22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 09:45

Une semaine en Crête ! Oui, y'en a qui l'ont belle !


Moi en vacances en Crête, ça peut en étonner plus d'un. Moi le premier je suis surpris de m'être laissé aussi facilement convaincre de partir en vacances en mode touriste feignant. Mais mes appels au voyage de l'été n'ont pas été repris comme je l'espérais, et la motivation de la demoiselle pour partir au soleil a fait le reste.

Nous sommes donc partis avec Thomas Cook de Munich, direction l'aéroport d'Heraklion. Sur-place, on comprend déjà que c'est les vacances : alors qu'il avait neigé à Munich l'avant-veille (!), il fait ici 20 degré à 21 heures. Les bagagistes ont le rythme méditerranéen dans la peau, 2 avions ont atterri et ils leur faut 40 minutes pour amener nos sacs. Pas grave, on n'est pas pressé, c'est les vacances. Deux heures de bus plus tard, nous voici à l'hôtel Resort Orpheas, à deux kilomètres de Giorgoupoulos.carte-crete-orpheas-resort-hotel-orfeas-map-kreta.jpgL'hôtel, en top 3 :
Top 3 déception
3 - Les chaises longues sur la plage : 2,25€ par jour. Dans mon esprit, quand tu payes quelque chose tout compris, tout est compris, même la location des chaises longues sur la plage.

2 - Internet. 5€ pour 90 minutes. Le prix d'un internet café en 1996, alors que tout le monde possède désormais le wifi et bénéficie d'une connection illimitée. Sur le smarphone d'Alba, c'était 2€ pour 25 MB. Bien suffisant (et ca m'a permis de faire une cure de la toile)
1 - La nourriture. Là, c'est le seul vrai hic. Gros néanmoins. C'était des buffets, avec énormément de choix. Le petit-déjeuner était correct, on se faisait des sandwichs pour l'après-midi (nous étions en demi-pension). Le fromage était bon, je me surprends à manger des oeufs au petit-dej. Mais le dîner...
Il fallait aimer la saucisse. Dans quasi un plat sur deux, il y avait des saucisses. Certes, 90% de la clientèle est allemande, mais ce ne sont pas tous des dingues des saucisses ! Et puis le reste n'était pas de grande qualité. Le chef avait l'habitude de mettre une salière dans chaque plat, si bien que j'avais l'impression de (re)boire la tasse au lieu de boire ma soupe. Dommage, car sinon c'était presque parfait.
hotel-orpheas-orfeas-crete-kreta-resort.JPGTop 3 satisfaction
3 - La propreté. Notre chambre nettoyée chaque jour, pareil pour la salle de bain, les serviettes constamment changées, tout comme les draps. Impeccable.
2 - Les piscines. On avait deux piscines à notre disposition, alors que la mer était au bout de l'hôtel. Celle-ci était propre, fraiche mais pas froide, superbe pour se raffraichir, parfaite pour faire mes longueurs hebdomadaires.

1 - La localisation. L'hôtel est coincé entre la montagne et la mer, calme absolu, génial pour se reposer. Il est petit, sans trop l'être. Pour avoir vu beaucoup d'autres hôtels séparés par une grande route de la mer, ou alors avec plus de 300 chambres, c'est clairement le point fort du lieu. La plage de l'hôtel ci-dessous.
Dans les autres satisfactions, les prix sont vraiment corrects (notre mini-bar demandait 80 centimes pour une canette de fanta, le même prix pour une grande bouteille d'eau), le personnel présent si besoin...
plage-orpheas-resort-crete-kreta-strand-orfeas-hotel.JPGBon, l'emploi du temps était light. Se lever, manger, piscine, dormir, lire, manger, piscine, dormir. Un truc du genre. Le soleil était présent, et forcément ca aide pour passer de bonnes vacances. Il faisait chaud, mais pas trop (25-28°C). 
On est quand même parti une fois à l'aventure, direction Gramvousa et la plage de Balos.
Location de voiture et départ vers la péninsule à l'extrême nord-ouest. La route est facile, c'est toujours tout droit. On arrive à Kastelli, puis on tourne à droite. Là, c'est l'info importante. "La route est un peu mauvaise". C'est comme ça qu'on nous l'a vendu. Dans les faits la route est TRES mauvaise, car route il n'y a pas. Des pierres, de la poussière, des chèvres, oui. Mais du béton, non. 7km, une heure. Rythme que l'on qualifiera de lent. Fatiguant, car il faut être toujours très attentif. Sur Internet, après renseignement, c'est écrit que Balos est accessible en bateau ou en 4 x 4. On avait donc l'air malin avec notre petite Hyundai (mais on n'était pas les seuls dans cette situation).Crète Balos 2Crete-Balos-3.JPG Après avoir garé le carosse, une petite randonnée de vingt minutes sous un beau soleil.Crete-Balos-copie-2.JPGEt de l'autre côté de la colline, le paradis. Cette plage du bout du monde a été une place forte vénitienne, puis un repère de pirates. Aujourd'hui, c'est l'un de plus beaux endroits de l'île, préservé d'une invasion touristique par cette absence de route. On arrête donc de se plaindre et on admire, avant d'aller nager.
Crête BalosCrete-Balos-4.JPGSur la route du retour, nous observons les montagnes du centre du pays, se jetant tout droit dans la mer. Un air de Corse. Un air d'île méditerranéenne. Un air de vacance. Un air de repos. Mais...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs