6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 12:15

Pourquoi suis-je français ? C'est la question qui revient beaucoup dans l'actualité depuis quelques jours, et qui revient régulièrement à l'approche des élections (oui, en mars c'est les régionales !). Surtout c'est une bonne interrogation qui lance un débat et permet de sortir des polémiques Mitterrand et du dauphin Sarkozy.

Identité nationale. C'est le titre de l'un de nos ministères depuis 2007. Le problème c'est que ce titre est adossé à immigration, comme si les deux sujets avaient un lien. Ainsi, hier, dans le zapping du Monde, les personnes interrogées par JPP au 13h de TF1 mettaient en relation les deux sujets. Florilège :
"Etre français c'est bien se tenir dans la vie, travailler, payer ses impôts, et être courageux"
"On respecte son pays, déjà d'une, on essai d'être compréhensif envers MEME les étrangers"
"On accepte les émigrés très très facilement mais bon, qu'ils essaient quelques fois de s'adapter un petit peu à nos coutumes"

Ces propos témoignent bien du risque d'un mélange des deux sujets. Il n'y a pas de problèmes dans ces propos pour vous ? Remplacer le mot étranger et le mot émigré dans les deux dernières citations et placez-y le mot juif. Alors ? Vous avez avoir une impression d'un retour au début des années 40 ? Vous n'êtes pas seul.

Mais revenons à notre question du départ, c'est quoi être français ?
Personnellement je pense qu'être français c'est se sentir français. C'est de se dire je suis français. Pour moi ce n'est pas la marseillaise qui me fait dire : "ah, je suis français !" Je me sens français parce que je parle la langue, parce que j'ai vécu dans ce pays pendant 22 ans et que je continue d'être ici. Je me sens français parce que je connais la culture du pays, son histoire. Il y a beaucoup de choses qui font de moi un français.

Oui, mais des personnes ne parlent peut-être pas français et se sentent français. Certains ne connaissent pas vraiment l'histoire du pays mais se proclament français. Pourquoi devrais-je les juger ? Se sentir français c'est un sentiment très personnel. Ce n'est pas à moi de juger ce qui fait un français. Et ce n'est à personne de le faire.
Le danger ce serait de considérer quelqu'un qui ne chante pas la marseillaise comme un "mauvais français", voir un étranger, quelqu'un qui ne respecte pas son pays. Ce serait de considérer comme étranger quelqu'un qui connaît peu la culture ou l'histoire françaises. Ce jour-là, il faudra se manifester.

Enfin, être français, se sentir français, n'empêche pas de se sentir algérien, portugais ou chinois. Nous n'avons pas qu'une identité, nous pouvons en avoir des dizaines. Personnellement je me sens Tilquois, Nordistes, Français ou Européens selon les occasions, selon les moments de ma vie. Et ce n'est pas parce que je ne connais pas la culture européenne sur le bout des doigts et les multiples langues que je ne suis pas européen. Surtout, je pense que notre gouvernement n'envisagerai pas de nous faire chanter l'hymne à la joie à l'école. Alors pourquoi vouloir le faire pour la Marseillaise ?

Chacun à sa propre identité. Et l'identité de la nation doit être, pour moi, un melting-pot de cet ensemble (néanmoins j'avoue être ouvert à vos arguments et à vos pensées sur ce sujet).

Pour finir, la phrase du jour d'Henri Troyat  qui écrivait en 1985 : "Ce qui compte, c'est ce qui est inscrit non sur les papiers d'identité d'un homme mais dans son coeur".

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs