19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 05:00

Pour relier Guilin à Fenghuang, il faut prendre tout d’abord un train pour Liu Zhou (2 bonnes heures), puis prendre un second train pour Jishou (train de nuit, avec couchette). A Jishou, c’est deux heures de bus pour enfin arriver à Fenghuang. Reste à trouver l’hôtel ! Oui, l’auberge de jeunesse a remplacé Couchsurfing étant donné qu’il n’y a tout simplement personne sur le site dans cette petite bourgade du Hunan. Après 25 bonnes minutes de marche et des conseils demandés à de multiples passants, nous trouvons enfin une auberge, pas celle recherchée mais ça compte tout de même.

 

Fenghuang est touristique, mais seulement pour les Chinois. Devant les difficultés et longueurs pour arriver jusqu’ici (et l’absence de gare), beaucoup d’Occidentaux renoncent, ce qui peut expliquer pourquoi le nombre de « Blancs » sera compté sur les doigts d’une main. Tous ces Chinois autour de nous, même pas peur.

P1160727.JPG

Fenghuang est une ville sur l’eau, une petite Venise (encore !), traversée par la rivière Tuó. Charmante par de nombreux aspects, elle est aussi en travaux sur une grosse moitié de rivage. La raison ? Le tourisme bien sûr. Devant un afflux de plus en plus important, les habitants mettent les bouchées doubles pour en accueillir le plus grand nombre. Ainsi, lorsque nous nous baladons le long de la rivière, chaque maison est en fait un hôtel. Quand vous entrez par la porte principale, c’est en fait le salon familial, qui fait également office de réception. Vous avez besoin d’une chambre ? Pas de soucis. Pour une centaine de Yuan, ce qui devait être la chambre familiale quelques années plus tôt est tout à vous. Mieux (ou pire c’est selon), lorsque vous suivez l’indication « toilettes », vous entrez dans un salon. Papy est là, il regarde la télé. Il vous montre ses toilettes. 1 yuan plus tard, vous sortez de sa maison. Bizarre.

Bref, toujours est-il que le tourisme transforme rapidement cette petite ville, bien consciente de ses possibilités.

P1160751.JPG

Comme à Venise, vous pouvez faire un tour en gondole. Bon, la différence c’est qu’à Fenghuang vous vous en sortez pour 5€ les 30 minutes, prix pour deux personnes. Vous passez sous des ponts… en bois, sur lequel un travailleur et son… cheval, transportant quelques pierres, vous ramèneront au XVIIème siècle. Vous croiserez également quelques Chinois transportant des matières premières ou de la nourriture de façon traditionnelle. Ici, c’est la Chine telle que je la rêvais. Quelques femmes nettoient des vêtements dans la rivière. Un homme fabrique quelques friandises avec l’aide d’un gros clou accroché au mur. Beaucoup portent encore des habits traditionnels. Plus de la moitié des habitants de cette ville sont originaires des minorités Miao et Tujia. Leur dialecte est si différent que les habitants du Nord de la Chine ne pourraient les comprendre.

P1160698.JPG

La nuit c’est encore plus joli. Prendre un repas ou un verre du côté du pont Hong le majestueux et la vue sera splendide. Ouvrez grand les oreilles et appréciez la passion des Chinois pour le karaoké (bon, il faudra parfois être compréhensif, tout le monde n’est pas Susan Boyle). Une journée et puis c’est tout. Et pour cause, demain on se rend sur Pandora.

P1160796

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs