22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 05:17

P1090309Ma partenaire a quelques soucis de santé depuis plusieurs jours, ce qui restreint considérablement nos visites touristiques, mais ce qui nous permet de visiter un endroit jusque-là inconnu : un cabinet de médecin au Laos (Luang Prabang)

 

Nous avons longtemps hésité avec l’hôpital, ne sachant que penser du niveau de la médecine généraliste dans ce pays plutôt pauvre. Mais un couple d’Allemands résidant sur place nous a conseillé une dame pas trop loin de chez nous qui, en plus de travailler à l’hôpital, reçoit des patients en fin d’après-midi. Attention cependant, « elle parle mieux français qu’anglais ».

 

Oui, première information importante, la médecine au Laos, tout comme au Cambodge, est enseignée en français. La langue de Molière est implantée dans les administrations, dans les écoles (en recul) et donc chez les médecins. Le docteur qui nous reçoit a d’ailleurs effectué au moins un semestre à Bordeaux II (elle a le diplôme bien en évidence).

 

Premier enseignement : la salle d’attente du médecin est universelle. Différence avec la France, nous devons prendre un numéro à l’entrée (tu sais au moins combien de personnes sont devant toi). Nous avons le numéro 13 (chance ou malchance), le numéro 9 doit être devant madame le docteur (doctoresse serait à bannir et la docteure n’est pas reconnue par la langue française, langage compliqué).

 

Pour patienter, il y a les fameux magazines de salles d’attente, vous savez, ceux qui en France datent d’il y a plusieurs années (avec parfois des numéros collectors datant des années 90). Rassurez-vous c’est pareil au Laos. J’ai opté pour un magazine de janvier 2006 (6 ans déjà) sur les voyages au Laos.

 

Je décide de me peser pour passer le temps et j’ai presqu’une attaque quand je vois écrit 57 (bon madame le docteur me dit qu’il peut y avoir un kilo d’erreur, j’espère qu’il y en au moins 2 ou 3, puisque c’est la même chose pour ma partenaire (qui ne mange pas régulièrement depuis 3 jours, ceci explique sans doute cela)).

 

Chose intéressante, madame le docteur n’a pas à proprement parler un cabinet. Tout ce qu’elle exécute est visible depuis la salle d’attente. Heureusement qu’elle ne demande pas au patient de se déshabiller ! (bon l’ensemble de la salle d’attente doit être plongé dans le journal du 3 mai 2007 et n’y prêterait sans doute pas attention)

 

Finalement, - nous donnons notre carte vitale (non je déconne, elle ne fonctionne pas non plus ici) - ça a coûté 30€, une somme rondelette pour ce pays, mais madame le docteur fait aussi pharmacienne (y’a pas loin à aller) et offre un traitement sur 3 jours à ma partenaire qui se sent déjà mieux en sortant. Fort ces médecins ! Même au Laos.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Nicolaos 17/08/2015 04:55

Bonjour et merci pour ces infos mais, ou, et le cabinet de cette doctoresse?

Plus De Blogs