5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 14:46

Sur la route de la capitale, je me suis arrêté en terre alsacienne. Oui, en venant d'Allemagne, c'est logique (mais d'autres préféraient passer par les Ardennes). Et j'ai pu visiter Colmar (charmant) et découvrir rapidement Mulhouse (niveau charme, cela a l'air un peu plus limité, pas d'offense Marie!). Et je me suis arrêté devant un drôle de magasin.

SAM 0325

Cela m'a fait directement penser au concordat, toujours en vigueur en Alsace-Lorraine. Ainsi, l’Église et l’État n'offre pas une séparation complète dans ces deux régions. Contrairement à une idée reçue, ce régime particulier ne provient pas de l'Allemagne, mais bel et bien de la France napoléonienne (signé en 1801). Et lors de la loi de séparation de l’Église et de l’État, datant de 1905, l'Alsace-Lorraine était partie intégrante de l’État allemand. La conseil d’État a statué en 1925 et a confirmé ce particularisme régionale.

Dans les faits, cela se traduit par une plus grande influence de la religion. Celle-ci est enseigné à l'école primaire (possibilité de dispense). C'est l’État qui paye les prêtres, pasteurs, évêques. Ceux-ci sont alignés sur les fonctionnaires de catégorie A et ils peuvent bénéficier des indemnités chômages (un curé est payé entre 1736 et 3112 euros par mois (valeur du point d'indice au 1er janvier 2011). C'est même le président de la République qui nomme les évêques de Metz et de Strasbourg !

Dans les universités de ces deux villes, il est possible d'étudier la théologie, et c'est le Saint-Siège lui-même qui délivre les diplômes de théologie catholique (ils sont alors canoniques!)

 

Il y a d'autres particularismes propres à l'Alsace-Lorraine. La loi relative au droit local des associations par exemple (celles-ci sont plus encadrées). Et surtout la sécurité sociale. Le salarié alsacien et mosellan est couvert plus largement : les taux de remboursement sont plus favorables, avec des médicaments vignette bleue remboursés à 80% (contre 35% ailleurs en France), des frais d'appareillage à 90% (contre 60%) et 100% des frais hospitaliers, même pour une hospitalisation d'une durée supérieure à un mois.

En échange, une cotisation supplémentaire est demandée au salarié, fixée à 1,8% du salaire brut. Ainsi, en 2007, les alsaciens/mosellans dépensaient 275€ de plus en moyenne. Mais ça reste moins cher qu'une assurance complémentaire privée (454,8€ en moyenne). La caisse de ces deux régions est cependant moins déficitaires que le reste de la France ! (elle est même positive en Alsace).

D'autres particularités sont aussi en vigueur, comme un régime spécial pour l'artisanat ou une indemnité de non-concurrence versée aux salariés après leur départ de l'entreprise.

Le dimanche matin, n'espérait pas trouver un magasin ouvert, le droit local empêchant l'application de la loi nationale ! Ainsi, l’État s'adapte et a exclue les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin dans sa réforme de 2009 !


Enfin, surtout, quelque chose que les Français envient à cette région, les deux jours fériés supplémentaires : le Vendredi Saint et le 26 septembre !

 

On ne s'étonnera plus donc de cette carte de France des élections régionales en 2004 et en 2010. Conservateurs les Alsaciens ? On les comprend ! A quand le même droit pour tous ?

carte-elections-regionales-2010carte-elections-regionales-2004

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Désolé pour la visite rapide et de nuit mais les conditions météo ne nous ont pas fait de cadeau.


C'est vrai qu'on est bien en Alsace. En plus, la région est souvent une zone test pour certaines lois qui doivent être mises en place comme l'écotaxe sur les poids lourd.


Et les autoroutes sont gratuites en alsace!
Répondre

Plus De Blogs