8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 18:02

Comment entrer aux Etats-Unis quand on s'est trompé de numéro de passeport ? C'est cette question qui m'a hanté l'esprit lorsqu'à Roissy l'hôtesse d'accueil m'a expliqué ma faute. Un 1 au lieu d'un I. Une faute que j'ai donc faite à plusieurs reprises lors de mes voyages. La douane russe l'a laissé passer, en sera-t-il de même avec nos amis amerloques ??

 

Tout d'abord, mon document ESTA n'est pas valable. Je dois le refaire. 14 dollars de moins sur mon compte. J'arrive avec mon nouveau document et l'hôtesse me laisse passer. Petit problème, si il y a une faute sur le document ESTA, il y en a également une sur chacun de mes billets d'avion. La chose ne semble pas poser problème à Roissy. Je survole l'Islande, terre volcanique par excellence, rocheuse et déserte. Mon escale va me mettre à nouveau au défi : peut-on rejoindre les Etats-Unis avec un mauvais numéro de passeport sur le ticket d'avion ? Ou vais-je être bloqué dans le pays du Eyjafjöll ? Non, pas de soucis. Il reste la douane américaine de J.F. Kennedy...

 

La douane du pays de G. W. Bush a une réputation qui la précède. En plus je ne me suis pas rasé la barbe. Double faute. Je m'imagine donc déjà avec un gros Américain dans une petite pièce sombre, avec fouille anale au programme. J'arrive devant le douanier, en le regardant droit dans les yeux. Si je baisse le regard, je m'imagine devoir baisser mon pantalon. Il commence avec un "encore un Francais !". Puis il regarde mon passeport, me regarde et me dit "ce n'est pas possible" suivi d'un long silence. -Ca y est, mes fesses vont y passer !- "Je suis né le même jour !" -Je desserre les fesses- Je souris. La douane américaine est sympa et me laisse rejoindre ma première dame. Il reste des failles dans leurs mesures de sécurité !

 

P1090928.JPG

 

1er métro, après l'achat d'une carte un mois illimité (89$). Premier arrêt, Times Square. Je suis obnubilé par le nombre de publicités qui scintillent autour de moi. Mon cou fait le balancier : haut-bas, bas-haut. Difficile de calculer la taille de ces immeubles. New York est très vivant ici, beaucoup moins du côté de la 155ème rue où je réside actuellement.

J'ai beaucoup de mal à réaliser que je suis à New York. Mon esprit semble être resté à Tilques et ses champs de carottes que j'ai quittés il y a quelques heures. Je regarde autour de moi, tout est si différent. Et pourtant je n'y arrive pas. L'impression de marcher dans un rêve.

Demain, je vais y entrer pleinement. Au programme : Statue de la Liberté, Wall Street, Brooklyn Bridge, Chinatown, Little Italy, Noho et Central Park !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs