14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 22:49

Il y a des endroits qui déçoivent. Souvent ce sont des lieux dont on attend quelque chose, qui sont connus ou qui nous ont été recommandés... on en attend parfois trop. Je commence à en avoir une petite liste, de Goa à Nairobi en passant par Belém. Souvent des villes donc. La, petit changement dans la déception, car c´est un lac, et pas n´importe lequel, le Titicaca, celui-là même que j´ai adoré l´année dernière. Autre période, autre lieu, autre concept.

Nous quittons Cuzco direction Puno, lieu de passage obligé pour les îles Uros, également appelées îles flottantes. Le concept est fou : des gens ont construit directement sur le lac, à base de roseaux et de tourbe, des dizaines d´îles ! Et oui, je confirme, ça flotte et c´est solide comme le prouvent les maisons installées dessus !

Les îles flottantes, le malaise
Les îles flottantes, le malaise

Nous nous baladons en bateau à travers ces îles (plus d´une centaine aujourd'hui) et jusque là, tout va bien. Le tour devrait d´ailleurs se poursuivre ainsi, ça me semble mieux que ce qui va suivre. 

Les îles flottantes, le malaise
Les îles flottantes, le malaise
Les îles flottantes, le malaise

Car une fois à terre, les choses deviennent vite bizarres. Des habitants chantent des chansons de bienvenue. On nous fait nous asseoir en cercle pendant que l´un d´entre eux nous donne un petit cours sur les lieux. Il nous fait applaudir, nous demande une petite présentation, et j´ai presque l´impression d´être à une réunion des alcooliques anonymes : "je suis Jérémy, et je suis français". Bravo, on applaudit !  Puis notre guide nous répartit entre les habitants. Nous nous retrouvons dans la maison de Micheline et de Michel (oui j´ai un peu oublié les prénoms !). Bizarre, surtout que l´on nous fait asseoir sur le lit familial. Mais là où le malaise s´installe, c´est quand Micheline et Michel nous montrent leur catalogue : ça c´est du tissu que je fais, ça c´est des bijoux.... on comprend vite : on est dans la maison pour acheter la production de ces gens, pas insistants au demeurant.  Euhhh.... on se regarde.... c´est à dire qu´on n'achètera rien. Désolé.
Mélange de consumérisme et de zoos humains (mais n´est-ce pas là l´une des facettes du tourisme ?), la visite sur les  îles nous laisse songeurs. On nous propose de prendre une sorte de drakkar pour un billet supplémentaire, drakkar construit pour les touristes (la plupart des îles en ont désormais, ce n´est pourtant pas du tout un navire originaire de la région).
Les îles flottantes sont presque exclusivement tournées vers les touristes, chaque île recevant tous les 3 jours un ou plusieurs bateaux (et le flux tourne), A la base les habitants étaient surtout des pêcheurs, ce qui expliquait leur mode de vie. Aujourd'hui ce sont des artisans-vendeurs-poseurs sur photo. Clairement, si vous arrivez dans la région, louez vous une petite barque et baladez vous autour des îles. Et privilégiez l´île du Soleil et de la Lune du coté bolivien, les randonnées valent le déplacement.

Les îles flottantes, le malaise

(Attention, je sais bien que l´équilibre tourisme-authenticité est assez compliqué à trouver, disons que le déséquilibre est ici énorme).

Puno est toutefois festive lors de la notre visite, avec un nombre incroyable de processions, à la limite du carnaval ! De la musique et une très belle ambiance !

Les îles flottantes, le malaise
Les îles flottantes, le malaise
Les îles flottantes, le malaise

Direction la dernière étape péruvienne : Arequipa !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs