21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 14:21

Les vacances d'un Erasmus. Vous allez dire : "hum, c'est un pléonasme". En effet, Erasmus = grande vacance. Mais à l'intérieur de la période Erasmus je me suis accordé 10 jours de découverte. A l'assaul des îles Britanniques !
Vendredi matin, départ en bus vers Londres où nous devons prendre l'avion. Comme souvent, les Espagnols sont en retard et n'ont pas acheter leur ticket de bus...ils courent pour prendre le train et nous rejoindrons à Londres. Ensuite c'est direction Belfast et son aéroport Georges Best (les fans de foot apprécieront).
Je pars vraiment à l'inconnu dans cette ville. J'ai quelques souvenirs lointains des histoires ensanglantées de Belfast dans les journaux télévisés aux milieux des années 90. Le reste, c'est très flou. J'ai bien compris que Belfast fait parti du Royaume-Uni, le reste ce sera de la découverte. La première soirée se fera dans un restaurant assez chic, à une heure trop tardive pour nos amis British. Aujourd'hui 10 avril, c'est le Good Friday, celui qui précède Pâques. Alors la plupart des pubs ferment à minuit. Nos espagnols sont en pleurs. Heureusement, un bar reste ouvert et nos nouveaux guides nord-irlandais nous emmènent dans ce lieu où il n'y a pas d'alcool... mes amis Erasmus sont en pleurs. J'ai beau expliqué que cela est possible, qu'une soirée sans alcool c'est sympa, il n'y arrive pas...

Samedi matin, l'empereur, sa femme...ok j'ai déjà fait cette blague dans un article récemment, je sors ! Brunch anglais ! Je n'ai pas choisi mais j'ai le droit aux saucisses et aux oeufs à 10 heures du mat'. Mon chocolat chaud me manque... mais j'apprécie la chose. Ensuite visite de Belfast. Là, c'est le choc.
Belfast c'est un peu le Berlin d'avant 1990. Une ville coupée en deux. D'un côté on vend des maillots de foot de l'Angleterre, de l'autre de l'équipe d'Irlande. D'un côté le drapeau de la couronne flotte, de l'autre les drapeaux irlandais sur les maisons. Catholique contre protestant. On comprend très vite dans quels quartiers nous sommes, il suffit de regarder les murs. Les dessins me glacent le sang.

P1040378.JPG

On ne peux pas être plus explicite. Partout on vous explique les méfaits de l'IRA. Bienvenue en terre protestante. P1040385.JPGLes plaques commémores les morts. Et puis le mur. Berlin, 1980 ? Non, Belfast 2009. Il est immense et laisse de marbre. Partout des inscriptions. Pour la paix. Ou pas. Du genre : "L'IRA a tué plus de catholiques qu'aucune armée Britaniques". Ou "I have a dream : Peace in Belfast". Alors que nous sommes là, ébahis, des touristes s'approchent et gravent leur nom sur le mur. Une façon de dire : j'y étais. On continue notre marche et découvrons que la route est fermée. Le quartier est l'un des plus sensible. L'un des plus pauvres aussi. De l'autre côté les grillages se prolongent jusqu'aux maisons. Pour éviter que les pierres lancées ne brisent ou tuent. Des fils barbelés, un quartier désert, sorte de No man's land. Et enfin on traverse la route. Second choc. Les drapeaux irlandais flottent sur les maisons. On commémore les martyrs tombés pour la liberté. Des vitres sont encore brisées, les plaques commémoratives ornent les murs. Ici sont morts .... tombés pour la liberté. Un cimetière est spécialement dédié aux catholiques tués par cette guerre civile. La dernière plaque : 2008. En 2009, deux policiers britanniques se sont fait descendre ici.

 

P1040393.JPGJe ne sais pas pourquoi, mais j'avais plus de sympathie pour le côté catholique, irlandais. Peut-être parce qu'il souhaitait le liberté. Ou alors c'est mon côté français anti-anglais qui ressurgit. Ou les symptômes de ma communion qui me vont croire que les catholiques étaient des martyrs. En vérité, il n'y a pas vraiment de bon ou mauvais côté. Des deux côtés ce sont des civils innocents tués, car présent au mauvais endroit au mauvais moment. Femmes, enfants, les listes sont longues. L'IRA date de 1916. Plus de 80 ans de guerre. L'accord du Good Friday en 1998 à Belfast. Et néanmoins certaines branches de l'IRA qui continue de tuer comme l'IRA véritable. L'historien que je suis est passionné.

Néanmoins il n'y a pas que des endroits flippants dans cette ville, direction le pub ! Match de foot, ambiance assurée. On s'installe à côté de deux grand-pères qui nous font la discussion. J'écoute avec attention l'accent irlandais, moins pire que je ne le croyais. Belfast, c'est aussi l'une des villes de conception de Titanic. On se dirige vers les docks mais il y a peu de trace de l'insubmersible (sic !) Petit repas, petite séance de bowling. On se remet de nos émotions et reprenons plaisir à vivre. Le choc fut important et ce fut difficile de rire ou de sourire après notre matinée.
La soirée se passe dans un pub, où nous pouvons déguster les spécialités locales. Puis l'Empire, une sorte de cabaret à l'ancienne, installé dans une ancienne... église !P1040412.JPG Musique irlandaise, petite danse. Une journée parfaite, où nous avons découvert les multiples facettes de cette ville qui mérite d'être vue. Une petite rose achetée pour Elle et c'est parti pour la deuxième et dernière journée.

Déjà le réveil à la douche froide, ça n'est pas sympa ! Le brunch anglais, ça c'est fait ! Ensuite nouveau quartier de Belfast, son université, sorte de mini-Oxford. J'ai déjà vu le vrai, mais ça me rappelle quelques bons souvenirs en sa compagnie. Le soleil nous accompagne (oui il y a du soleil en Irlande du Nord ^^) dans notre visite du jardin botanique. Ceux qui me connaissent bien savent que je suis plus historien que jardinier. Néanmoins j'apprécie les décisions prises en commun. Oui car nous sommes 9 pendant ce voyage Eramus. Autant dire que les risques de prise de tête et de désaccord sur le programme sont élevés. Mais cela se déroule très bien.
C'est quand même assez fou Erasmus. Je ne connaissais pas la plupart de ces étudiants avant janvier (ce sont beaucoup d'Erasmus du second Term) et pourtant on dort ensemble, on mange ensemble, on en arrive même parfois à partager notre déo...(oui, je sais que vous appréciez la précision du texte !) La famille Erasmus en quelque sorte. Et après un petit foot (on ne perd pas les bonnes habitudes, même en Irlande du Nord !) départ pour Dublin.
Vous nous accompagnez ?

  P1040421.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs