9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 16:56

Cela fait quelques mois, deux-trois ans peut-être, que la question arrive chaque été. Paris est bondé, Barcelone et Venise aussi, les habitants se rebellent et certains commencent à le clamer haut et fort : enfoirés ! Repartez chez vous ! Le tourisme est-il devenu un problème ?

 

Ce n'est pas forcément nouveau. Déjà, il y a 10 ans, alors que je voulais visiter le Louvre, je découvrais, effaré, la queue devant la Pyramide. Une heure d'attente l'été, à zigzaguer avec une moitié d'Asiatiques et deux tiers de touristes. Les Parisiens ? Ils ne sont pas fous, ils esquivaient le Louvre à cette période ! Ma surprise augmentait devant la Joconde : un cordon de sécurité l'entourait, et de drôles d'individus la prenaient en photo. Oh, regardez bien, c'est l'époque où les smartphones n'existaient pas... aujourd'hui je présume que tout le monde a son téléphone dans la main, et que l'on doit faire la queue afin de pouvoir faire un selfie avec !

Les touristes, ces salauds !

1,4 milliard de touristes dans le monde en 2018, dont la moitié en Europe. C'est 500 millions de plus qu'il y a 10 ans. Le tourisme se démocratise, et je connais de plus en plus de personnes qui prennent l'avion pour découvrir un autre continent. Est-ce un problème ? Oui disent en chœur les défenseurs de l'environnement. La pollution émise par les avions est en effet un problème de plus en plus important. La mode, depuis quelques mois, est de dire qu'on arrête de prendre l'avion. Bon... ça m'embête un peu cette histoire !

 

Car le tourisme n'a pas que des mauvais côtés. Comme la voiture d'ailleurs. C'est bien beau de dire que la voiture pollue, mais si on n'évoque pas le côté pratique de l'outil, on passe à côté de beaucoup. Le tourisme a ses mauvais côtés, je vais y revenir ensuite, mais il a aussi des bons côtés (pas seulement économiques). Les rencontres entre les peuples peuvent être exceptionnelles : on se côtoie, on apprend sur l'autre, on respecte les différences. Le voyage ouvre l'esprit, le voyage forme la jeunesse. Et le voyage est une sacrée source de bonheur !

 

Mais si tout le monde voyage autant que moi, en aura-t-on assez d'une seule planète ? Sans doute pas. Il y a quelques années, j'étais fier de prendre l'avion. Moi, le fils de parents qui n'avaient jamais pris l'avion ! C'était un surclassement social, la preuve d'une réussite. Aujourd'hui, je ressens de plus en plus de gêne, et ça n'ira pas en s'améliorant. Comme les habitants des années 60-70, heureux d'obtenir leur première voiture, prêts à faire des kilomètres juste pour faire des kilomètres, et qui aujourd'hui choisissent leur vélo pour aller chercher du pain. Les temps changent, le monde évolue, et ma consommation d'avion devra diminuer ces prochaines années. Sinon la planète m'en voudra.

 

Voyager, c'est aussi découvrir des lieux très connus. Et quand je prends une photo, que je la partage, ça donne envie à d'autres personnes de découvrir ces lieux. Cercle devenu vicieux. Exemple de Ko Phi Phi, avec la baie de Maya. La Plage, celle du film avec Di Caprio. Quand j'y suis allé en 2012, j'avais un peu halluciné du monde, alors que d'autres lieux de Thaïlande étaient plutôt paisibles. Aujourd'hui cette plage est fermée... jusqu'en 2021 ! Le problème ? Trop de touristes, trop de dégâts. L'eau bleue était devenue sombre, presque noire !

Les touristes, ces salauds !

Le tourisme de masse. Ce n'est pas forcément les tours opérateurs, et un groupe de 50 vieux Allemands en bus ! C'est aussi nous, les back-packers, avec notre guide dans la poche. Prenez ce « magnifique » coucher de soleil au Laos, recommandé en 2012 par le Lonely Planet...

Les touristes, ces salauds !

Oups. Bon, puisque il y a trop de monde pour les couchers de soleil, j'essaie un lever de soleil, au pic d'Adam, au Sri Lanka....

Les touristes, ces salauds !

Oups. Ces deux photos résument mieux que toutes mes phrases. Les touristes sont nombreux, très nombreux, sans doute trop nombreux dans les lieux les plus connus. Que ce soit la grande muraille, la tour Eiffel, le Taj Mahal ou le Corcovado, ils sont là, et ils veulent leur photo ! Mais une photo sans touriste ! Alors on court dans les escaliers du Machu Picchu pour être le premier à l'ouverture, ou on trouve des angles improbables cachant les 343 personnes autour de nous pour publier la photo parfaite sur un réseau social. C'est comme ça, c'est tout, je le fais aussi, et je ne juge pas. Ca pose certainement un problème de transparence, car nous ne montrons pas la réalité du lieu, la tension que nous avons parfois en nous devant ces salauds de touristes, qui font la même chose que nous.

 

Néanmoins, il faut l'admettre, si ces lieux sont visités, c'est qu'ils ont quelque chose en plus. Il y a un côté mythique, la beauté, la grandeur, l'élégance, une vue... je ne nous jette pas la pierre, et ces lieux restent gravés en nous. Là où nous posons peut-être plus de problèmes encore, c'est lorsque nous recherchons l'authentique. Le vrai. Les vrais gens. Pas ceux qui côtoient des touristes. Ou encore mieux : les autochtones ! Les peuples qui ne voient jamais personne ! Ceux qui nous font nous sentir comme des aventuriers, comme des précurseurs. Une sensation étrange, et pourtant très appréciable. Ainsi les Massaï. 2014, en Tanzanie.

Les touristes, ces salauds !

A posteriori, cette photo me gêne un peu. D'un côté, je sais ce que cela leur apporte (un contact, un peu d'argent, des sourires), mais je crois aussi que ça leur prend beaucoup, car ils tirent parfois leurs forces de leur isolement. Ce contact, cette danse, c'est peu à peu la perte de leur authenticité. Viendra un jour où ils danseront sans doute plusieurs fois par jour une « danse traditionnelle » pour des groupes venant en nombre. Et cette impression que j'aurai alors, d'être dans un zoo humain, comme à l'époque de la colonisation, où Paris avait ses villages asiatiques et africains « authentiques », avec des « vrais sauvages », exécutant leurs danses traditionnelles.

 

Tout est à jeter ? Certainement pas. Mais c'est à prendre en compte. Quel type de voyage veut-on faire ? Quel est notre impact sur le lieu, au niveau humain, au niveau environnemental ? Faut-il privilégier des zones non-touristiques, au risque de reproduire le même schéma ? Faut-il mettre des quotas dans certains lieux, certaines villes, certaines plages, comme ça se fait désormais parfois ? Ce sont des questions difficiles, et je n'ai pas les réponses. Tiens, d'ailleurs je viens d'acheter un ticket d'avion pour Lima. Ensuite direction Cuzco. Il paraît que le Macchu Pichu est très sympa. Surtout si je me lève tôt et que j'y arrive en premier. Sûr que ma photo sera parfaite.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs