22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 11:13
Manger à tous les repas. Et même plus. Prendre sa douche chaque matin. Et même plus. Boire autre chose que de l'eau. Et même plus pour Antoine ^^. Dormir chaque nuit dans un lit, faire des grasses matinées. Rester devant son ordi ou la télévision. Toute la journée.
Et puis les questions des amis, de la famille : "c'était comment ?" Trop long à expliquer, ou plutôt impossible. Comment vous expliquer les émotions, les sentiments, les paysages ? Quelques photos, quelques articles, c'est un moindre mal. Mais ce n'est pas suffisant. Une seule personne peut vraiment comprendre ce que j'ai ressenti. Et c'est Antoine.
La Voix du Nord qui veut un article, puis RDL qui nous fait lever aux aurores. Un gars de l'AFP qui m'appelle plusieurs fois, sous le charme de notre expédition. Si on avait voulu, on aurait pu avoir toutes les chaînes nationales à n'en pas douter. Mais nous ne l'avons pas fait pour cela. Nous l'avons fait pour nous, avant tout.
Après quelques mois, j'ai encore des moments de nostalgie. Parfois je me demande si ce n'est finalement pas ça la vie que l'on devrait vivre, au jour le jour. 1€ par jour c'est possible. Voyager, découvrir, sans un sou en poche, c'est possible.
Je repartirai, vers une autre aventure. L'Europe m'appelle pour les prochaines vacances. L'Afrique, les Etats-Unis, l'Amérique du Sud ou la route 66 me verront un jour ou l'autre.
Et je n'oublierai pas qu'au départ de cela, il y a ce tour de France. L'une des grandes épopées de ma vie, si ce n'est la première, la véritable. Mes prochains voyages seront forcément comparés avec celui-là, et nul doute qu'il gardera une saveur particulière. J'ai vu la France, elle est belle, solidaire, compréhensive. J'ai fait quelque chose de fou et je suis maintenant fier de moi. Et de toi aussi !

J.R.

 

J’ai sûrement pesté plus d’une fois, mais merci bougre de Jeremy de m’avoir embarquer là dedans. L’aventure était belle, à n’en pas douter et ce périple à trois francs six sous nous a apporté plus qu'il nous a coûté. Pas de semaine s’écoule sans y repenser et il n’est pas rare que mes mollets frétillent ou que mon sac à dos me titille à l'idée de battre la semelle aux quatre coins du monde. Tout vient à son heure pour qui sait attendre. Le temps est venu d’aspirer à d'autres ambitions...

Mais tout est clair, évident, limpide... les plus belles choses ne s'achètent pas, elles se vivent.

 

 

A.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs