26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 10:47

C'est l'histoire d'un bidon de 10 litres de vodka.

Non, revenons un peu en arrière.

 

53 heures de train pour relier Iekatérinbourg et Irkoutsk. Oui, le transsibérien, tu l'aimes ou tu le quittes. Personnellement ce trajet sera bien plus apprécié que la première partie, notamment du fait de sa longueur ! Eh oui, j'ai réellement pu voir ce que c'était de vivre dans un train, qui, pour certains services, fonctionne encore au charbon !!! (je pensais que c'était du bluff). Les paysages furent bien plus variés, beaucoup plus d'open-fields ou de collines. En bref, moins d'arbres (vue des toilettes).

P1150806.JPG

Lorsque je m'assois dans mon compartiment, je regarde les personnes qui m'entourent. Ok, pas d' "occidentaux" (les Russes peuvent étre considérés comme "occidentaux" dans la vie de tous les jours, mais je dénomme ici "occidentaux" les personnes sachant parler anglais). "Franzo !" dis-je à l'interlocuteur en face de moi. "Comment t'appelles-tu ?" me répond-il ! Ah ! En voilà une bonne nouvelle ! Dommage que ce soit là l'unique phrase qu'il connaisse !

Heureusement, une certaine Anna Martusheva, sur une autre banquette, répond en anglais. Elle va me tenir compagnie pendant deux jours et surtout, me servir d'interprète pour le reste du compartiment, très curieux de ma personne.

Certains font  Bakou-Chita, 7 jours de train, et sont originaires d'Azerbaïdjan. Les premiers Azéris que je rencontre ! (je ne leur ai pas rappelé que l'AzerbaÏdjan signifiait simplement pour moi le conflit du Haut-Karabagh et la plus large victoire de l'équipe de France de football 10-0 !)

Alieva Amina Ramazolnovna est la fille de la famille, 12 ans, et un anglais qui progresse d'heure en heure. Moi, honte de l'anglais pendant une décennie, me voici devenu professeur particulier.

Avec mon Anna, je découvre la ferveur des Russes pour la religion. Plus de deux heures durant, je discute sur le fait de croire en Dieu, sur l'impact que celui-ci a sur sa vie... elle me rappelle qu'il faut remercier Dieu tous les jours. En quittant le train, elle m'a remercié.

P1150812.JPG

C'est l'histoire d'un bidon de 10 litres de vodka. Oui, les Russes ne rigolent pas avec cela. Un peu par hasard je rencontre des Allemands dans les deuxièmes classes (je suis un pauvre de troisième et derniére classe). La discussion s'engage, je vais les revoir un peu plus tard. Le garçon du groupe n'est plus là. Il est occupé à boire avec les Russes.

Erreur fatale ! Il pensait que, je cite, "les Russes ne boivent pas tant que cela". Revenu dans leurs bras (sic), il se mit alors à vomir un peu partout (couloir, chambre), ce qui entraîna par la même occasion l'arrêt du train ! Un peu nerveux, il fait même peur aux filles qui voyagent avec lui. Et c'est ainsi que je recueillis une Allemande et une Autrichienne dans mon wagon. C'est les Azéris qui sont contents ! Ils voyagent "international". Amina, de son côté, en profite pour débuter sa troisième langue étrangère du périple.

 

Eve. Alba. Ok, dès le premier regard, je ne suis pas insensible aux charmes de la seconde. Respectivement 22 et 20 ans, elles se sont rencontrées quelques mois auparavant sur... Internet, dans l'optique d'un voyage ensemble (joinmytrip.com). Drôle d'idée ! Surtout quand leur dernier compagnon s'avère être faible devant la boisson. Faut-il voyager seul ou mal accompagné ? Je laisse la question en suspens.

P1150821.JPG

Bon, ces filles ont ce que j'appelle la guigne. La veille, déjà, un militaire russe saoul (oxymore ?) voulait payer le garcon pour obtenir la nuit avec les deux filles. Le lendemain, c'est la soupe qu'elles avaient achetée quelques minutes auparavant sur le quai qui s'avére être totalement périmée...

J'arrive à Irkoutsk avec un léger mal de ventre à force de rire de leur malheur. Mon hôte m'attend déja sur le quai, un sourire aux lèvres.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C


Sans vouloir faire la rabat-joie (j'habite en Russie et j'ai voyagé seule en transsibérien) c'est juste le lot des filles voyageant en transsibérien en Russie (les hommes lourds et qui boivent)
mais cela est assez courant que l'on achète sans faire attention des produits avariés...Ce n'est pas une question de guigne...:-)



Répondre
3


devinette :
j'aime O'Brother, Simon and Garfunkel et les Monthy Python.
Qui suis-je ?



Répondre

Plus De Blogs