12 février 2020 3 12 /02 /février /2020 12:15

C’est un mot que je ne connaissais pas il y a peu. Un terme qui m’a été collé au visage, sur ma façon de vivre. Un nom commun qui me plaît bien, et qui correspond certainement à ma période 25-35 ans.

Oui, car de 15 à 20 ans j’étais un adolescent. Un peu con, comme tous ! Puis, de 20 à 25 ans je préférais le terme « jeune ». Jeune et con, comme Saez. Aujourd’hui, surtout après 30 ans, je ne peux plus vraiment dire « jeune ». Je viens de citer Saez, et je vais évoquer Loft Story dans quelques lignes… clairement je suis loin des références actuelles ! C’est fini. Par contre, adulescent, c’est différent, c’est une phase assez longue qui mélange plusieurs aspects :

- j’ai travaillé. A savoir j’ai gagné ma vie, j’ai payé des loyers et j’ai fait les papiers pour les impôts. Là, c’est clair, je ne suis plus le jeune qui était à la fac.

- je continue de sortir, et d’aller faire la fête en boîte de nuit jusqu’à la fermeture. Deux fois dans le week-end est encore possible. Là, c’est clair, je ne suis pas encore un vrai adulte.

Car être adulte, dans ma définition, c’est être posé. C’est avoir un travail fixe, un prêt pour une maison (ou au moins avoir acheté un appartement), sa voiture (quoique notre génération, dans les grandes villes, peut s’en passer). Et penser mariage. Ou avoir un enfant. Là, clairement, à partir de là, vous n’êtes plus adolescents ou « jeunes », puisque vous avez vous-même des jeunes à surveiller !

De mon côté, je n’en suis pas encore là. Je pense même que je n’ai jamais été un adulte. La Guyane était une parenthèse enchantée, mais elle a une grande spécificité : c’est un lieu de fête où beaucoup d’adulescents se retrouvent. « Ils sont jeunes, ils ont entre 25 et 35 ans, c’est souvent leur première expérience professionnelle, ils découvrent le salaire chaque mois, et ils veulent en profiter (voyages, sorties) ». Oui, ça ressemble à l’introduction de Loft Story.

Sauf que, depuis je suis rentré, j’ai gardé ce côté adulescent. Pire, je retombe peu à peu vers l’adolescence, la vraie ! Pensez : je peux me réveiller à 12h30, jouer à un jeu sur mon PC et manger des biscuits tout l’après-midi, et ainsi vivre ma semaine en pensant au football que je vais jouer le mercredi et regarder les autres jours.

Bon, là vous vous dîtes surtout que je suis surtout une sacrée feignasse ! (jealousy !) Peut-être, mais c’est un état que j’assume aussi. Je sais, au fond de moi, que c’est bientôt la fin de cette parenthèse, que septembre signifie une autre vie, un retour au monde du travail, et peut-être le début de ma vie d’adulte.
Hum. Attendez. Je vais d'abord aller chercher quelques biscuits. Et on fait quoi vendredi et samedi soir ?

14 ans plus tard, toujours des Kakernesches !

14 ans plus tard, toujours des Kakernesches !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs