24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 11:34

Depuis quelques jours je sens que le débat s’intensifie et que la « planète Facebook » respire un air très politique. Il faut dire que le Front National à 17,9% avec 85% de participation ne laisse pas grand monde indifférent.

 

Il y a ceux qui considèrent qu’il faut « garder son opinion politique pour soi, sinon à quoi sert l’isoloir ? ». Et puis il y a les autres, qui commentent, qui lancent les débats.

 

Je suis dans cette deuxième catégorie. J’ai déjà écrit dans ce blog la logique qui m’a poussé à voter pour le candidat du centre. J’ai surtout tenté d’expliquer les raisons qui m’ont fait rejeter certains partis, certains (ou certaines) candidat(e)s. Mes articles n’ont pas forcément plu. Donneur de leçon pour certains, pauvreté d’analyse ou écriture de connerie pour d’autres. Beaucoup n’en voyaient pas l’intérêt, n’en comprenaient pas l’usage.

 

J’ai toujours considéré les extrêmes comme des dangers pour la démocratie. Que voulez-vous, j’ai étudié 5 ans l’histoire à l’université, ça laisse des traces. Alors quand un parti joue d’une minorité contre une autre, cela me rappelle un peu trop une histoire ancienne (catholiques contre protestants en France, juifs contre les autres dans l’Allemagne des années 1930, Hutu contre Tutsi il y a moins de 20 ans au Rwanda…). Et je ne peux pas me taire. Parce que qui ne dit mot consent. Parce que tout ceux qui se sont tus sous Vichy ou à l’ONU en avril 1994 doivent avoir de temps en temps quelques difficultés à dormir, quelques problèmes à se regarder dans la glace. Et même si mes propos ne feront pas changer le monde qui tourne autour de moi, j’ose espérer, j’ose avoir la prétention, l’ambition, de faire réfléchir au moins une personne. Ce serait déjà une victoire.

Quand je déchire une affiche du F-Haine devant chez moi, à Saint-Martin ou devant chez ma grand-mère, cela ne changera pas la phase de l’élection. Mais cette action me permet d’avoir une certaine fierté, de considérer que j’ai fait un tout petit quelque chose pour réduire l’influence d’un extrême. Pas assez, sans aucun doute.

 

Je rejette le FN pour de nombreuses raisons. De par sa naissance, de par son histoire. De  par ses idées, en raison de la fermeture des frontières, sortir de l’euro, double peine, rétablissement de la peine de mort… Mais surtout pour ses discours anti-immigration, anti-immigré. Quand elle demande il y a quelques semaines « combien de Mohamed Merah dans les bateaux, les avions, qui chaque jour arrivent en France remplis d'immigrés ? » Marine oublie de préciser que la personne en question était bien née à… Toulouse. Au-delà de la question de l’immigration, c’est la question de l’intégration qui est, selon moi, plus importante. Une intégration qui doit se faire tout d’abord économiquement.

 

Le Front National a fait plus de 25% dans le Pas-de-Calais. Ce serait mentir si on disait que c'est la région qui attire le plus d'immigrés. Au contraire, c'est Paris, et c'est l'un des moins bons scores du FN.

Mais le Front National fait ses plus gros scores dans le nord-est. Des départements où le chômage est le plus haut de France (carte de gauche).

 

Carte de France chômage 2012 montée du FN

 carte vote Le Pen 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce comparatif de cartes me fait mal. Le FN semble être la seule solution, la seule chance des personnes sans emploi. Elles ont voté massivement pour les extrêmes, considérant aue les partis traditionnels étaient finalement bonnet blanc et blanc bonnet. Le fameux UMPS que le FN a répété sans cesse depuis 5 ans. Les personnes qui votent pour les extrêmes, un tiers des Français, pensent donc que c'est le seule possibilité d'un vrai changement.

