23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 13:45

C'est un article que je veux faire depuis plusieurs mois, sans trouver le ton juste. Et depuis, il s'en est passé des choses sur Internet, et encore plus par rapport aux libertés sur Internet.
J'ignore comment c'est pour vous, mais il est clair que pour mois il y a de plus en plus une méfiance vis-à-vis de la toile. Et notamment par rapport aux traces que je laisse sur celle-ci. L'exemple le plus frappant est FB. Il n'y a pas si longtemps, j'avais un millier de photos, je faisais partie de 50 groupes et je faisais quelques blagues salaces sur les murs. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui j'ai nettoyé mon mur, pour ne rien laisser apparaître entre 2007 et 2011. Je laisse un mois ou deux d'archives, hormis la période du tour d'Asie. Et je suis tagé sur 69 photos. J'ai supprimé une dizaine d'albums. J'ai arrêté les blagues salaces. Je like rien, ou si peu. Pas de film, pas de musique, pas de livre. Pas de boulot. Pas de lieu d'étude. Pas de date d'anniversaire. Pas le vrai nom.

Très clairement FB n'est plus aussi drôle qu'il l'a été. FB c'est devenu sérieux. Et pour cause, j'ai des collègues de boulot, ma famille, des universitaires en puissance et des anciens d'Erasmus dans mes amis. Bonjour le melting-pot. Il est fini le temps où nous n'étions qu'un petit groupe à naviguer sur le réseau. Est-ce FB qui a changé ? Ou est-ce moi ?

 


Un peu des deux mon capitaine. Certes FB est moins « in » qu'auparavant. Mais mes cousins publient autant de photos d'eux et de leurs ami(e)s que je le faisais. Et ils écrivent les mêmes conneries. Si FB est devenu sérieux, c'est parce que je le suis devenu également.

Il n'y a pas que FB d'ailleurs. Quand je regarde mon blog des premières années, j'ai parfois honte. Le langage SMS que je combats maintenant, les milliers de fautes (que je fais toujours), des articles sans queue ni tête. Je me demande souvent comment j'ai fait pour publier ça. Et puis je me dis que tout ça fait partie de ma jeunesse. J'ai auto-censuré de nombreux articles, j'ai fait des choix. Mais j'ai gardé le tout bien précieusement dans mon disque dur, avant de l'imprimer. Je laisse des traces, mais je choisis lesquelles.

J'ai l'impression que de plus en plus de personnes entretiennent une psychose vis-à-vis d'Internet. Personnellement, je ne m'inquiète pas trop. Certes, les États tentent d'en profiter, mais il y a une telle lutte à leur encontre que beaucoup arrivent à contourner. L'exemple typique c'est le téléchargement et le streaming. Combien d'entre vous regardent des séries en streaming ? On est bien d'accord. Un autre exemple c'est quand je fus en Chine. Chez notre couchsurfer, on pouvait consulter FB, grâce à un contournement. Là-bas, c'était se connecter à la liberté. Ce serait fou qu'en France, en démocratie, FB devienne un symbole contraire. Bien sûr il faut rester vigilant. Mais de là à s'en détourner, il y a un pas que je ne franchis pas.

C'est qu'on a beau dire, on a beau faire, Internet a énormément d'avantages. Et j'ai développé une réelle dépendance. J'y achète mes livres, mes tickets d'avion et de train, je regarde mes films et mes séries, les photos des amis, j'échange avec ma famille, avec mon directeur de thèse, j'effectue celle-ci quasi-exclusivement en ligne, je lis les journaux, j'écris pour ce blog, je squatte facebook pour avoir des nouvelles de tout le monde...

Imaginez juste un peu : quitter Internet pendant une année. On en dégagerait du temps ! Mais pour quoi faire ? Pour être plus accroché au téléphone pour avoir des nouvelles des autres, pour galérer et se faire pigeonner dans les agences de voyages pour chaque ticket d'avion, pour faire la queue à la SNCF, pour commander mes livres et attendre 10 jours avant de les recevoir à la FNAC, en payant plus cher qui plus est. Pour squatter devant la télé et regarder une série traduite dans un français délirant, pour dépenser 10 euros à chaque fois que je veux voir un film au cinéma. Pour ne pas être au courant des naissances, des mariages, des soirées, des matchs de football... Pour n'avoir que la télévision et la radio comme source d'information...

Se méfier d'internet. Oui. D'accord. Mais sur Internet. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Anaïs 02/08/2013 17:37


Pas mieux ! Je vis le même paradoxe : quitter Facebok (ce que je ne regrette pas) et me risquer de me couper (un peu j'espère) d'une certaine vie sociale mais continuer à utiliser Internet pour
communiquer, acheter, regarder ou écouter !


Et l'Afrique ? Je n'ai pas ton adresse mail mais si ça te dit de me répondre sur la mienne...


ps : j'ai mis en lien mon blog argentin :) J-6 !! Donc ne t'étonnes pas si pour l'instant il n'y a quasiment rien, le but est d'essayer de commencer à l'alimenter pendant le voyage (ou au pire
après!).


Bisous !


Anaïs

Plus De Blogs