28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 12:14

Attention, le fait d’avoir à nouveau regardé Into The Wild hier soir peut être une explication des propos que je vais tenir.

 

Dans 5 jours, je pars en Russie, plus précisément à Saint-Pétersbourg, ancienne Leningrad. Dans cinq jours je repars à l’assaut d’une ville, d’un pays, d’une culture qui me sont totalement inconnus. Enfin !

Les voyages me manquent. La découverte surtout. Une culture différente, un paysage différent. Je l’ai déjà trouvé en Finlande, mais j’ai déjà l’impression de connaître le pays. Je suis déjà loin des premiers jours où j’observais avec attention les différents quartiers de Tampere, ses habitants, la neige qui recouvre le paysage. Non, maintenant, je suis intégré et je marche dans cette ville comme si elle était mienne. Plus de regard à gauche, à droite, en haut, en bas. Tout droit, toujours tout droit, pour vaquer à mes occupations quotidiennes.

Alors aller en Russie, c’est un pèlerinage. Je vais revoir à nouveau la lumière de la découverte et de la surprise. Mes yeux vont s’illuminer. La flamme du voyageur va battre à nouveau dans mon cœur. Je vais partir à l’assaut de cette ville avec mes armes habituelles : la marche et … la marche ! Me balader dans la ville, capturer son atmosphère, observer sa population. Observer un à un les monuments, les musées, les cathédrales. Tenter de parler avec la population locale, apprendre un peu d’histoire russe, histoire de la ville, de ses habitants. Tenter d’apprendre un peu de russe, bonjour, merci, au revoir.

 

Cet été, il y aura un autre voyage. J’hésite encore sur la destination mais je pense connaître la manière dont je vais le faire. La marche, le stop, la marche, le stop. Une tente, des chaussures, un bidon d’eau et marchez jeunesse ! Je vais à nouveau attaquer la France, le Royaume-Uni, l’Irlande ou la péninsule ibérique. Voir plus loin, qui sais… Je pense partir avec Elle au mois d’août, une expérience différente des garçons… Et en juillet, je suis encore partagé. Je pourrais travailler, et puis… L’appel du voyage, l’appel de l’inconnu, l’appel de la forêt (blague Jack London). Ou peut-être un de vos appels, jeune voyageur en herbe ou vieux briscard entraîné. Car je sais que ce sujet ne vous laisse pas insensible. Je sais que beaucoup d’entre vous ont la même envie, la même soif de découverte. Et je pense que peu d’entre nous préfère le travail au voyage. Certes, il y a l’argent… Mais les voyages en ma compagnie ne coûte jamais une grande fortune et dans les 40-45 ans à venir, vous allez avoir du temps pour gagner de l’argent, pour travailler, pour fonder une famille, construire une maison, avoir des obligations…

La jeunesse, c’est la liberté extrême. Et je suis un extrémiste qui compte aller au bout. La dernière liberté, la liberté suprême, c’est la retraite. Mais l’argent que nous posséderons ne remplacera pas notre physique de jeune aventurier, près à vivre, à voyager et à dormir dans des conditions extrêmes. Laissez parler l’extrémiste qui est en vous. Laissez-le sortir, libérez-le. Et regarder une carte de France, d’Europe, du Monde. Pointez du doigt les endroits qui vous font rêver, qui vous donne envie, que vous voulez voir avant votre mort. Et réfléchissez à ce sujet, une fois par jour. Les choses deviendront évidentes. Bien sûr ! Alors, pourquoi résister ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs