6 octobre 2019 7 06 /10 /octobre /2019 17:56

Quand je dis Cuzco, les gens voient à peu près de quoi je parle. Moi-même, sans y avoir encore mis les pieds, j´ai l´image en tête. Par contre, Paracas, jamais entendu parlé. J´ai deux jours à tuer (excellent film), et je regarde une carte du Pérou, j´observe cette zone entre Lima et Nazca et je me décide. Pas mon plus mauvais choix !
En soi, Paracas n'offre rien de plus qu´une station balnéaire. Pas de centre ville, juste un front de mer rempli de restaurants, avec des serveurs au taquet pour que tu viennes chez eux. Je me fais arnaquer pour la première fois par un Péruvien qui me facture un petit-déj à 8 euros (un sacré chiffre ici !), j´étais chafouin. 

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Les îles Ballestas se visitent en bateau. Deux heures en mer (eh mais je navigue sur le Pacifique !) vers un archipel très connu au XIXeme siecle pour l´exploitation du guano (du caca d´oiseaux en fait) qui servait d´engrais en Europe : ils en creusaient jusqu´à 30 mètres !! Tellement qu´il y en avait presque plus, et aujourd'hui l´exploitation est autorisée.... tous les sept ans !
Qui dit caca d´oiseaux dit oiseaux (logique implacable !). Et pas qu´un peu : les îles sont recouvertes de cormorans, sternes, fous et pélicans. A tel point qu´on ne peut parfois plus distinguer la terre ferme tellement il y a d´oiseaux (je n´en ai jamais vu autant au même endroit). 

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Bon j´aime bien les oiseaux, mais j´avoue que les manchots m´ont fait une toute autre impression ! Pour moi c´était un pingouin (mon premier depuis Pingu! ) mais en fait on dit manchot dans l´hémisphère sud, et un manchot ne vole pas, contrairement au petit pingouin ! (voilà pour votre culture et la mienne en passant !) Le manchot de Humboldt donc, espèce menacée (il en reste 8 000), très court sur pattes (65 cm environ), s´est rapidement montré, de loin. Ca a l´air mignon comme tout.

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Ceux qu´on a vus de plus près encore, ce sont les lions de mer ! Ils sont également appelés otaries à crinière. Et contrairement aux phoques ils se servent de leur postérieur pour se déplacer sur la terre ferme ! (on va devenir des spécialistes si ça continue !) Ils sont sacrément nombreux ! Le matin, il a tendance a se prélasser au soleil après une nuit de chasse (enfin, de pêche du coup). A noter que le mâle a un harem, et qu´il le défend avec hargne, au point que pendant la période de chaleur des femelles il se retient de manger pendant 2 mois pour les surveiller ! Sacré animal !

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Bref, c´est un lieu magnifique, à ne pas manquer !

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Paracas offre aussi une réserve nationale. J´ai fait le choix du vélo, je pense que c´est le bon, même si je vous affirme que c´est tout sauf plat et goudronné ! (et c´est terriblement frustrant de pédaler en montée, et de voir sa roue arrière déraper sans avancer !) Le civilisation Paracas est une nouvelle civilisation pré-Inca connue pour ses tissages mais surtout ses crânes déformés : on bandait le crâne des nourrissons jusqu'à l'enfance pour améliorer l´esthétique du crâne ! Le résultat est assez fou, avec des crânes allongés sur l´arrière, l´objectif étant aussi de reconnaître la tribu dont vous étiez originaire (la pratique a existé sur d´autres continents, dont l´Europe au Vème siècle). Le musée explique bien tout ça.

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Le réserve vaut surtout le coup pour ses paysages. Je traverse le désert, et je comprends le nom de cette ville qui signifie "pluie de sable". Le vent est régulier, et jamais de pluie (moins de 2 mm par an !!)

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

J´enchaîne de nombreuses plages, évitant les gros bus remplis de touristes et croisant quelquefois d´autres cyclistes (quasiment que des Français !)

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Le clou du spectacle étant la "cathédrale", l´arche d´Etretat locale.... enfin, après un tremblement de terre ! Car il y avait bien une arche ici jusqu'en 2007, et 7,9 sur l´échelle de Richter ont fait tomber le monument. Le lieu reste très sympa.

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer

Le retour est une longue descente goudronnée... bonheur !
Enfin je termine avec la spécialité nationale : le ceviche ! Le Pérou est le deuxième pays qui pêche le plus au monde (derrière la Chine), notamment des anchois. Etant sur le littoral, je me devais de goûter ! Je confirme, c´est bon, et ça peut être très épicé ! (bon, j'ai oublié de le prendre en photo ! ça viendra !)

Allez, Nazca m´attends !

Paracas et les iles Ballestas : manchots et lions de mer
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs