12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 09:55

Pour la première fois du voyage, nous connaissons la désagréable sensation d’un réveil sous la pluie, alors que l’office du tourisme nous avait prédit le beau temps, un argument touristique sans aucun doute. Une journée semblable à celle d’hier nous attend du point de vue des paysages. Sur la route, il nous faut refaire de l’essence, et cette fois ci c’est à mon tour de payer le plein. J’explose mon compte avec ce précieux pétrole norvégien ! Pour voyager dans la région, embarquer sur un ferry est quasiment une étape incontournable. Ce coin là de la Norvège est véritablement morcelé, et il faut parfois faire des détours de plusieurs dizaines de kilomètres pour arriver de l’autre côté d’un fjord. Cependant, quand cela est possible et raisonnable, nous évitons les ferrys, dont l’utilisation reste couteuse, même si le GPS joue contre nous en nous les conseillant.

P1060319.JPGAlors qu’une fine pluie continue de tomber, nous nous arrêtons faire une randonnée au bord d’un fjord. Le mauvais temps nous laisse cependant la possibilité de quelques superbes clichés. Nous récidivons plusieurs fois ce genre d’arrêts sur notre chemin, quand nous estimons que les endroits en valent la peine.

Lors de la pause du midi, on s’offre le grand luxe. Sous l’insistante pression de Romain, nous décidons d’acheter une petite portion de saumon fumé. Il faut dire qu’il serait dommage de s’en passer en Norvège, où la pêche de ce poisson est une institution, ce qui le rend d’ailleurs davantage bon marché que par chez nous.

Alors que la fin d’après midi montre à peine le bout de son nez, nous décidons déjà de rechercher P1060320.JPGun emplacement pour camper. Nous dénichons un endroit vraiment superbe, au pied d’un glacier, entourés par les petits ruisseaux glacés qui découlent de celui-ci. L’atmosphère ne peut qu’être humide dans un tel contexte, mais l’endroit nous plait. Nous sommes en fait situés dans une sorte d’endroit réservé au camping sauvage, autorisé en Norvège, puisque d’autres voyageurs ont pris position non loin de nous. C’est le cas notamment de touristes français que nous rencontrons, qui ont pris l’habitude de venir rouler chaque année en Norvège à bord de leur camping car. Cet emplacement a l’avantage de nous éviter la toilette dans l’un des petits cours d’eaux avoisinants, et de nous procurer une eau relativement chaude pour retrouver une certaine dignité. Pour ma part, je n’ai à ce moment pas lavé mes cheveux depuis Tampere, et ma barbe certes peu volumineuse nécessite cependant d’être rasée !

En début de soirée, la pluie s’est de nouveau remise à tomber, et nous sommes alors contraints de rentrer sous la tente où une traditionnelle partie du « trou du cul » nous attend. Lors de la partie l’ascenseur social semble bloquer, Jérémy restant solidement accroché à son poste de président alors que Romain et moi stagnons en classe moyenne ou au triste poste de « trou du cul » ^^.  Ainsi se termine une journée relativement tranquille, une de plus au compteur alors que notre descente vers le Sud se poursuit inlassablement.

Lucas

P1060339.JPGJ'avoue que la pluie commence à jouer sur mon moral, si bien que je décompte les jours avant notre retour dans le NPDC. Cependant, j'ai apprécié cette journée, faîte de Fjord et de glacier (même si ce n'est guère originale ici !). A plusieurs reprises, les paysages me rappellent l'Ecosse mais je regrette son soleil (si, si, je vous jure !). Notre première balade se conclu par un premier bilan du voyage et nous observons les parcmètres norvégiens : un boîte en bois qu'il faut ouvrir pour déposer l'argent. Pour le voleur, il n'y a qu'à se servir... (mais il n'y a pas voleurs en Norvège !) Une journée sympa donc, mais qui manque d'un petit quelque chose. Cette chose qui permettrait vraiment de faire décoller la Norvège dans mon coeur.

Note personnelle : 14/20.

Jérémy

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs