11 septembre 2019 3 11 /09 /septembre /2019 20:29

Quand je pensais voyager en Israel/Palestine, je n'imaginais pas trop mettre Pétra dans la boucle. Et puis, en observant la carte, nous nous sommes rendus compte qu'il n'y avait que deux heures entre la frontiere israélienne d'Eilat et la capitale des Nabatéens, l'un des lieux les plus exceptionnels de la région ! Ca a l'air facile de passer la frontière, allez, en route !

Et à l'aller, c'est en effet assez facile. On doit simplement payer une taxe de sortie du territoire de 100 shekels coté israélien (environ 25 euros). Pour Pétra, on n'hésite pas ! Pas de visa coté jordanien, et nous voici dans le royaume du roi Abdhallah II, fils du roi Hussein, lui-même fils du premier Abdhallah. La généalogie est plutôt intéressante, car le dernier cité s'est fait assassiner par un nationaliste palestinien sur l'esplanade des mosquées à Jérusalem après avoir annexé la Cisjordanie (le plus gros morceau de la Palestine de l'époque). Quant à l'actuel roi, il a joué dans la série Star Trek 3 ans avant son accession au pouvoir ! (un rôle muet, mais quand même !).

Un taxi nous emmène directement à Petra depuis la frontière (90 dinars). Nous traversons alors un paysage digne de Mars, à l'ouest du Wadi Rum. Tellement martien que des scènes du film Seul sur Mars ont été tournées ici ! (ainsi que dans les deux derniers Star Wars). Côté historique, la zone est également celle arpentée par T.E. Lawrence, plus connu sous son surnom de Lawrence d'Arabie, qui joue un rôle dans la révolte des arabes contre l'Empire ottoman pendant la première guerre mondiale.

Pétra, reine du désert

Allez, assez d'histoire ! Nous arrivons dans Petra, la capitale des Nabatéens ! Euh... bon, qui étaient les Nabatéens ? Attendez, je mets une photo pour vous motiver à suivre ce cours d'histoire du Proche-Orient!

Pétra, reine du désert

Oui, quand même ! L'image est mythique, le lieu l'est tout autant ! Pour arriver devant la Khazneh, et sa façade extraordinaire, nous devons entrer dans un canyon qui l'est tout autant !

Pétra, reine du désert

La faille a été creusée par l'eau (des wadi comme on dit ici) sur plus d'un kilomètre de long pour quelques mètres de large (seulement deux parfois !). Nous sommes littéralement entourés par des murs de pierre de dizaines de mètres de haut (jusqu'à 200 !) et passons ainsi dans ce canyon étroit pour rejoindre le lieu le plus connu du site. La Khazneh est... un tombeau ! Directement taillée dans le grès rosé, elle fascine par sa précision et sa vieillesse : elle date de plus de 2 000 ans ! Le lieu est longtemps surnommé le trésor du pharaon en raison de l'immense urne en haut de la façade (les Bédouins étaient persuadés qu'il y avait à l'intérieur un trésor, au point qu'aujourd'hui il reste des traces de balles sur l'urne !). L'intérieur est par contre inaccessible.

Nonchalance

Nonchalance

Voila, pour moi, c'était ça Pétra ! Sauf qu'au-delà de cette image il y a tout un site sur plusieurs kilomètres ! Et les Nabatéens n'ont pas chômé : tombes à n'en plus finir, colonnades, et même un théâtre romain ! Un régal tout au long du parcours !

Pétra, reine du désert
Pétra, reine du désert

Bon, qui étaient les Nabatéens du coup ?! Bonne question, merci ! C'était un peuple arabe de l'Antiquité, des commerçants (surtout spécialisés sur l'encens, la myrrhe et les épices). Ils commencent à devenir importants au IVeme siecle avant J-C et restent indépendants jusqu'en l'an 106 et l'arrivée des Romains (Trajan les annexe). Ils réussissent notamment à tenir tête aux armées d'Alexandre le Grand, et ont fait de Pétra leur capitale (protection facile, système aquatique ultra-perfectionné....). On estime que 20 000 personnes y habitent à l'apogée de la ville.

Pétra, reine du désert

Enfin, tout au bout du site (et après 800 marches à grimper sous un soleil de plomb !), il y a le Deir, moins connu que la Khazneh et c'est bien dommage : 42 mètres de haut et 45 mètres de large pour une façade qui n'a pas grand chose à envier à la première (c'est peut-être moins fin au niveau de la technique de sculpture). Au sommet, une urne funéraire de.... 9 mètres de haut !

Béééé oui !

Béééé oui !

Que dire de plus. C'est un lieu magique, un air de la vallée des rois et reines en Egypte avec le temple d'Abu Simbel en prime. Peut-être le plus beau site antique méditerranéen que j'ai vu tant il y en a (en nombre mais aussi en variété). La bonne surprise ce fut le peu de touristes sur place (souvent tout seul dans le canyon, une trentaine de personnes devant la Khazneh, etc.). La chaleur est importante, c'est clairement à prendre en compte, mais vous ne le regretterez pas.... même quand vous devrez repasser la frontière de l'autre côté. Car, à partir de là, ce fut un sketch comme seule l'administration peut en faire. Ceux qui ont lu les 12 travaux d'Astérix comprendront : nous arrivons côté jordanien, personne n'est là, on avance, on avance, au point d'être à la sortie. Dernier garde, qui nous dit.... allez au bureau 7. Nous y allons, on donne les passeports et les tickets de Pétra, qui normalement nous aident à payer moins cher pour sortir. On nous demande 40 dinars, or on avait déjà payé, selon nous, 40 dinars de plus à Pétra. Pas selon eux. On paye (on n'a pas le choix) et direction.... le bureau 4. Au bureau 4 on nous dit, non, c'est au bureau 12. Direction le 12, où on nous dit qu'on doit payer 10 dinars de plus. Pourquoi ? On ne comprend pas trop, sauf qu'on a pas le choix ! Corruption organisée ? On se pose la question ! Je n'ai plus de dinars, direction le bureau de change, puis retour au bureau 12 qui, une fois payé, nous envoie au bureau 4 qui, lui-même, nous renvoie au bureau 7.... oh, les gars, on ne pourrait pas tout faire avec la même personne !! On finit par sortir, les poches plutôt vides ! Et là, côté israélien, c'est le contrôle de sécurité et le passeport.... je garde ça pour un autre article, tant l'aéroport fut intéressant ! Toujours est-il que nous sommes revenus en Israël, prêts pour nos derniers jours de découverte !

Pétra, reine du désert
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs