27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 00:24

Nairobi est donc située à 150 kilomètres au sud de l’Équateur, le climat est donc... tropical ! Oui, moi qui pensais que le climat était équatorial, me voilà bien en peine pour vous expliquer le pourquoi ! Peut-être parce que la ville est à 1700 mètres d'altitude en moyenne. Bref, cela ne change pas mon idée du départ, à savoir que la végétation est forcément légèrement différente de nos contrées tempérées.

Pour en profiter, direction aujourd'hui la Karura Forest, un parc de 1000 hectares (3 fois Central Park!) en plein Nairobi, à deux pas du village ONU. Pour y aller, le chauffeur de notre Institut fait le déplacement, c'est sympa. Je suis aujourd'hui avec Colas (comme Nicolas, mais sans le ni), un garçon qui travaille pour l'Institut où j'effectue mes recherches. C'est lui qui a eu l'idée, conseillé par ses colocataires kényans.

Tout d'abord, une mauvaise surprise : l'accès à la forêt est payant. Payer pour voir une forêt ? Bon, on vient de faire 20 minutes de voiture, ce n'est pas pour repartir dans les bouchons de Nairobi illico ! 600 shillings, un peu moins de 6€. C'est le prix pour les étrangers. Oui, car au Kenya, le prix pour les étrangers est différent du prix pour les résidents, qui est lui-même différent du prix pour les Kényans. Comme je n'ai pas de carte de résidents, je paie un prix supérieur à la moyenne. C'est également le cas pour les parcs nationaux, où le prix pour les étrangers est... le double de celui pour les Kényans. C'est mon livret A qui n'est pas content !

Passons. Le parcours est plus ou moins fléché, Colas m'emmène avec ses récits au Brésil où il a fait un stage de 6 mois à Rio (je rappelle Brésil 2014!). En retour je l'emmène en Asie, échange de bons procédés. Je sors enfin mon appareil photo, pour la première séance depuis mon arrivée ici. Petit extrait.
nénupharlac kenyasavane kenyaC'est le Kenya qui j'imaginais. Une végétation luxuriante, très dense, avec des lacs...asséchés (mais la saison des pluies arrive). Niveau faune, des chimpanzés sautent d'arbre en arbre. 600 shillings les trois heures de marche, très sympa.

matatu kenya

Pour repartir, nous prenons un matatu (ce qui signifie littéralement 3 cents pour un voyage), une sorte de minibus privé qui s'arrête quand vous levez le bras, et qui vous dépose n'importe où sur le trajet (comme en Asie). Mais il est plein non ? « On peut rentrer ? Sûr ? » On était 16 à l'arrière, pour 14 sièges. Nous sommes montés les derniers, vous imaginez donc qui n'a pas eu de siège ! (mais ça fait les adducteurs !) En sortant, Colas accroche son pantalon dans une petite barre métallique, celui-ci se déchire de tout son long. C'est embêtant ! Et on a un repas Couchsurfing ensuite ! De ce fait séance shopping rapide, avec un achat sur un marché. Nairobi le vendredi après-midi, c'est plein de vie. Le marché bat son plein, ça négocie pour 10 shillings, le pantalon se prend à 4€.

Enfin, pour ma première soirée en dehors de l'appart (il était temps!), cette fameuse rencontre Couchsurfing, 3 Français pour 10 Kényans. Génial. Tellement que demain on fait Halloween tous ensemble ! La suite, au prochain épisode !

Partager cet article
Repost0

commentaires

S

Bien contente de voir que le moral remonte... La 3ème photo correspond tout à fait à l'idée que je me faisais de cette région, mais pas pour la couleur... Je voyais tout ça beaucoup plus sec !
Répondre

Plus De Blogs