23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 16:23

Il y a longtemps de cela, j'imaginais une trilogie concernant la fameuse substance. Pris de cours par les évènements actuels, il me faut donc accélérer et publier le tome 2 dès aujourd'hui !

 

J'ai vu que j'en ai fâché quelques-uns après le premier article. Vous le savez sans doute, mais l'alcool n'est pas le point le plus important de mes amitiés. Je n'ai jamais demandé à quelqu'un d'arrêter de boire. Heureusement pour moi sans doute, car la liste de mes ami(e)s s'en trouverait réduite ! J'ai même lu que je tentais d'imposer mes idées, ma façon de vivre ou encore mon intransigeance sur le sujet. Comme vous l'avez lu, j'ai clairement critiqué un point important selon moi, l'absence de modération chez chacun de nos congénères.

 

Alcool-pour-Milev.jpgOui, l'alcool doit être consommé avec modération. Les risques sont bien connus, j'en répète deux ou trois : on retrouve l'alcool dans 15 à 20% des accidents du travail, 40% des crimes et délits, 80% des violences conjugales et 45 000 décès chaque année (avec un rôle direct ou associé) .

 

Mais attention, je n'ai pas critiqué le verre de temps en temps. Je sais que la majorité des consommateurs ne boit que de temps à autre, dans des circonstances exceptionnelles, ou pour une fête importante. De là à se mettre minable, il y a un pas que beaucoup ne franchisse pas. L'alcool permet pour certains d'entrer dans la fête, de commencer une conversation, ou tout simplement de se faire plaisir en buvant un Bordeaux Cheval Blanc 1947 (ne rêvez pas, c'est 224 000 euros la bouteille). Je ne nie pas l'aspect vie en société de l'alcool. Je suis seulement contre le fait d'en abuser.

 

J'ai écrit mon précèdent article à la suite de la fête de la musique lilloise. J'étais en colère, non pas simplement par le fait que l'individu décrit était chiant (il n'est pas le seul) mais qu'il se mettait en danger et nous a foutu la trouille. Le fait de l'avoir perdu de vue quelques minutes ou d'être obligé de lui foutre deux baffes pour être sûr de ne pas le voir sombrer dans un coma éthylique a du jouer sur l'humeur de mon papier.

 

L'alcool est une institution en France. Il faut dire qu'avec 15,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2007, la filière ne manque pas de défenseur, même au sein de l'Etat (2,8 milliards de recette fiscale, TVA non comprise, chiffre de 2003).  Pourquoi un tel poids pour quelque chose qui peut s'apparenter à une drogue ?

Jésus, je t'en veux parfois. Imaginez simplement que si ce brave monsieur n'avait pas dit "buvez ce vin, car ceci est mon sang" et l'avait remplacé par "fumez ce shit, car ce sont mes cheveux" (merci Jamel pour la vanne), nous aurions tous une cave à marijuana à la maison.

 

L'alcool c'est toute une histoire en France. Déjà les Bordelais s'entendaient bien avec les Anglais en pleine guerre de Cent ans car ceux-ci achetaient barils sur barils. L'alcool permet à des écrivains ou réalisateurs talentueux de réussir leur plus beau-chef d'oeuvre.

 

Je regrette simplement que d'autres ne savent plus s'en passer pour s'amuser. Que certains annoncent que ce soir, "ils s'en mettent une", et qu'ils finiront la soirée à 22 heures, seul, dans une voiture, avec comme seul ami leur vomi. Je suis déçu d'en voir craquer complètement après le verre de trop. Surtout je hais l'habitude prise par des personnes de voir dans l'alcool la seule solution de s'évader par rapport aux soucis quotidiens.

 

Article à consommer avec modération.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Nice post.
Répondre
S


Je suis tout à fait d'accord avec toi, filles ou garçons, maintenant "tout le monde" tient à ce qu'il y ait de quoi boire dans une soirée, sinon, bah "c pourri". Et c pitoyable. Beaucoup trouve
même de quoi s'en vanter "ah hier soir, j'étais complètement pété". Super. (Ironie). L'alcoolisme est quelque chose de vicieux, qui s'imisse petit à petit chez certains. (et non du jour au
lendemain, ce qui je trouve, est bien dommage, parce que ce serait surement pas un aussi grave fléau si ça se passait comme ça). Enfin bref, je suis d'accord avc toi! Et même si je ne
suis pas "anti alcool", je bois de tps en tps, jessaie tjrs de faire en sorte de ne pas finir "à l'envers". Pas besoin de se déchirer pr se rendre interessant.



Répondre
M


Merci Jamy, désormais nous sommes d'accord!



Répondre

Plus De Blogs