 

 

Qui sont les coupables d’un tel sentiment ? Malheureusement je vais devoir rejeter la faute sur les gros partis. L’UMP. Le PS. Qui n’ont pas suscité l’espoir au cours de cette élection. Qui ont fait campagne à coup de petites phrases, sans répondre aux attentes des électeurs, et notamment sur la question de l’emploi. L’UMP a fait la chasse aux électeurs du FN, a droitisé son discours. Mais les électeurs ont préféré l’original à la copie. Le PS, plombé dans mon département pas les affaires de corruption, a laissé beaucoup trop de terrain à l’extrême droite dans ses bastions traditionnels, notamment chez les ouvriers.

 

Ce qui m’inquiète le plus dans tout ça, c’est que la candidate du Front National a encore toute sa vie politique devant elle. Qu’elle réalise l’un de ses meilleurs scores chez les jeunes. Je la crains, de plus en plus.

Pire, nous ne sommes pas les seuls. L’extrême-droite est entrée à l’assemblée dans de nombreux pays européens. 19% en Finlande, 15,5% aux Pays-Bas, 12,6% en Belgique, 11,7% au Portugal et même 28,2% en Autriche, l’un des pays les plus riches d’Europe, là où le chômage est de… 4% en janvier 2012…

 

J’ai peur. Et j’ai envie d’empêcher cela. Il y a 2-3 ans, nous avions discuté politique avec quelques amis. Et j’avais émis publiquement l’idée de s’engager si le FN réalisait 20 ou 25% des votes. C’est déjà le cas dans ma région natale. Nous ne pouvons plus nous cacher, nous ne pouvons plus reculer. Il faudra s’engager. Ou n’avoir plus que nos yeux pour pleurer quand dans 10 ans, dans 15 ans, le FN sera favori au second tour.

 

Résister est un verbe qui se conjugue toujours au présent. Lucie Aubrac.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

"pourquoi feriez vous mieux que ceux en place ?"

parce que tu seras notre garde-fou !
Répondre
M

"est-ce que par ce blog tu n'as pas contribué à la banalisation des idées FN ?" J'ose répondre non, ne serait-ce que par la voyage que je fais, et le melting-pot que je propose à chacun de mes
récits


"considérer Le Pen comme une candidate comme les autres". Je l'ai considérée comme une candidate, c'est faux de dire que je la considère comme les autres.

"tu as mis sur la même longueur d'ondes Le Pen et Joly". En total désaccord. Ce n'est pas parce que le titre est le même que le fond des articles est similaire. Au contraire, j'ai écrit que
j'apprécie la personnalité d'Eva Joly, et je mets notamment en avant le vote utile. Pour Le Pen je déclare refuser "le retour de la peine de mort, le rétablissement des frontières, la fin de
l'aide médicale aux étrangers, la double peine..." et je rappelle que c'est un parti raciste, qui ne croit pas à l'égalité hommes-femmes, participe à un bal de néonazis européens...
Répondre
M

S'engager en politique comme seule alternative : non !
Ce n'est pas une fatalité, ce n'est pas un devoir, ça n'est pas nécessaire, et il existe d'autres solutions (au moins aussi intéressantes sinon plus) !
Comprendre ce qui pousse les gens à voter extrême et lutter contre les causes : le sentiment d'exclusion, le manque d'information.
Lutter contre la corruption de la classe politique sans se compromettre en voulant l'intégrer.
que ferez-vous dans un parti ? pourquoi feriez vous mieux que ceux en place ?
Répondre
2

attention provocation :
est-ce que, par ce blog, tu n'as pas participé à la banalisation des idées FN ? de considérer Le Pen comme une candidate comme les autres ?
tu as mis sur la même longueur d'ondes "10 raisons de ne pas voter pour" "Le Pen, Sarkozy, ou Joly (entre autres)
Pourtant ils ne représentent pas le même danger pour la démocratie !
Certaines idées sont peut-être plus nocives que d'autres mais tu t'es gardé de le mettre en évidence, non ?
Relis chacune de tes "raisons de ne pas voter pour", les juges-tu toutes justes, argumentées, sensées ?


Pourquoi pas un seul article (avant l'élection) intitulé "tout sauf la haine" ?
Répondre
L

Tout simplement ton meilleur article !!!!
Répondre

Plus De Blogs