2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 23:07

Israel, Eilat, station balnéaire de la Mer Rouge. 43 degrés, le sable est brûlant. Sur celui-ci un papier est emporté par le vent, direction la mer. Quelques minutes plus tard, un deuxième. Puis un verre en plastique. Et un sac plastique... Ca m´énerve. La Mer Rouge est peut-être le lieu le plus reconnu au monde pour la vie aquatique, ses poissons, la couleur de ses coraux... Les touristes israéliens sont d´ailleurs là pour ça, avec leur masque et leur tuba. Alors, ne les voient-ils pas ces papiers et plastiques qui s´envolent de leur serviette ? Ou s´en contrefichent-ils ? Pour cette dame au restaurant, au bord de la mer, je n´ai pas de doute, elle lance volontairement sa paille puis son verre en plastique dans l´eau. J´hallucine.
Je pense que vous aussi. Nous sommes aujourd'hui presque tous scandalisés quand un type ouvre la fenêtre de sa voiture devant nous et lance son paquet de clopes vide ou son Mc Drive dans la nature. Problème d´éducation, mauvaise foi assumée, ou simplement un enfoiré qui emmerde la nature (en plus d´emmerder le monde !)

Alors, sur cette plage d´Eilat, je me suis levé. Une fois. Deux fois. Trois fois. Et j´ai ramassé les déchets, comme je l´avais fait un jour sur une plage de la Côte d´Opale lors d´une opération de nettoyage, ou il y a bien longtemps, à l´école primaire, avec toute ma classe dans les rues de Tilques pour prendre conscience de ce qu´on laisse à la nature, à nos enfants (si, si, je suis concerné !)

 

Il ne faut pas se mentir, Europe Ecologie Les Verts (EELV) est un parti politique. Et beaucoup ne croient plus aux politiques (je comprends pourquoi !) Néanmoins, je reste persuadé que c´est l´un des moyens d´action. On peut aider la planète à notre échelle, avec les choix que l´on fait. Je partage sur Facebook le scandale brésilien des feux en Amazonie, ou du plastique dans l´océan. Je mange moins de viande, je n´en cuisine plus depuis quelques années, je fais du covoiturage ou j´utilise le vélo (ou la trottinette !), je n'achète plus de vêtements neufs et de manière générale je consomme moins, ou mieux. Mais je suis toujours comme un con quand mes élus choisissent de mettre en place un incinérateur de déchets à côté de chez moi ou échouent à installer une piste cyclable à chaque rénovation de route...  Je peste dans mon coin. Et ? Ca dérange qui, à part moi ? La politique doit permettre d´agir à une plus grande échelle que ma petite personne, d'avoir un impact plus important.

 

C´est clairement le challenge de ma génération. D'autres avant nous devaient lutter pour l´idée de démocratie, de République, pour la fin de l´esclavage ou le droit de vote des femmes. J'ai longtemps pensé que nous n´avions pas un tel combat à mener, et que c'était dommage. J´ai aujourd'hui ouvert les yeux, notre combat c´est de sauver la planète, rien que ça ! Alors ça passe par l´engagement, individuel et collectif. Et on va y arriver, nous n´avons pas d´autres choix.
Quand je dis nous, c´est aussi que je vois une dynamique. En France, dans le monde. Un souffle, que dis-je, une tempête, celle de la jeunesse qui fait la grève, qui marche, qui se mobilise. Prêchez seul peut-être décourageant, sentir la foule autour facilite l'engagement.

Mais ce n´est pas seulement l'engagement de l´écologie, de l'environnement, ou de la planète. C´est aussi s´obliger à affronter d´autres sujets, d´autres problèmes. Prenez l'extrême pauvreté, les SDF dans les rues de France et de Navarre. Enfant, la première fois, c'est une vision choquante. Etudiant, c'est révoltant, alors on donne une pièce ou quelques mots. Adulte, alors qu'on n'a jamais été aussi riche, on détourne le regard. Oh, on voit hein, on voit très bien même, et ça fait toujours énormément de peine. Pourtant on ne donne plus "à quoi ça sert finalement ?" S´engager en politique c´est aussi éviter la résignation sur ces sujets.
Je ne dis pas que nous allons tout régler, et que je vais mettre fin à la misère dans le monde (je ne suis plus naïf... ou serait-ce utopiste ?). Mais essayer, à mon échelle, au sein d'un groupe, me permettra de dire à mes futurs enfants : "je ne suis pas resté immobile. J'en avais pris conscience."
 

Mon histoire avec EELV ne date pas d´il y a quelques jours, j'avais déjà participé, en tant que simple militant, à une campagne des régionales de 2015 ou à des opérations anti-pub et éteignez les lumières à Bordeaux en 2014. L´ambiance m'a toujours plu, c´est un peu le "bordel" dans les réunions, ça part dans tous les sens, c´´est clairement pas "professionnel" et c´est d´ailleurs ça qui en fait le charme. J'y ai rencontré des gens qui me ressemblent, simples, motivés pour faire changer les choses. Et un peu déprimés par la politique et l´orientation générale des gouvernements (de gauche ou de droite d'ailleurs). Alors c'est avec cette fine équipe (au sens premier du terme, mais ça grossit !) que je me suis inscrit dans l'Audomarois. Allez, on lance des opérations, on va voir les gens, on discute, on communique, on crée une page Facebook, et c´est parti. Où ? On ne sait pas encore. C´est juste une autre aventure.

Rejoignez-nous !

Pourquoi je rejoins Europe Ecologie ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs