29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 23:30

Mardi soir, une très bonne amie du lycée, et sa fille. Jeudi soir, un très bon copain d'enfance, 3 enfants dans la maison, une femme enceinte. Dimanche après-midi, la bande de l'université, deux enfants, et deux nouveaux bébés. Si parfois j'essaie de me persuader que je ne vieillis pas vraiment, que c'est simplement dans la tête, ces rencontres me mettent un gros coup de vieux. Et aussi un peu le spleen. Oh, je n'avais pas besoin de ça pour l'avoir, je crois même que je l'ai toujours un peu eu. Là, ça se renforce quand je rentre. Tout d'abord parce que ces amis, avec qui j'ai passé du bon temps, ne seraient plus disponibles aujourd'hui pour faire les mêmes conneries/soirées/sorties qu'avant. Alors qu'à titre personnel, j'ai encore le temps pour ça. Surtout, ils avancent dans la vie, une vie qui tourne autour des enfants. On le sent très vite dans les « conversations ». Enfin, les bribes de conversation, car les coupures sont très fréquentes quand on a des bambins ! Ici que je crie pour avoir à manger, ici que j'interromps la conversation pour montrer mon bobo, là que je veux que tu joues avec moi. J'ai beau essayer de causer ou de faire causer les copains, on en revient forcément à eux. Et, bien sûr, je comprends. Oui, une vie avec un enfant est totalement transformée. C'est LE changement dans une vie. A partir de là, tout tourne autour de lui, de votre temps à votre amour.

C'est vrai qu'ils sont beaux. C'est vrai que je vous envie. Je ne vous le dis pas trop, car vous, de votre côté, vous me répétez souvent que j'ai de la chance, qu'il faut que je profite, etc. Moi, je pense que c'est vous qui avez de la chance. Le tic-tac fait son effet. Petit à petit, depuis quelques mois, j'ai l'impression d'avoir une envie d'enfants. Je ne sais pas si ce sont les voisins en Guyane qui me font ça (les gamins traînent régulièrement chez nous, ça crée des contacts), vous qui pondez, ou le temps qui fait son effet sur moi. Là, il y a juste un hic : l'homme ne peut pas procréer tout seul. La nature est intraitable là-dessus ! Mon objectif du moment est donc, non plus de trouver une copine, mais aussi une mère. Et je me rends compte que mes critères ont bougé en l'espace de quelques mois.

 

C'est que les enfants des autres me rappellent que je veux aussi des enfants. Si possible une petite tripotée. Je les voyais bien jouer avec vos enfants d'ailleurs. Là, ça risque d'être les petits de la bande, de ceux qui vous saoûlent un peu, et qui risquent de saoûler encore plus vos enfants, une fois grands : « ah, non, on ne veut pas jouer avec Benito, il est trop petit !: ». [le prénom risque d'être modifié] Je m'estime néanmoins chanceux, mes sœurs n'ont pas encore franchi le cap, et la pression est un peu moins intense. Quand ça viendra, par contre...

 

Cette pression (car je le ressens de plus en plus ainsi) me stresse. Je me dis que je dois trouver assez vite quelqu'un, et surtout ne pas me planter. Contradictoire. J'en suis arrivé à aller voir des sites de rencontre. Sans payer. Juste parce que ça a fonctionné pour d'autres, aujourd'hui parents. Est-ce que je rencontre beaucoup de monde dans ma vie en ce moment ? Bof. Est-ce que je rencontre des filles qui me plaisent. Niet. Merde, qu'est-ce qui cloche.

Pour être encore plus compliqué, je me mets dans la tête que je pars au Pérou en septembre, avec mon sac à dos, et que je reviendrai à Noël. Tu parles d'un bon parti. Vaudrait peut-être mieux que je me pose. Où d'ailleurs ? La Guyane ? J'ai l'impression d'avoir fait mon temps. Le Nord ? Mes parents vendent la maison et déménagent, Saint-Omer ne m'attire plus, Lille ne m'a jamais vraiment attiré. Le Sud alors ? Avec qui ? Je reprends la route ?

 

Vous voyez, vos enfants perturbent un peu mon esprit (bon, j'étais perturbé de base). Ils confirment néanmoins que le bonheur n'est réel que s'il est partagé (je n'en doutais plus). Aujourd'hui, ce soir, j'ai l'impression d'avoir de plus en plus de mal à ne vivre que pour moi. Pour deux, c'est certain. Pour plus, à fond. Alors mes ami-e-s me disent que ça viendra. Il n'y a pas de raison. Hum. Ca fait bientôt 5 ans sans amour. C'est long vous savez. Très long. Alors une petite étincelle, et je vendrais mon royaume, mes souvenirs, mes photos, mes films, ma patrie. Mais où est-ELLE ?

Les enfants des autres
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs