21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 14:40

Honnêtement, j'en sais trop rien. Je crois que je suis revenu, mentalement, il y a quelques semaines. Et j'ai du mal à enchaîner. Je suis revenu car je n'avais plus l'envie. L'envie de voyager, l'envie de découvrir... c'était peut-être l'overdose. Ca reviendra un jour, j'en reste persuadé.

Que faire sans ça ? Que faire sans ce qui m'a défini pendant ces nombreuses années ? Car, dans votre bouche, je n'étais pas le mec né à Tilques, ou le type qui est prof et qui a un doctorat d'histoire. Non, j'étais « le mec qui voyage tout le temps ». Alors s'arrêter, c'est perdre cette image. Oui, le regard des autres est important, pour chacun de nous, qu'on l'admette ou non. Et comme c'est aussi l'image que je me faisais de moi ces dernières années... en fait, je vivais pour le prochain voyage. Je souriais, comme je viens de le faire à l'instant, en regardant la carte du monde. Finir mon doctorat c'était retrouver la liberté pour aller voyager. Partir en Guyane c'était partir à l'assaut d'un nouveau continent. Arrêter d'enseigner c'était reprendre à nouveau cette liberté pour partir. Aujourd'hui, qu'est-ce qui me motive autant que ça ?

 

Rien. Voilà, c'est écrit. Je cherche désespéramment la motivation. Qu'on me donne l'envie. L'envie d'avoir envie (oui, on peut citer Johnny aujourd'hui sans paraître beauf, car depuis qu'il est mort c'est devenu une légende – c'était pareil pour Michael Jackson : décédé, tout le monde a oublié qu'il était un peu pédophile). Alors j'ai bien eu quelques étincelles de motivation, lorsqu'on a discuté politique et municipales 2020, ou quand je pense parfois à écrire un livre. Mais ces étincelles ont bien du mal à prendre au jour le jour. Il me manque l'essence.

 

Suis-je déprimé ? Je viens de regarder un documentaire où on explique que l'absence d'envie est la première phase d'une dépression. Ça m'a fait cogiter. Je n'ai pas l'impression d'être déprimé tous les jours. Là, c'est vrai qu'en ouvrant l'ordinateur et commençant ces quelques lignes je n'étais pas au sommet de ma forme. Et puis, les mots pour les maux, je retrouve un petit sourire. La barre de chocolat noir Côte d'Or doit aussi faire de l'effet.

 

Ensuite ? Hum, je ne sais pas. Je vais finir ces quelques lignes sans grand intérêt (si ce n'est d'établir une situation). Il y a des moments sympas qui s'annoncent ces prochaines semaines, ces prochains mois, entre le carnaval et la Réunion, l'Alpe d'Huez à vélo et du foot à gogo. Reste à trouver un nouveau sens à ma vie. Beau challenge. Je ne sais juste pas par où commencer.

« mais, tu fais quoi en ce moment ? »
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs