24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 05:50

Je suis drogué au clavier, accro de la feuille blanche, cocaïnomane des phrases sans liens. Je suis un blogueur, de ceux qui écrivent sur des sujets qu’ils rencontrent par hasard. Un mot, un sentiment, une rencontre et c’en est déjà assez pour ces intermittents du paragraphe, de la virgule dans le texte. Les doigts libèrent les idées cadenassés trop longtemps dans un cerveau surgelé, frigorifié de citations de 140 caractères dont Facebook nous abreuve. Le blogueur est un messager de l’esprit, de votre esprit. Il vous permet de lire ce que vous n’osez pas écrire. Il vous permet de vivre les pensées que vous avez trop longtemps voulu ignorer. Le blogueur vous permet de respirer, de quitter pendant un temps une vie futile et de vivre un instant des histoires captivantes, ensorcelantes, enthousiasmantes. Il en est qui analysent l’actualité, qui refont le monde ou le parcourent, qui explorent les champs de la pensée ou de la raison, raisonnant sur la vie et son but, buttant sur des questions sans réponses, répondant aux interrogations les plus inattendues, attendant l’amour fou. Le blogueur peut être un poète timide, un analyste politique ou un voyageur de l’impossible. Le blogueur peut être un artiste en devenir, un écrivain en herbe, un futur parolier de chansons françaises. Le blogueur est souvent monsieur tout le monde, qui dans la vie de tous les jours ne se met pas en avant, qui n’ose pas trop parler de lui et qui préfère garder ce qu’il pense pour ses écrits. Le blogueur, ça peut être vous, ça peut être moi, ça peut être tout cela.

Si je savais écrire, j’arrêterais probablement de parler.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs