour ma fierté et mon ego démesuré. Ou alors je l'écrivais avec tellement de codes que moi-même je n'arrivais plus à le comprendre. Le pire dans tout ça, c'est que je pourrais écrire bien plus sur moi encore (l'égocentrique, le retour!), faire un introspection continue et répétée de mes sentiments, de ma confiance en moi (ou pas), de mes envies et projets souvent inaboutis. D'ailleurs, est-ce que je vais publier cet article ? Il n'intéresse que moi, c'est encore l'un de mes questionnements. A quoi bon le partager ?

 

Et c'est justement la vraie question. A quoi bon partager tout ça, avec vous ? Parce qu'écrire me sert, au jour le jour. J'écris pour exprimer ce que je suis incapable de dire. Ca provient sans doute de ma vieille timidité, et l'écriture a toujours été pour moi un médicament efficace. Le partage, via le blog et facebook, c'est différent, ce n'est pas une obligation. Arrêter d'écrire, ça me semble encore inconcevable. Arrêter de bloguer ça paraît plus cohérent. Alors, pourquoi partager ? Hum. Pour vous. Et pour moi, à nouveau (l'égocentrique, tome 3). Sans ce blog, comment je pourrais vous donner de mes nouvelles ? Par le téléphone, oui. Encore faut-il que je vous appelle de temps en temps (et que vous décrochiez!). Ou alors je devrais commencer à répondre à mes SMS ! Horreur ! Sans cela, étant de l'autre côté de l'Atlantique, on se reverrait une fois par an. Ah, ça, on en aurait des choses à se dire ! Tellement qu'on en oublierait les trois-quarts ! Et, peu à peu, on s'éloignerait. En fait, ce blog sert à vous garder proches de moi. C'est con à dire, c'est con à écrire, mais sans ce blog, je pense que j'aurais perdu des potes. Peut-être pas les meilleur-e-s. Mais disons tout un groupe de personnes que je ne croise pas souvent, que je n'ai pas souvent au téléphone, mais avec qui je partage des choses via ce blog, et via vos commentaires. Parfois, certains vont m'écrire après un article, directement, pour me raconter quelque chose sur le sujet. On vient aux nouvelles en lisant ma rupture, on m'écrit pour me dire qu'on est dans la même situation, on m'explique qu'on va visiter un pays d'où je reviens en demandant des tuyaux supplémentaires. Sans ce blog, je pense que ma vie sociale avec le 62 et le 59 (allez je vous inclus aussi!) serait réduite au minimum. Voilà à quoi sert ce blog. Et ça me donne le sourire quand je lis un de vos messages, un de vos commentaires. Je réponds rarement, car je suis un flemmard de première, mais vraiment je kiffe ça. Allez, je vous aime, et c'est pour ça que je vais continuer. Et même le publier tiens !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Rémi l'arrageois! 06/08/2019 22:50

Evidemment qu'il faut continuer à ecrire et à publier. En tout cas moi j'adore lire tes articles. J'avoue que ceux sur le cinéma, je les passe, parce que en general ca ne me dit rien du tout, je n'ai pas les references! Pour les autres, ca me fait pas mal réfléchir comme le dernier sur le féminisme (même si les blagues sur les blondes ou les rousses me font bien rire ????)! J'en profite pour t'annoncer la naissance de Flavie le 5 juillet chez nous à Beaurains. A bientôt. Rémi

Plus De Blogs